Souffle acide du vent, larmes brulantes du ciel. Le monde ne ressemble plus aux paysages d'autrefois. Les cataclysmes ont frappé, des colonnes de flammes et de fumées se sont élevées sur l'horizon. La guerre. La guerre des hommes. Et nous, les loups n'avons eu d'autres choix que de fuir. Nombreux furent nos congénères emportés. Nous traversâmes les plaines cabossées, les forêts de cendres, poursuivis par la faim, traqués par la mort.

Notre salut, nous le devions malheureusement à ceux qui avaient provoqué notre malheur.


 

 :: Archives :: Évènements achevés :: Nouveaux Territoires

 Live and let die PV Midona

Bleu de l'Empereur
Bleu de l'Empereur

Fiche de personnage
force:
38/100  (38/100)
agilité:
39/100  (39/100)
endurance:
38/100  (38/100)
avatar
En savoir plus
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 12 Fév - 18:42


Live and let die PV Midona

L'exploration voilà peut être bien la seule chose positive que je pouvais retirer de l'exode des membres de mon espèce de leurs anciens royaumes désormais souvenirs encore fumants dans les esprits. Des souvenirs qui comme tout autre finiraient par refroidir puis se déliter au fur et à mesure que les loups et les louves des anciennes terres du sud s’habitueraient et apprivoiseraient leur nouvel environnement de vie. Car j'aimais explorer, j'aimais arpenter les vastes étendues de terres inconnues et me les approprier en laissant mes sens s'imprégner des effluves, des sons et du décor qui constituait une nouveauté bien souvent monotone. Notamment parce que peu importe que l'on se trouve au nord, à l'est, à l'ouest ou au sud la destruction restait irrémédiablement la même que notre regard se porte dans une direction ou dans l'autre. La marque funeste des deux pattes semblait profondément ancrée dans le monde et il apparaissait de plus en plus évident que celle ci ne s'estomperait jamais. On s'y habituait très rapidement tant on l'avait devant les yeux depuis la naissance mais parfois tandis que le regard se portait sur des espaces ou des étendues relativement épargnées il arrivait que l'on ressente ce pincement au cœur.

Ce pincement qui nous signifiait qu’inconsciemment nous savions que la souillure de la nature perpétrée par les deux pattes était une offense impardonnable. Et que ce n'était pas tant pour notre propre survie que nous devions haïr les sans fourrures mais bel et bien pour ce crime insoutenable. Mes pattes effleuraient à peine le sol rocailleux du littoral des nouvelles terres des loups. Espoir d'hier et de demain, fruit de l'exode des derniers survivants lupins de tout un monde aussi dévastateur que dévasté. J'aime ces nouvelles terres contrairement aux anciennes qui m'avait vu m'y installer suite à mon propre exil. Celui d'une fuite en avant pour la survie face à une menace inaltérable. Je ne m'étais jamais senti pleinement chez moi dans les terres du sud. Premièrement parce qu'elles ne ressemblaient en rien à celles qui m'avaient vu naître. Deuxièmement parce que je n'y avais lié aucune relation. Et troisièmement parce que la raison de mon installation m'avait laissé un goût amer dans la gueule.

L'exode avait eu cet aspect positif que constitue les nouveaux départs. Ceux auxquels vous étiez contraints et qui ne vous laissaient pas le choix. Tout ce que vous pouviez faire était d'accepter cette nouvelle donne et vous y adapter. Cette nouvelle vie de solitaire assurément mouvementée m'avait donnée suffisamment de grain à moudre, de possibilité de réfléchir. Né de parents mercenaires devenus sédentaires et guerriers respectés je devais bien avoir quelques prédispositions pour la vie solitaire néanmoins il se trouve que je ne souhaite pas continuer seul. Est ce une faiblesse ? Est ce que Silex serait déçu par mon choix ? Tenterait il de m'enseigner une ultime leçon ? De celle qui affirmait que seul nous étions plus fort, que seuls les plus forts marchaient seuls. Comment savoir ? Mon acariâtre de père était mort et retourné à la poussière que nous étions tous depuis plusieurs mois désormais. L'esprit oublié du vieux loup gris pouvait reposer en paix. L'idée d'intégrer une meute ne m’effleurait pas l'esprit et ne le ferait probablement pas. Mais, la coopération qui s'était naturellement mise en place au cours de l'exode entre les solitaires des défunts territoires du sud m'avait intriguée.

Je me voyais désormais bien au sein d'un petit groupe de solitaires s'entraidant face aux difficultés, se protégeant les uns les autres. Une sorte de clan aux liens solides. Un rassemblement de loups et de louves ne voulant pas intégrer une meute mais ne voulant pas non plus survivre seuls. Au sein non je voulais dire à la tète. Mais tout cela reste plus qu'abstrait pour le moment et le restera tant que les conditions ne seront pas favorables. Me tirant de mes pensées d'avenir je me rends compte que je me trouve devant un passage rocheux escarpé. Je m'ébroue pour retrouver mes esprits et entreprends la descente vers la crique en contre bas. Bondissant de rochers en rochers avec la plus grande des prudences je finis par atteindre une caverne rocheuse tapissée de sable. Je la traverse prestement et atteins finalement une crique enfoncé dans la falaise. Falaise au dessus de laquelle volent de nombreux piafs et autres volatiles amateurs de chair marine. Une effluve récemment découverte frappe mon museau de plein fouet et je reconnais celle d'une des solitaires avec lesquels j'ai fui le cataclysme. Je m'approche d'elle d'un pas nonchalant et m'assois à coté de la louve noire aux yeux bleus. Miroir féminin de ma propre personne, physiquement du moins. Devant nous les vagues viennent se briser sur le sable fin dans une gerbe d'écume. Je brise le silence ce qui n'est pas franchement dans mes habitudes : Ce nouveau monde est magnifique si l'on sait comment le regarder ne trouves tu pas ?
Perle de Brume
Perle de Brume

Fiche de personnage
force:
74/100  (74/100)
agilité:
56/100  (56/100)
endurance:
54/100  (54/100)
avatar
En savoir plus
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 13 Fév - 11:51






Live and let die
avec Roan




Force: 19 - Agilité: 21 - Endurance: 19


Midona savait où elle allait. Ses pattes se dirigeaient automatiquement vers cet endroit. Cet endroit où toute sa nouvelle vie avait commencé il y a seulement quelques jours. La louve se mit à trottiner, ses pattes foulant le sable avec légèreté. Elle avait hâte d'y être. Son seul regret était qu'Epsilon n'avait pu l'accompagner aujourd'hui. Son compagnon avait eu d'autres devoirs à remplir au sein de la meute et la louve avait dû se résoudre à partir seule. Elle passa sur le sentier exigu, bondissant agilement au-dessus d'un rocher lui bloquant le passage. Depuis qu'elle avait rejoint Epsilon, Midona se sentait plus heureuse que jamais. Il lui semblait que celle qu'elle avait été durant de longs mois avait disparu, que toutes ces tragédies qui l'avaient touchée n'étaient qu'un mauvais rêve dont elle venait de se réveiller. Maintenant elle pouvait vraiment profiter de sa vie, maintenant elle avait enfin trouvé le bonheur. Et elle ne le laisserait certainement pas filer entre ses pattes de nouveau.
Tandis qu'elle réfléchissait à tout cela, Midona atteignit enfin la crique aux oiseaux. Les habitants de ce petit lieu de paradis caché des regards étaient tout aussi bruyants que la dernière fois, planant incessamment au-dessus des falaises. La louve s'avança lentement vers le bord de la mer. L'eau s'étendait à perte de vue. Midona s'assit et observa longuement les vagues. Malgré le vacarme des oiseaux, elle avait l'impression de ne rien entendre d'autre que le doux son de l'écume qui venait caresser ses pattes. Elle ferma les yeux, profitant de ce moment. Les souvenirs de ces derniers jours lui revinrent en mémoire. Ses retrouvailles avec Epsilon, ce moment où ils s'étaient avoués leurs sentiments, puis ces longues minutes pendant lesquelles ils étaient restés blottis l'un contre l'autre, sans un mot. Et cet instant où elle avait compris que sa vie allait changer, et où elle avait décidé de rejoindre les Sekmet pour rester à ses côtés.
«Ce nouveau monde est magnifique si l'on sait comment le regarder ne trouves tu pas ?
Midona sursauta et bondit de côté, tous les muscles tendus. Elle fixa l'inconnu en grondant, les oreilles rabattues sur son crâne, bien campée sur ses pattes. Elle était tellement plongée dans ses pensées qu'elle ne l'avait ni vu, ni entendu et ni senti arriver. Grave erreur. Le loup qui se tenait maintenant face à elle aurait tout aussi bien pu lui bondir dessus et elle n'aurait eu aucune chance pour se défendre. La louve s'en voulut. Elle devait être plus prudente au lieu de rêvasser, surtout lorsqu'elle était seule.
-Qui es-tu et que fais-tu ici ?, lança-t-elle tout en restant sur sa position.
L'inconnu était un mâle au physique identique au sien. Autrefois cela aurait perturbé la louve, mais depuis qu'elle avait passé tant de temps avec Kobalt elle avait l'habitude de se retrouver face à son reflet. Kobalt ... Elle ne savait toujours pas ce qu'il était devenu et n'irait certainement pas mettre les pattes chez les Aldark pour aller s'enquérir de son sort. Elle serait mise en pièce dès qu'ils la verraient. Et de toute façon ce n'était plus son problème désormais. Mambo n'était plus là et elle n'avait plus aucun compte à rendre à son frère adoptif.
Soudain, elle reconnut le loup face à elle. Elle ne connaissait ni son nom ni quoi que ce soit de lui, mais savait qu'il s'agissait de l'un des solitaires l'ayant accompagnée lors de l'exode.
-Oh, encore toi.», lâcha-t-elle finalement.
Elle fixa le mâle de son regard glacial. Elle aurait souhaité être tranquille, mais c'était visiblement l'une des rares choses qui n'avait pas changé depuis qu'elle avait rejoint Epsilon. Il y avait toujours quelqu'un pour la déranger dans ses moments de solitude.


© Jawilsia sur Never Utopia


_________________
Cadeaux:
 


Code par Zagan
Bleu de l'Empereur
Bleu de l'Empereur

Fiche de personnage
force:
38/100  (38/100)
agilité:
39/100  (39/100)
endurance:
38/100  (38/100)
avatar
En savoir plus
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 21 Fév - 15:18



Team work for the lones
Roan & Midona
Alors que les vagues de l'océan viennent s'écraser modestement sur la plage de galet dans une gerbe d'écume blanchâtre et que je repense à la violence s'étant déchaînée sur les terres du sud je tente une approche diplomate de la louve qui pouvait par bien des aspects être considérée comme mon reflet ou moi le sien. Simple question de point de vue. Sa réaction m'arrache un sourire en coin et un soupir d’exaspération. C'est un peu trop à mon goût. Le sursaut passe encore je le confesse. J'ai pu lui faire peur en apparaissant ainsi à coté d'elle et en lui murmurant mon point de vue sur la beauté que pouvait parfois parvenir à revêtir un monde dévasté. Mais bon je ne me suis pas caché en venant ici. Je ne l'ai pas fait dans le but de la surprendre tel un rôdeur cherchant à se faufiler dans l'ombre de la roche pour venir lui faire. Oui lui faire quoi d'ailleurs ?

Tss. S'il fallait maintenant prévenir les gens que l'on approchait afin de leur éviter des sueurs froides. D'autant plus que je me serais attendu à mieux de la part d'une solitaire. Nous les vagabonds étions censés avoir des réflexes bien supérieurs aux loups de meute car mieux que quiconque nous sommes parfaitement conscients du fait que quelque chose inoffensif aux premiers abords peut se révéler être la pire des menaces, que ne pas rester sur ses gardes c'est avoir une patte dans la tombe. Que le danger peut surgir de n'importe ou et surtout de là ou ne l'attend pas. Mais peut être que celle qui s'était improvisée meneuse des solitaires lors de l'exode n'avait en réalité rien d'une solitaire. Ni le goût pour cette vie aussi dangereuse que palpitante et au demeurant hautement plus exigeante que celle d'un loup de meute ni les épaules pour la vivre. Tout le monde n'est pas fait pour cela. Force était de le reconnaître et moi qui étais né dans une meute et y avais vécu une bonne part de ma vie pouvais tout à fait le comprendre. Seulement, je m'étais fait à cette nouvelle vie avec une aisance qui m'avait déconcerté moi même. Peut être parce que le sang de la liberté coulait dans mes veines, mes deux parents ayant été des mercenaires avant d'intégrer la meute qui m'avait vu naître. Devant l'agressivité notoire de la louve, je me contente d'un air amusé et ne bouge pas d'un iota.

Ma fourrure reste à sa place sur mon corps couleur nuit et mes yeux bleus foncés ne lâchent pas la louve du regard. Va t'elle faire quelque chose de stupide comme m'attaquer ? Tout cela parce que madame avait eu une petite frayeur. Restant parfaitement immobile et nonchalant, je laisse pourtant mes muscles se tendre sous ma peau. Si elle veut du sang, elle en aura. Je donne aux gens ce qu'ils veulent. Et je peux lui assurer qu'elle en aura en quantité suffisante. Mais, je ne me montre pas hostile malgré son attitude non pas que je sois du genre à cracher sur un bon combat seulement je trouve toute cette situation passablement stupide. Nous nous sommes enfuit ensemble durant l'exode, nous avons survécu ensemble et nous allions nous entre tuer ici sur cette plage abrité, trésor de paix tout ça parce que cette louve n'aimait pas ma face. Parfois je me demande ce qui tourne le moins rond dans le chaos qu'est nos vies. Des instants se passent alors que nous nous toisons durement malgré mon sourire charmeur puis des secondes et enfin des minutes jusqu'à ce que la louve daigne finalement briser le silence pesant. Je pousse un second soupir et pars d'un petit rire tandis que mes traits se durcissent.

Cela ne te regarde aucunement pourrais je te répondre. Je ne suis qu'un loup parmi tant d'autres qui foulent à présent ces nouvelles terres. Quant à ce que je fais ici. Il me semble que cette plage ne t'appartient pas et qu'aux dernières nouvelles je suis libre d'aller ou bon me semble au gré de mes envies louve. Aucun doute cette louve n'a pas le cœur d'une solitaire avec de tels réflexes de loup de meute. Propriété et méfiance à l'encontre des étrangers. Je veux bien mettre une patte à couper qu'elle ne restera pas solitaire bien longtemps. Pourtant je reprends d'une voix moins dure et moins acerbe : Je me nomme Roan. J'aimerais dire que je suis heureux de te revoir en bonne santé mais je suis persuadé que la réciproque n'est pas vraie alors... Il semble que la louve finisse par me reconnaître puisqu'elle lâche un encore toi d'une voix tout aussi glaciale que son regard. Comme si nous n'avions rien fait que nous croiser depuis l'exode.

Bonne chance à ses futurs camarades de meute si je ne me trompe pas dans mon diagnostic. J'aime la solitude et le silence que me procure la vie de solitaire mais cette louve me semble être un paradoxe. Oui encore moi désolé de te décevoir. Refroidi par cet accueil digne de ceux que je pouvais moi même parfois réserver à mes congénères il fallait le reconnaître, je me lèche le poitrail avant de m'éloigner de la louve en lui tournant le dos d'un pas nonchalant. Pour aller m'installer face à l'océan quelques mètres plus loin. Faisant fi de la présence étrangère, je contemple cette vaste étendue d'eau que j'avais découvert furieuse et meurtrière lors de l'exode.  
 

Perle de Brume
Perle de Brume

Fiche de personnage
force:
74/100  (74/100)
agilité:
56/100  (56/100)
endurance:
54/100  (54/100)
avatar
En savoir plus
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 23 Fév - 13:35




LIVE AND LET DIE

Force : 19
Agilité : 21
Endurance : 19

Midona & Roan

Le mâle sembla quelque peu ... agacé par la réaction de Midona. Son expression se durcit et il lui lança un regard mauvais à son tour.
«Cela ne te regarde aucunement pourrais je te répondre. Je ne suis qu'un loup parmi tant d'autres qui foulent à présent ces nouvelles terres. Quant à ce que je fais ici. Il me semble que cette plage ne t'appartient pas et qu'aux dernières nouvelles je suis libre d'aller ou bon me semble au gré de mes envies louve. Je me nomme Roan. J'aimerais dire que je suis heureux de te revoir en bonne santé mais je suis persuadé que la réciproque n'est pas vraie alors..., dit-il.
Midona le fixait sans un mot. Elle n'avait encore jamais vu un loup qui parlait autant. De plus, de quel droit s'adressait-il à elle de cette manière ? L'ancienne solitaire avait beaucoup de mal à se retenir de lui répondre aussi agréablement qu'il venait de le faire. Mais elle se rappela de ses promesses et maintint le silence un moment. Visiblement vexé, Roan se releva et partit plus loin. Il se plaça face à l'océan et ne bougea plus. Midona l'observa un long moment, puis elle se releva en levant les yeux au ciel. La louve s'ébroua avant de s'approcher du mâle, tout en gardant ses distances.
-Midona., dit-elle. Mon nom est Midona. Excuse-moi mais je ne t'avais pas entendu arriver, tu m'as surpris.
La Sekmet se détourna ensuite pour renifler le sable, cherchant quoi que ce soit d'intéressant. Elle aurait aimé rentrer chez elle et retrouver Epsilon, mais Roan l'aurait probablement mal pris. Non pas qu'elle s'en soucie, mais elle s'était promis d'être plus agréable. Et puis, après tout, il l'avait accompagné lors de l'exode et était un solitaire, tout comme elle il y a seulement quelques jours. Alors autant faire un effort et tenter de converser un peu.
-Sinon, qu'est-ce que tu me veux ?», lança finalement la louve.
Elle se demandait pourquoi le solitaire se tenait toujours là alors qu'il avait toutes les raisons de partir d'ici et de la laisser tranquille. Peut-être voulait-il lui demander quelque chose.


© REIRA DE LIBRE GRAPH

_________________
Cadeaux:
 


Code par Zagan
Bleu de l'Empereur
Bleu de l'Empereur

Fiche de personnage
force:
38/100  (38/100)
agilité:
39/100  (39/100)
endurance:
38/100  (38/100)
avatar
En savoir plus
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 24 Fév - 19:20



Team work for the lones
Roan & Midona
L'expression étonnée et mécontente de la louve d'ébène aux yeux bleus si proches et pourtant si différents des miens était encore fraîche dans mon esprit. En même temps, cela faisait tout juste quelques instants qu'elle l'avait esquissée et plaquée sur les traits de son visage probablement relativement prompt à afficher ce genre d'expressions faciales. J'aurais de sacré problème de mémoire visuelle si je l'avais déjà oublié à l'heure qu'il est. Pourtant, ce n'est pas la volonté qui me manque. Je ne sais pas pourquoi je me suis approché de cette solitaire pour me montrer vaguement sympathique avec elle sous simple prétexte que nous nous sommes rencontré et entraidé durant l'exode. Ce n'était je me répétais une fois de plus absolument pas dans mes habitudes d'aller taper la discute avec d'autres canidés. D'ailleurs au passage, le terme entraider est peut être même un peu trop fort car à part avoir galoper cote à cote durant des heures et des heures nous n'avions pas fait grand chose. On a vu mieux comme soit disant entraide. Néanmoins je reconnaissais que la louve avait su s'imposer à nous solitaires de notre état, méfiants de nature, indépendants et individualistes de surcroît et nous mener vers ces nouvelles terres.

Qu'elle y soit parvenue consciemment ou non. A ce propos je suis persuadé qu'elle ne savait absolument pas ou elle allait ni si elle se dirigeait bien vers un nouveau foyer et non pas une terre morte ou en passe de le devenir suite au fléau du sud. Mais, elle l'avait fait et je lui en étais grée quand bien même je considérais que je n'avais au demeurant absolument pas eu besoin de cette dernière pour agir de la bonne manière face à cette menace mortelle. Quoi qu'il en soit grand mal m'avait pris de vouloir me montrer sociable et quelque peu reconnaissant. Pas de problème, je m'en souviendrais à l'avenir. Comme quoi mieux valait rester soi même en toutes circonstances tant les autres ne vous feraient pas un accueil à la hauteur de vos espérances et ne salueraient pas vos efforts à leur juste valeur. J'esquisse un sourire amusé en gardant en tète l'étonnement dans les yeux de la louve qui ne se trouvait qu'à quelques pas de moi. Oui, j'avais parlé bien longtemps. Bien plus longuement qu'à l'accoutumée dans mon cas mais cela elle ne pouvait décemment pas le savoir. D'ailleurs le sourire moqueur qui plissait mes babines en cet instant étant tant un sourire à l'intention de cette solitaire farouche.

Car si elle faisait une telle tète après quelques phrases prononcés c'était bien qu'elle devait être encore plus taciturne que moi. Alors oui, je m'amuse de mes suppositions quant à son entrée dans une meute. Je sens bien une légère odeur de groupe sur son pelage. Effluve venant supputer mes observations antérieures. Mais, je ne peux être sur de rien sans sa confirmation. Je ne suis pas omniscient. Seulement je m'en moque éperdument désormais. Non, je ne suis pas vexé seulement refroidi. D'autre part ce sourire moqueur m'est auto adressé pour les motifs évoqués plus haut quant au fait de tenter de se montrer passablement courtois. Ainsi, je contemple les vagues un sourire au coin des babines. J'aime l'océan il m'enseigne bien des choses. Me fait peur et m'excite à la fois. Je le respecte et j'apprends en l'observant. Je ne l'avais jamais vu avant d'arriver dans les terres du sud. Savourant la vue de cette étendue semblant infinie à sa juste valeur je me plonge dans ma contemplation avant d'en être brusquement tiré de cette dernière par les bruits de pas derrière moi. Instinctivement je tends les muscles sous ma peau et me prépare à me battre.

Que me veut elle à présent ? Mon attitude n'est elle pas suffisamment claire ? Je me suis détourné d'elle en exposant mon dos signe que je ne la crains pas si jamais elle se sentait d'humeur plus belliqueuse qu'elle ne l'était déjà. Tss. Si elle s'imagine que je vais déguerpir d'ici simplement parce qu'elle est arrivée la première et qu'elle veut me voir partir. Elle ne pourrait pas se tromper plus lourdement. Je suis un solitaire sur une terre libre. Je suis donc dans mon bon droit. Si l'effluve de meute dans son pelage encore très faible se révèle être le prémisse d'une imprégnation corporelle, elle a un territoire de meute. N'est il pas suffisamment vaste pour qu'elle laisse les terres neutres à leurs voyageurs ? Je ne bouge pourtant pas d'un iota et écarquille les yeux de surprise lorsqu'elle s'excuse et me donne son nom. Je me détends légèrement mais reste pourtant sur mes gardes. Qui sait ? Je me contente d'un hochement de tète et réponds d'une voix froide bien plus en accord avec ma propre personnalité. Ne t'excuses pas Midona. Je peux comprendre ta réaction. Enchanté.

Si la première partie de ma réponse était sans doute sincère. L'ultime ne l'était pas. Ah la la, les affres de la sociabilité. Quelle futilité. Nous avions été compagnons d'exode, je pouvais essayer de faire un autre effort. Je ne change pourtant pas de position et m'imagine qu'elle s'en va en la sentant s'éloigner mais son effluve reste vive alors je devine qu'elle arpente les alentours à la recherche de quelque chose. Celle ci reprend la parole à mon plus grand dam. Strictement rien du tout répondis je dans la foulée après avoir laissé passer un long silence. Je me doute bien que ma réponse n'est pas satisfaisante à ses yeux. Mais encore une fois je m'en moque. Pourtant, je souris une nouvelle fois en me disant que la louve avait gâchée la bonne note sur laquelle nous étions repartis. Bien que probablement mensongère des deux cotés. Oui, je suis sincèrement amusé car si mes morts me voyaient, ils riraient eux aussi de me voir si à cheval sur les notions de sociabilité.

Alors, je reprends quand bien même cela me brûle les babines : J'imagine que nous avons simplement le même goût pour la solitude et les endroits retirés. C'est amusant de voir que les points communs peuvent éloigner les gens au lieu de les rapprocher. Et que ce soit en ta compagnie que je déblatère autant. Quelle ironie. Enfin, tu cherches quelque chose en particulier ?  
 

Perle de Brume
Perle de Brume

Fiche de personnage
force:
74/100  (74/100)
agilité:
56/100  (56/100)
endurance:
54/100  (54/100)
avatar
En savoir plus
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 26 Fév - 14:58




LIVE AND LET DIE

Force : 19
Agilité : 21
Endurance : 19

Midona & Roan

Midona patienta longuement avant que Roan ne daigne enfin se retourner vers elle. Il était temps. Encore quelques secondes et la louve l'aurait laissé seul avec sa mauvaise humeur.
«Strictement rien du tout., dit-il.
Midona leva à nouveau les yeux au ciel. Il faisait bel et bien partie de cette catégorie de loups qu'elle préférait ne pas rencontrer. L'air supérieur du mâle ne lui plaisait pas du tout. Si il ne lui voulait rien, alors pourquoi ne pas avoir fait demi-tour lorsqu'il avait vu qu'elle occupait déjà l'endroit ? En tout cas la situation semblait l'amuser au contraire de la Sekmet. Mais ses promesses l'empêchaient d'utiliser les bonnes vieilles méthodes pour se débarrasser du solitaire. Autrefois elle l'aurait un peu abîmé, mais désormais elle savait se contrôler et garder son calme. De plus, elle avait appris que les mots pouvaient autant blesser que les crocs et elle s'en souviendrait si Roan devenait trop pénible. Bien qu'elle préférait éviter les conflits. Mieux valait ne pas s'attirer d'ennuis maintenant qu'elle avait rejoint une meute. Sa nouvelle vie venait de commencer, elle ne la gâcherait pas dès les premiers jours à cause d'un idiot.
-J'imagine que nous avons simplement le même goût pour la solitude et les endroits retirés. C'est amusant de voir que les points communs peuvent éloigner les gens au lieu de les rapprocher. Et que ce soit en ta compagnie que je déblatère autant. Quelle ironie. Enfin, tu cherches quelque chose en particulier ?, reprit d'ailleurs ce dernier.
Midona le fixa longuement.
-Et je trouve amusant de voir que tu te permet de t'exprimer sur mon cas comme si tu me connaissais par cœur alors que c'est loin d'être le cas. Je ne suis pas comme toi, nous n'avons aucun point commun si ce n'est que nous avons vécu l'exode ensemble. Mais j'ai une meute désormais, je n'ai pas plus de temps à perdre avec toi et tes paroles inutiles., dit-elle d'un ton calme.
Se souvenant de sa dernière question, elle rajouta avec un sourire moqueur:
-Strictement rien du tout.»
Sur ces mots, elle s'apprêtait à repartir vers ses nouvelles terres. Elle avançait sans se presser, marchant paisiblement sur le sable au cas où Roan aurait quelque chose à ajouter.
Puis elle sortit de la crique et repartit vers sa nouvelle famille.


© REIRA DE LIBRE GRAPH


[TERMINE POUR MOI. Désolée si c'est un peu court, mais j'ai trop de RPs en ce moment donc j'essaye de les boucler ^^ ]

_________________
Cadeaux:
 


Code par Zagan
Bleu de l'Empereur
Bleu de l'Empereur

Fiche de personnage
force:
38/100  (38/100)
agilité:
39/100  (39/100)
endurance:
38/100  (38/100)
avatar
En savoir plus
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 5 Mar - 17:57

La louve semble s'immobiliser dans ses recherches intempestives et probablement futiles suite à mes derniers propos et se tourne finalement vers moi avant de fixer ses deux prunelles turquoises sur ma personne. Son regard désagréable se fixe longuement sur moi et je sens bien que rien de constructif n'émergera de cette rencontre. Cette louve est hostile sans aucun motif et semble incapable de comprendre les subtilités d'une conversation incongrue et éclairée. Je lui ai tendu une perche d'amabilité qui ne me ressemblait absolument pas en arrivant sur ces lieux et elle l'a dédaignée comme si elle était une reine et que je n'étais rien qu'un misérable vers de terre à ses yeux. Parler peut parfois se révéler être une bonne chose entre solitaires. J'en étais bien conscient quand bien même je n'éprouvais que très rarement ce besoin pathétique de tailler dans le bout de gras avec des étrangers. La solitude et le besoin de parler étaient pourtant deux choses parfaitement naturelles chez la majorité des canidés normalement constitués.

La louve ne faisait pas partie de ceux là. Autant pour moi. Dire qu'à la base je souhaitais simplement converser en toute innocence voire la remercier d'avoir mené les solitaires lors de l'exode. Rien qu'en observant son expression mauvaise, je sais bien qu'elle prépare une répartie peu fouillée ou une agression verbale bien sentie de son cru. Je me demande pourquoi est ce que j'ai tenté de me montrer courtois avec une telle plaie tout en me remémorant que cette dernière portait une effluve de meute récente dans son pelage. Oui, je suis persuadé qu'elle va s'en vanter dans sa répartie qui tarde à venir comme si elle souhaitait refléter mon attitude à son encontre. Bah de toute manière vu son comportement détestable je n'ai aucun doute quant au fait que la meute qu'elle a intégré doit être un ramassis de loups et de louves semblables. Je vais bien mémoriser cette effluve afin de ne jamais l'oublier. Elle me permettra de faire un tri sélectif à l'avenir. Sa réponse finit par arriver et je l'écoute la tète penchée sur le coté.

Mes yeux bleus sombres plongés dans les siens je réprime une envie de pouffer de rire. Je m'attendais à une bien meilleure répartie de sa part. Allons bon, quelque chose de plus cinglant, de plus recherché, de plus agressif, quelque chose de plus original en somme mais elle avait agit comme je m'y attendais et s'avérait être encore plus décevante qu'elle ne l'était déjà. Tss. Comme quoi. Les épreuves censées créer des liens entre les gens pouvaient tout à fait conduire au contraire. J'esquisse un sourire moqueur lorsqu'elle conclut en me citant. Non mais alors là on touche le fond ni plus ni moins. Cette louve a t'elle déjà conversé dans sa morne existence pour conclure ainsi. Mon sourire se fait de plus en plus moqueur jusqu'à devenir un rictus méprisant. Parce qu'elle croit que je l'envie. Que j'envie le fait qu'elle n'ait pas supporté de continuer de vivre seule et qu'elle soit allé se réfugier dans les pattes d'une meute comme un louveteau va chouiner dans les pattes de sa mère. Que je l'envie d'aller se fondre dans un groupe. Que je l'envie d'aller compter sur les autres plutôt que sur elle même. Tss. Les seules chose que je ressens à son encontre sont de la pitié et du mépris. Pauvre petite Midona incapable de vivre seule dans un monde si hostile. Bonne chance dans ta nouvelle vie désagréable louve aux yeux bleus. Quant à moi, je reporte rapidement mon attention sur la mer s'étendant à perte de vue tandis que la louve s'éloigne lentement pour quitter la crique. Bien vite cette rencontre devient souvenir dans mon esprit bercé par le roulement des vagues. Et bien vite elle ne sera plus. Elle qui ne fut rien de plus qu'une perte de temps et d’intérêt.

Out pour moi aussi. Mais quelle rencontre sympathique What a Face J'ai adoré te détester. Merci pour le rp.
Contenu sponsorisé
En savoir plus

 Live and let die PV Midona


 :: Archives :: Évènements achevés :: Nouveaux Territoires