Souffle acide du vent, larmes brulantes du ciel. Le monde ne ressemble plus aux paysages d'autrefois. Les cataclysmes ont frappé, des colonnes de flammes et de fumées se sont élevées sur l'horizon. La guerre. La guerre des hommes. Et nous, les loups n'avons eu d'autres choix que de fuir. Nombreux furent nos congénères emportés. Nous traversâmes les plaines cabossées, les forêts de cendres, poursuivis par la faim, traqués par la mort.

Notre salut, nous le devions malheureusement à ceux qui avaient provoqué notre malheur.


 

 :: Archives :: Évènements achevés :: Nouveaux Territoires

 For the ones we love ~ feat Gamora

Altruisme du Voyageur
Altruisme du Voyageur

Fiche de personnage
force:
100/100  (100/100)
agilité:
100/100  (100/100)
endurance:
100/100  (100/100)
avatar
En savoir plus
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 29 Avr - 15:37




FOR THE ONES WE LOVE

Force : 100
Agilité : 100
Endurance : 100

Finwë & Gamora

Finwë avançait d'un pas prudent le long des falaises de Gorge-Creux. La louve n'avait pas de raison précise de venir ici, mais elle avait besoin de s'aérer l'esprit. Entre ses responsabilités en tant que bras-droit de la meute et le fait qu'elle doive s'occuper sans arrêt de Nova, son louveteau maintenant âgé de 2 mois, la Navnik aimait parfois prendre le temps de souffler un peu, d'aller marcher plus loin pour se libérer ne serait-ce que quelques instants de ses devoirs.
Néanmoins, elle commençait à sincèrement regretter son choix en voyant la pierre sous ses pattes devenir de plus en plus friable à mesure que le chemin se resserrait en un petit passage escarpé. Finwë soupira et reprit son chemin en redoublant de prudence. Heureusement, elle était dotée d'une grande agilité qui lui permettait d'éviter de chuter. L'ancienne chasseuse avait toujours ses anciens réflexes. D'ailleurs, cela faisait un moment qu'elle n'était pas allée chasser ... pas depuis sa discussion avec Natan. Natan ... Le cœur de Finwë se serra. Son ami de toujours était parti, ainsi qu'Adriel, son apprenti, la gentille Shiro et surtout leur alpha Isha. Le bras-droit ne comprenait pas pourquoi ils avaient quitté la meute. Elle avait l'impression que tout ceux qu'elle aimait la laissaient tomber ... Altaïr, Icare qui avait de nouveau disparu, et maintenant Natan et Adriel. Tous partis, loin d'elle. Il ne lui restait plus que sa famille. Et encore ... Elle n'avait pas revu sa fille Talia depuis des mois.
Secouant la tête pour chasser ces sombres pensées de son esprit, Finwë releva les yeux. Et elle se figea. Face à elle se tenait un énorme ... Un énorme quoi d'ailleurs ? Elle n'avait jamais vu de chose pareille. Une grosse carcasse de fer, ayant sans aucun doute appartenu aux bipèdes. La majeure partie flottait sur l'océan en contre-bas, mais l'avant - ou alors était-ce l'arrière ? - de la chose était encastré dans la falaise. La louve s'en approcha avec méfiance, tous les sens en alerte, prête à agir au moindre signe étrange. Elle huma l'air mais ne sentit rien d'autre que l'air marin et la puanteur habituelle de toute propriété des Hommes. Néanmoins, l'endroit semblait ne plus être occupé par ces derniers, aussi la louve se risqua-t-elle à y poser une patte. Rien. Finwë se décida et grimpa sur la carcasse. Elle s'y aventura à pas légers, mais le crissement de ses griffes sur la surface de la chose lui faisait perdre toute discrétion.
La louve se mit à explorer l'endroit avec curiosité, reniflant chaque recoin. Le vent fort ébouriffait son pelage gris, lui apportant les effluves salées de l'océan. Finwë fouina un peu sur toute la surface, puis s'arrêta devant une porte menant à une sorte d'habitacle qui était entrouverte. Elle hésitait à s'y engouffrer, partagée entre la curiosité et la prudence, lorsqu'un bruit dans son dos attira son attention. Ses oreilles se tournèrent dans cette direction et captèrent le crissement d'autres griffes, tout proche. La Navnik fit volte-face d'un bond pour se retrouver face à une louve, solitaire d'après son odeur, au pelage beige.
Finwë planta son regard gris souris sur l'inconnue, prenant une attitude neutre, mais restant toutefois sur ses gardes. Tant qu'elle ne connaissait pas les intentions de l'autre louve, elle préférait rester alerte.
«Bonjour.», lança-t-elle d'une voix calme.
Même si elle restait méfiante, le bras-droit préférait se montrer sympathique avec ses congénères. Elle ne savait jamais ce qu'un inconnu pourrait lui apporter.


© REIRA DE LIBRE GRAPH

_________________

Code par Zagan
Hallali des Pénitents
Hallali des Pénitents

Fiche de personnage
force:
5/100  (5/100)
agilité:
9/100  (9/100)
endurance:
6/100  (6/100)
avatar
En savoir plus
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 2 Mai - 14:00


L'étau de métal
Dova versus Gamora.


Gamora, louve brisée au pelage de miel, a quoi pense t - elle? Elle marche, erre, n'a que faire de cette terre qui l'entoure. De ces maîtres qui l'assomme un peu plus chaque jours. Loup de marbre. Coeur de pierre. Elle aimerait le croire et pourtant, ce collier tintant sur les bords de son être lui rappel à quel point l'étau autour de son âme est lancinant, étouffant. Non Gamora, jamais elle ne connaîtra le repos. Jamais elle ne connaîtra la sérénité. Il est trop tard pour tout ça. Il est trop tard pour elle.
Le parjure est fait, la sentence est tombée. Après avoir enfanté, elle a de nouveau scellé son destin. Pauvre catin facile. Elle qui se laisse enivré par la passion des chaleurs qui laisse son corps se faire souillé par qui le demande, tant que cela lui plaît.
Et encore... Qu'elle vie espéré désormais alors que le mal est fait. La souffrance d'une vie de solitude, d'un assassina de masse de ses propres bébés qu'elle a du supporter.

Elle sourit. Qui donc pouvait encore l'ébranler? Qui donc pouvait insufflé en elle une raison d'exister? C'était comme si le monde en avait après elle depuis sa naissance. Elle, la louve d'été qui n'a jamais aimé. Jamais? Sa mère peut être? Non, ce n'était que de la pitié, et un sentiment de désolement pour ce qui lui arrivait de par sa faute. Mais jamais, elle n'avait prononcer ce mot, et jamais elle ne pensait s'en laisser imprégner. Qu'était vraiment l'amour? Avoir protéger l'un de ses petits lors du massacre des maîtres? Non, un instinct de survie. Se soumettre car son fils est entre les mains du maître? Non, de la préservation. Il n'y a nul amour dans tout cela, que de l'intérêt, de l'ennuis sinon, et un peu plus de résiliation.
La résiliation de l'âme à n'être née que pour tuer. Annihiler. Détruire. Une machine des mains de l'homme, voici ce qu'elle est Gamora. Voici ce qu'elle ressent à chaque instant.

Elle parcourt les terres Gamora. Elle semble ne chercher que des compagnons pour s'amuser, détruire l'ennuis. Ses sens sont tous en alertes alors que son corps vibre de désir. Elle prie à l'intérieur de ne plus croiser le chemin d'un mâle emplis d'ardeur. Si la belle devait à nouveau mettre bas, cela signerait peut être la fin de son existence au sein de la Cohorte, car qui sait... les maîtres se lasseront peut être de ses caprices de louves insoumises et n'auront que pour intérêt de garder des petits plus facile à dresser...

Mais voilà qu'une effluve lui parvient à Gamora. Une effluve légère, un brun tourmentée. Elle se plaît à la suivre. Elle se plaît à la renifler. Qu'elle est cet arôme d'un corps chaloupé qui se dessine à travers les paysages des terres neutres. Gamora ne l'avais jamais flairé auparavant et désormais voilà qu'elle la pistait, curieuse, soudain intéressée. Et elle la voit enfin. Arrivant à la Broyeurie, un endroit que les maîtres ont déjà sûrement pillé, le crissement des griffes sur la coque trahis la louve d'été. La belle se retourne d'un mouvement fluide, rapide. Aucun doute qu'il s'agit là d'une louve sauvage, appartenant peut être à une meute qui sait, elle n'y connaît rien la louve de la Cohorte.

«Bonjour.»

Un simple mot, un sourire, et voilà que la blonde est surprise, agréablement il faut dire. Elle n'a jamais vraiment côtoyé d'autres femelles et étrangement, elle se plaisait à les séduire quand elle en croisait, c'est a dire très rarement.

«Bonjour également, seriez vous perdu?»

Elle penche la tête de côté, ses oreilles se pliants légèrement sur le sommet de son crâne. Vu comme cela, la louve pourrait paraître presque inoffensive, mais elle le sait, son collier la trahie. Elle est marquée au fer rouge de la signature des colliers argentés des maîtres aux visages de morts...



code by bat'phanie
Altruisme du Voyageur
Altruisme du Voyageur

Fiche de personnage
force:
100/100  (100/100)
agilité:
100/100  (100/100)
endurance:
100/100  (100/100)
avatar
En savoir plus
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 2 Mai - 15:24




FOR THE ONES WE LOVE

Force : 100
Agilité : 100
Endurance : 100

Finwë & Gamora

La louve beige se figea un instant, fixant Finwë de ses yeux étranges. L'un ambré, l'autre d'un rouge sanglant. Finwë maintenait le regard insistant de l'inconnue avec autorité. Elle ne se laisserait pas marcher sur les pattes par une solitaire. Mais pourtant, cette dernière finit par prendre un air dénué de toute agressivité.
«Bonjour également, seriez vous perdu?, demanda la louve beige.
Sa voix était douce et amicale, mais Finwë ne relâcha pas sa prudence pour autant. L'inconnue pencha la tête de côté, et à ce moment-là, la Navnik le vit en même temps qu'elle l'entendit. Un collier, étau de fer qui cliqueta au mouvement de la louve. Le bras-droit sentit son cœur rater un battement et son pelage se redressa légèrement sur son dos. La louve grise retint un grognement. Avec la puanteur qui régnait dans cet endroit elle n'avait même pas remarqué l'odeur de l'Homme qui imprégnait le pelage de l'autre louve. Et pourtant, maintenant qu'elle se concentrait, elle ne sentait que ça. L'odeur de leurs ennemis mortels, envahissante, omniprésente. L'inconnue était-elle l'un de leurs loups domestiqués, asservie à la cause de son maître ? Finwë n'en doutait pas une seule seconde.
La Navnik sentit tous ses muscles se tendre. Elle n'était pas du genre à se battre, mais si la louve était bien une menace pour sa meute et sa famille, alors elle n'hésiterais pas un seul instant à lui bondir dessus. Et elle avait déjà un mauvais pressentiment quand aux intentions de celle-ci. Son allure innocente était trompeuse, elle en était sûre et certaine. Les loups des Hommes ne ressentaient aucune pitié et étaient juste des tueurs sans cœur, dressés pour se retourner contre leurs congénères. On ne changeait pas ces choses-là.
Finwë songea soudainement à Adriel. Son apprenti aussi était un loup des Hommes, lui aussi avait été dressé à tuer. Et pourtant ... il avait rejoint la meute, avait retrouvé son père et apprit à vivre de nouveau comme un vrai loup. Et la louve grise lui avait enseigné à se battre comme l'un des leurs, à rejeter son passé de chien de combat. Il avait progressé, plus vite que la louve le pensait d'ailleurs. Il était presque redevenu un loup. Mais il avait disparu maintenant. Était-il retourné à la recherche de ses anciens maîtres et tortionnaires ? Le bras-droit en doutait, mais elle ne pouvait s'empêcher d'y penser avec tristesse. Si tel était le cas, alors elle avait échoué et n'avait pas rempli sa tâche en tant que mentor.
La louve secoua la tête. Ce n'était pas le moment de songer à tout cela. Elle devait rester concentrée, ne pas lâcher la solitaire des yeux. Une seule erreur et elle pourrait perdre l'avantage. En observant mieux l'autre, Finwë se rendit compte qu'elle n'était pas vraiment puissante. Ses muscles n'étaient même pas développés et la louve beige était même assez maigre. Elle ne tiendrait pas plus de quelques instants face au bras-droit Navnik. Mais toutefois cette dernière se méfiait d'elle. Il ne fallait jamais être trop confiant et sûr de soi. Même si ce n'était apparemment pas le cas, d'autres loups ou, pire, des Hommes pourraient se cacher dans les environs. Finwë n'écartait pas l'idée d'un piège, ce qui ne la rassurait pas.
Prenant une expression plus autoritaire et dure, la Navnik reprit la parole:
-Non, je ne suis pas perdue. Serait-ce ton cas ?»
Elle avait parlé d'un ton strict, froid. Elle n'était plus la louve accueillante d'il y a quelques minutes, mais le bras-droit dévoué à sa meute et la mère protectrice. Et ceux qui tenteraient de s'en prendre à ceux qu'elle aimait étaient soit fous, soit imprudents.


© REIRA DE LIBRE GRAPH

_________________

Code par Zagan
Contenu sponsorisé
En savoir plus

 For the ones we love ~ feat Gamora


 :: Archives :: Évènements achevés :: Nouveaux Territoires