Souffle acide du vent, larmes brulantes du ciel. Le monde ne ressemble plus aux paysages d'autrefois. Les cataclysmes ont frappé, des colonnes de flammes et de fumées se sont élevées sur l'horizon. La guerre. La guerre des hommes. Et nous, les loups n'avons eu d'autres choix que de fuir. Nombreux furent nos congénères emportés. Nous traversâmes les plaines cabossées, les forêts de cendres, poursuivis par la faim, traqués par la mort.

Notre salut, nous le devions malheureusement à ceux qui avaient provoqué notre malheur.


 

 :: Terres Neuves :: Le Fleuve de l'Aspic :: L'écluse

 L'inconnu de l'Écluse


Fiche de personnage
force:
0/0  (0/0)
agilité:
0/0  (0/0)
endurance:
0/0  (0/0)
avatar
En savoir plus
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 22 Mai - 0:51



« L'inconnu de l'Écluse »



Malgré d'épais cumulo-nimbus noirs de gris qui s'étalaient jusqu'à perte de vue et qui parfois grommelaient de rage, quelques lueurs de soleil timides parvenaient à caresser la cime des arbres rachitiques qui subsistaient en ces lieux fluviaux. Ces derniers continuaient à perdre leurs feuilles qui, dans leur inexorable chute, se pulvérisaient en une multitude de poussières avant même de pouvoir atteindre le sol. À une altitude plus terrestre, de la brume glissait au-dessus de l'Aspic comme le fantôme d'une atmosphère défunte. Les touffes d'herbes aux alentours du fleuve jaunissaient sous l'effet de la pollution. Un calme assourdissant régnait.

Seule la dérive du fleuve rencontrait par endroit un rocher ou un tronc mort qui créait des remous dans l'eau. Le cours d'eau voyait ses rives de plus en plus rogner par de la boue grise - preuve que l'Aspic perdait un peu de sa vigueur. Aux abords du fleuve, des empreintes de pattes menaient jusqu'à l'eau brune qui s'écoulait, imperturbable. Une truffe noire huma la surface aquatique avant de rapidement se retirer en raison de senteurs indigestes.

Soudain, un croassement se fit entendre et résonna dans le bois situé de l'autre côté de la rive. Le loup redressa aussitôt la tête dans l'espoir d'apercevoir par chance la source de ce cri. Le mouvement du canis lupus ne manqua d'apeurer le corbeau qui s'envola. Tenaillé par une faim interminable, le loup désirait ardemment traverser le fleuve afin de poursuivre le volatile. Mais le cours d'eau était large et le courant demeurait fort. L'expérience que le loup avait acquis au fil de ces cinq années d'existence ne l'empêchait pas de craindre d'être emporté par le courant. Dans l'état d'esprit frénétique qu'avait déclenché le corbeau, le loup noir examina les alentours, tendu vers la moindre possibilité de traverser le fleuve. Il aperçut loin en amont du fleuve une structure métallique surmontant l'Aspic, présentant une passerelle vers l'autre rive. Sans perdre son temps, le loup noir entama une marche intensive vers l'Écluse.

Alors que ce monde semblait s'évanouir dans le silence, un loup inconnu foulait encore les terres des Anges déchus. Dans ce territoire abandonné par les hommes, dans cette nature à bout de souffle, une ébauche de vie continuait à parcourir son chemin. Quand bien même l'enfer dominait, quand bien même ces terres n'avaient pour gardiens que des démons, la vie se frayerait une brèche.

Codage by TAC

 L'inconnu de l'Écluse


 :: Terres Neuves :: Le Fleuve de l'Aspic :: L'écluse