Souffle acide du vent, larmes brulantes du ciel. Le monde ne ressemble plus aux paysages d'autrefois. Les cataclysmes ont frappé, des colonnes de flammes et de fumées se sont élevées sur l'horizon. La guerre. La guerre des hommes. Et nous, les loups n'avons eu d'autres choix que de fuir. Nombreux furent nos congénères emportés. Nous traversâmes les plaines cabossées, les forêts de cendres, poursuivis par la faim, traqués par la mort.

Notre salut, nous le devions malheureusement à ceux qui avaient provoqué notre malheur.


 

 :: Terres Neuves :: L'île de Lune-Feu :: La forêt des Dunes

 Red Sky at morning PV Reithkin

Bleu de l'Empereur
Bleu de l'Empereur

Fiche de personnage
force:
38/100  (38/100)
agilité:
39/100  (39/100)
endurance:
38/100  (38/100)
avatar
En savoir plus
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 12 Fév - 18:37


Red Sky at morning PV Reithkin

Il y a tant de lieux à explorer sur ces nouvelles terres que je ne sais réellement pas par ou commencer. J'ai bien évidemment déjà repéré et établi des périmètres de chasse et de recherche dans les coins les plus giboyeux pour la première et les plus prometteurs pour la seconde. Une tanière relativement confortable m'attend quelque part sur les terres libres. Les priorités ou du moins celles qui devraient être celles de tout survivant qui se respecte sont réglées et je peux donc désormais arpenter les terres libres l'esprit léger. Encore que mon estomac n'est pas particulièrement bien rempli et les insectes n'ont pas le goût délectable d'une proie sanguinolente. Mais ce n'est qu'une question de temps avant que je ne me remplisse la panse d'une nourriture correcte. Je n'avais pas survécu jusque là pour mourir de faim maintenant. Je parviendrais à attraper du gros gibier un jour ou l'autre. Une prise d'envergure qui me permettra de ne pas devoir me préoccuper de chasse pendant au moins une lune. Mais assez tergiverser au sujet de mes futures proies qui n'était qu'un détail. Il fallait également que je reprenne l'exercice afin de retrouver mes capacités d'antan.

Celles dont je pouvais me targuer lorsque j'étais général de la meute des Ambres. Le monde sauvage ne respecte pas beaucoup de règles mais la loi du plus fort y tient une place prépondérante. Or, en toute lucidité je suis bien conscient de ne pas être à mon plein potentiel en cet instant. J'en suis même très loin et la seule chose que je ressens en repensant à ma puissance de loup de meute perdue est une colère sourde. Mais ma fierté élevée ne me fera pas passer à coté d'occasion de progresser. Le chemin sera long pour ne plus être l'ombre de ce que j'avais été mais j'y parviendrais comme toujours. Cela n'est qu'une question de volonté et de temps. Léchant mon poitrail ébouriffé, je laisse mon regard se porter jusqu'à l’île dont la forme ressemble à un croissant de lune dont la terre est dominée par une immense masse sombre et menaçante qui me rappelle inconsciemment le cataclysme ayant conduit à l'exode. L'eau de l'océan reflue peu à peu devant moi tandis que la marée basse fait soin œuvre. Je termine ma toilette matinale avant de bondir sur mes pattes et de m'avancer d'un pas tranquille sur le sol boueux et vaseux dans lequel s'essaime crustacés et autres étrangetés marines inconnus des terriens. Je traverse sans me presser en ressentant une sensation étrange.

Je jette quelques coups d’œil à droite et à gauche comme si je voulais bien m'assurer que l'eau n'allait pas déferler comme une furie furieuse pour m'engloutir. Mais j'atteins finalement l’Île quelques dizaines de minutes plus tard. J'avise dans la foulée une foret étrange dont les arbres ne ressemblent en rien à tout ceux que j'avais pu connaître jusque là. Tropical. Ce décor est tropical. Je me dirige jusqu'à la foret de l’île. Les feuilles y sont vertes et très colorés. Les troncs noueux et les lianes pendantes. Les buissons nombreux et broussailleux. Soudain, je décèle une effluve lupine et reconnais celle d'un solitaire ayant connu l'exode à mes cotés. Le loup gris agressif et nerveux si je ne m'abuse. Je me tapis dans les broussailles les plus proches et attends qu'il s'approche. Je bondis au moment opportun et le percute de plein fouet avant de rouler avec lui sur quelques mètres. Je me relève finalement et esquisse un bond de repli. Ne baisses jamais ta garde solitaire. Le danger peut venir de n'importe ou. Ses yeux me toisent durement et je me contente d'un haussement d'épaule nonchalant. Autant ne pas refroidir. Partant pour un combat ?
Rancoeur du Voyageur
Rancoeur du Voyageur

Fiche de personnage
force:
34/100  (34/100)
agilité:
30/100  (30/100)
endurance:
27/100  (27/100)
avatar
En savoir plus
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 23 Fév - 0:18

Après un exode difficile, Reithkin partit explorer ces nouvelles terres que les loups peuplaient désormais. Il repéra une île en forme de croissant avec en plein milieu de celle-ci un grand volcan. Il se dit qu’il ne rencontrerait que très peu de loups sur cette terre. Et donc qu’il pourrait l’explorer tranquillement et plus sereinement. Il pourrait enfin relâcher un peu son attention, chose rare voire même interdite depuis des semaines. L’exploration était devenue une de ses priorités depuis qu’il était arrivé dans cette nouvelle contrée. Pour lui l’exploration était la clé pour la survie alors que tous les loups arrivaient presque en même temps sur ces terres.

Reithkin décida de s’enfoncer dans la forêt dès son arrivée sur l’île. Le climat était particulièrement chaud et humide. Reithkin se crut alors sous les tropiques c’était à la fois étrange, et agréable. Pour la première fois, aussi loin qu’il se souvienne, il fut presque totalement détendu. Il se contentait juste de contempler cette forêt luxuriante et ne prêtait plus attention à rien d’autre, à plus aucun autre sens que sa vue tant il aimait ce qu’il voyait. Ce qui le surprit car il n’avait jamais ressenti cela de toute sa vie.

Et ce qui devait arriver arriva. A force de ne plus faire attention à ce qui l’entoure, il ne remarqua qu’au tout dernier moment qu’un loup avait déjà bondi sur lui. Il n’eut pas le temps de réagir, pas même le temps de déterminer s’il avait connu ce loup auparavant. La collision était ainsi inévitable. L’assaillant tomba sur lui et le fit rouler sur plusieurs mètres. L’inconnu se retira d’un bond et s’adressa à lui par ces mots:

« Ne baisses jamais ta garde solitaire. Le danger peut venir de n'importe où. »

Reithkin se releva rapidement. Il s’en voulait d’avoir été aussi distrait. Cela ne lui ressemblait pas pourtant… Il chercha à déterminait qui était son mystérieux assaillant et ce, sans que celui-ci ne le sache de préférence. Un mâle, pelage noir, yeux bleus. A sa grande surprise il s’agissait d’un de ses compagnons d’exode, l’athlète ayant sauvé le loup cendré ! A ce moment-là le loup noir ajouta:

« Autant ne pas refroidir. Partant pour un combat ? »

Une chose le rassura un peu, il n’avait pas été pris par surprise par un loup ou une toute autre créature lui voulant réellement du mal. Son interlocuteur désirait juste s’entraîner avec lui. Une aubaine pour Reithkin qui désirait toujours s’améliorer. Et cela ne lui serait pas donné, pour s’améliorer il n’avait que l’entraînement ! Il lui répondit le plus calmement possible, sans toutefois pouvoir cacher totalement son enthousiasme:

« Tu dis vrai, je n’aurais jamais dû me relâcher ainsi. Tu voudrais faire un combat hein ! Allons, pourquoi pas ? Ça nous ferait un bon entraînement à tous les deux ! Et puis ça fait trop longtemps à mon goût que je n’ai pas combattu. Tiens-toi prêt ! Ça va chauffer ! »

Sur ces mots Reithkin banda ses muscles et se prépara au combat. Il attendait que son adversaire agisse le premier. Il ne put réprimer un sourire en coin.
Bleu de l'Empereur
Bleu de l'Empereur

Fiche de personnage
force:
38/100  (38/100)
agilité:
39/100  (39/100)
endurance:
38/100  (38/100)
avatar
En savoir plus
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 23 Fév - 12:14


Red Sky at morning PV Reithkin

L'exploration de cette île en forme de croissant de lune allait s'avérer intéressante j'en étais persuadé. D'une manière générale toutes ces nouvelles terres l'étaient à mes yeux. L'attrait de la nouveauté était une source de plaisir bien rare dans un monde dévasté laissant peu de place à ce genre de considération. Mais l'exploration avait également un tout autre intérêt. Connaître son environnement par cœur, apprendre de ce dernier, se fondre dedans à la perfection et savoir l'utiliser au mieux étaient autant de choses absolument nécessaires à la survie d'un solitaire. Par conséquent j'explorais encore et toujours à l’affût de nouvelles opportunités. Alors que j'avais traversé cette étrange île en laissant mon regard vagabonder à droite et à gauche, je me demandais si je pouvais y installer une autre tanière de secours. Seulement une île est tout autant une protection de part l'éloignement du continent qu'un piège susceptible de se refermer à tout moment sur l'imprudent. Les variables sont nombreuses et à prendre en compte. Intrigué par la foret au loin, je décide de m'y rendre et éventuellement d'y chasser. Mais l'effluve d'un de mes semblables solitaire me pousse à me cacher dans un buisson pour l'espionner.

Je fais le choix de me montrer lorsque je reconnais l'un de mes camarades d'exode et bondis hors des fourrés pour atterrir sur son dos et nous faire rouler sur quelques mètres. Je me laisse rouler un peu plus loin dans la terre de cette étrange foret qui ne ressemble en rien à tout ce que j'avais déjà connu. L'air est ici à la fois humide et brûlant comme si la pluie menaçait de tomber à tout moment parallèlement à un écoulement de la lave du volcan endormi dont le sommet menaçant se dresse fièrement à quelques kilomètres de notre position. Je me relève d'un bond à quelques pas de mon congénère et ancien partenaire d'exode et m'ébroue furieusement pour me débarrasser de la terre venue entacher mon pelage d'ébène. Chose bien inutile car je sais que ma fourrure sera de nouveau salie dans quelques instants si le loup au pelage fauve accepte ma proposition de combat d’entraînement.

Je constate le soulagement dans ses yeux lorsque ce dernier me reconnaît et m'entends lui proposer un duel qui ne pourrait que nous faire progresser tout les deux. Je bande mes muscles par anticipation et laisse mes pattes avant gratter le sol comme si je n'attendais qu'un geste, qu'un mot pour m'élancer et bondir de nouveau car je reste persuadé que mon camarade solitaire ne refusera pas un bon combat. Au dessus de nous des oiseaux prennent leur envol et je laisse mon regard se détacher du loup au pelage fauve pour admirer les volatiles aux couleurs vives battant des ailes. Lorsque mon regard se replante sur mon vis à vis ce dernier me répond d'une voix calme mais dans laquelle je décèle une pointe d'enthousiasme que je partage qu'il est d'accord et accepte ma proposition. Le solitaire bande ses muscles et semble me laisser l'initiative ce qui ne peut vouloir dire qu'une seule chose. Il a quelque chose en tète. Son sourire en coin m'oriente vers cette voie. Malgré cela je laisse un sourire satisfait étirer lentement mes babines avant de bondir en avant et m'élancer vers mon nouveau partenaire d’entraînement. Trouver quelqu'un qui partage notre goût pour le combat n'est pas chose aisé. Les solitaires étant méfiants de nature. Il en faut peu pour être heureux. La sensation grisante des muscles roulant sous ma peau signe que je suis en vie et en bonne santé là ou tant de canidés avaient péri dans le cataclysme. L'adrénaline bouillonnant dans mes veines signe que l'excitation du combat s'est déjà emparé de moi. Je galope vers le loup fauve à toute allure, mes pattes faisant voler de la terre boueuse dans mon sillage.

Mes yeux bleus plantés sur la silhouette musculeuse du solitaire qui reste impassible malgré ma charge furieuse gagnant ainsi une part de mon estime. Cinq, quatre, trois. J'anticipe l'impact qui sera à n'en point douter extrêmement brutal. Je feinte un bond en déviant légèrement de ma trajectoire initiale. Plus que quelques pas et voilà. Je percute durement le solitaire de l'épaule l'envoyant valser en arrière. Je bondis réellement cette fois ci et tente de le mordre à l'épaule mais mes crocs claquent dans le vide. Je réitère ma tentative mais suis accueilli par un bond qui me coupe en plein vol. Je chute lourdement sur un tapis de feuille et esquisse un sourire amusé malgré la douleur. Ce loup est un sacré combattant je dois bien le concéder. Je n'aurais pas pu rêver mieux. Je me laisse rouler au sol afin d'éviter de justesse sa propre contre attaque et bondis sur mes pattes avant de me jeter de nouveau à l'assaut.
Rancoeur du Voyageur
Rancoeur du Voyageur

Fiche de personnage
force:
34/100  (34/100)
agilité:
30/100  (30/100)
endurance:
27/100  (27/100)
avatar
En savoir plus
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 7 Mar - 8:34

Reithkin se tenait prêt à combattre, il fixait son adversaire, attendait qu’il agisse afin de la prendre à revers. Son adversaire esquissa un grand sourire et s’élança vers lui à grandes foulées. Reithkin attendit, encore, et encore … Il attendait le dernier moment pour agir pour être sûr de surprendre son adversaire. L’action de son adversaire paraissait très prévisible, il allait foncer sur lui sans réfléchir, Reithkin était confiant. Mais elle devint un peu trop prévisible à son goût, mais trop tard…

Son adversaire fit un bond de côté au dernier moment et réussit à le surprendre. Reithkin n’eut pas le temps de réagir et subit l’impact de plein fouet. Il avait été trop confiant, encore … Cela devenait un peu trop fréquent ces derniers temps. Peu importe ce n’était pas le moment de penser à ça. Il se remit rapidement sur ses pattes et tenta d’anticiper la prochaine action de son adversaire. Il sut que son adversaire allait cette fois réellement bondir vers lui, pensant qu’il pouvait enchaîner les attaques de cette façon sans risquer de subir de représailles peut-être. Il se rappela à ce moment ce que son père lui avait appris. Si un adversaire fait un grand bond, il doit bondir lui aussi de telle sorte qu’il arrive sous son adversaire et l’intercepte en plein vol afin de le surprendre et donc de prendre l’avantage. Et c’est ce qu’il fit, il courut un court instant vers son adversaire puis bondit en direction de son abdomen. Il le percuta de tout son poids.

Reithkin s’attendait à voir son adversaire se relever le plus vite possible. C’est pourquoi dès son atterrissage il repartit à l’assaut à l’endroit où il pensait que son adversaire se relèverait. Mais il n’y était pas, son adversaire s’était laissé rouler pour éviter une éventuelle contre-attaque. Reithkin eût à peine le temps de relever la tête après son attaque ratée que déjà son adversaire revenait à la charge. Il le percuta une nouvelle fois, ce qui les fit de nouveau rouler sur plusieurs mètres. Reithkin remarqua le sourire de son adversaire et ne put s’empêcher d’y répondre par un autre sourire, et ce malgré la douleur cumulée des tous ces chocs. Décidemment, cela faisait énormément de temps qu’il attendait un combat aussi excitant. Ils se relevèrent tous deux en même temps et se mirent à foncer l’un vers l’autre tous les deux également. Le choc serait extrêmement brutal, ce combat d’entraînement en devenait presque beaucoup trop violent.

Au tout dernier moment, Reithkin se jeta au sol, vers les pattes de son adversaire. Avec la vitesse que les deux loups avaient accumulée, le loup noir ne pouvait s’arrêter alors que Reithkin allait glisser et rouler sur plusieurs mètres. Le canidé au pelage d’ébène eût le réflexe de tenter un saut, mais trop tard, une moitié voire même un quart de seconde trop tard. Il fut fauché par le corps de Reithkin et chuta durement sur le sol. Il glissa sur une dizaine de mètres tout comme le responsable de cette chute. Reithkin se releva assez difficilement, se jeter comme cela n’était peut-être pas une si bonne idée au final. Il regarda son adversaire pour voir s’il pouvait continuer le combat et apparemment lui aussi voulait continuer. Reithkin lui lança:

« Tu es tenace ! Peut-être même plus que moi. Je n’aurais peut-être pas dû me jeter comme ça, ça m’a fait plus de mal que prévu. Mais bon … ça faisait bien longtemps que je ne m’étais pas autant amusé dans un combat ! Mais je compte bien tenir encore un petit moment ! »

Reithkin se tint prêt, et attendit que son adversaire se relève.
Bleu de l'Empereur
Bleu de l'Empereur

Fiche de personnage
force:
38/100  (38/100)
agilité:
39/100  (39/100)
endurance:
38/100  (38/100)
avatar
En savoir plus
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 13 Mar - 19:57

Le choc en plein vol avec le corps musculeux de mon partenaire d’entraînement et ex camarade d'exode avait été d'une brutalité telle que la douleur m'avait presque sonnée sur le moment. J'avais du secoué la gueule dans tout les sens pour retrouver mes esprits et mes os étaient douloureux mais pas abîmés car je le sentirais immédiatement si jamais c'était le cas. J'avais déjà connu bien pire notamment le jour du massacre des miens par les clébards explosifs et leurs maîtres surarmés de bâtons de feu de taille monstrueuses. Je peux presque encore sentir la plaie béante sur mon flanc. Cette douleur là n'était que de la rigolade en comparaison. Je pourrais presque me délecter de celle ci parce qu'elle me rappelait quelque chose d'essentiel. Elle me rappelle que je suis bel et bien en vie. Que je n'ai pas péri avec les miens lors de ce jour funeste. Que je suis le dernier représentant en vie d'une petite meute féroce et familiale, unie et combative. Cette douleur ci me rappelle que je suis le dernier des Ambre et pour cela j'esquisse un grand sourire joyeux malgré les restes du choc dans mon être.

J'ai de la chance d’être tombé sur lui. C'est au contact des adversaires les plus coriaces et brutaux que l'on progresse plus rapidement. Je me focalise sur les pas du loup fauve qui sont rapides à mon oreille alors je me laisse rouler un peu plus loin. Ma fourrure d'ébène se gorge de poussières et saletés en tout genre. Bondissant sur mes pattes je m'élance à toute allure là ou j'étais tombé il y a quelques instants. Là ou se trouvait maintenant mon adversaire de fortune. Mes foulées sont amples et puissantes et mes muscles roulent efficacement sous ma peau. Je galope de manière brève mais intense vers le solitaire laissant un sillage de poussière s'élever dans les airs sur mon passage. Je m'écrase sur le loup au pelage fauve tel un monstre de fer lancé à pleine vitesse. Bam. Nouveau choc. Même douleur. Nous roulons sur plusieurs mètres crocs, griffes et pelage enchevêtrés. Nous bondissons simultanément sur nos pattes respectives et nous élançons de nouveau un sourire jumeau sur les babines. Qu'il est agréable de rencontrer quelqu'un capable de comprendre et partager notre brutalité naturelle, notre goût pour la férocité. Je me rends compte bien trop tard qu'il ne compte pas me percuter de nouveau au moment ou ce dernier se jette dans mes pattes. J'ai néanmoins le réflexe inné de bondir le plus haut possible pour ne pas me faire faucher.

En vain. Je suis happé et fauché par son mouvement habile et bien exécuté. Pestant pour la forme je glisse sur une bonne dizaine de mètres à l'instar de mon adversaire. Jolie technique. Nous glissons inlassablement encore et encore. Lorsqu'enfin la roulade se termine je roule un peu plus loin par précaution. Face à moi mon opposant se relève doucement et ma lance des paroles teintées d'amusement. Signe que je ne suis pas le seul à savourer cet entraînement à sa juste valeur. Je me relève à mon tour et lui réponds un sourire sur les babines. Tu n'as rien à m'envier. Tu es aussi féroce que moi. Ce mouvement est très efficace je te le concède. C'est vrai que tu y es allé un peu fort. L'amusement est partagé ! J'espère bien te voir tenir encore un moment ! Tu me décevrais dans le cas contraire.
Sur ce je m'élance et fonce vers mon vis à vis avant de bondir au dernier moment au dessus de sa masse et d’atterrir de l'autre coté. Mes pattes balaient les siennes dans un mouvement fluide mais au moment ou je m’apprête à tenter de le clouer au sol un coup de patte bien placé me repousse un peu plus loin.
Rancoeur du Voyageur
Rancoeur du Voyageur

Fiche de personnage
force:
34/100  (34/100)
agilité:
30/100  (30/100)
endurance:
27/100  (27/100)
avatar
En savoir plus
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 15 Mar - 20:26

Son adversaire se releva plutôt rapidement, avec un grand sourire. Il lui répondit, l’air amusé:

« Tu n'as rien à m'envier. Tu es aussi féroce que moi. Ce mouvement est très efficace je te le concède. C'est vrai que tu y es allé un peu fort. L'amusement est partagé ! J'espère bien te voir tenir encore un moment ! Tu me décevrais dans le cas contraire. »

D’un coup son adversaire se mit à courir dans sa direction, Reithkin se prépara à faire un bond de côté pour éviter de subir l’impact imminent, d’une violence qui serait relativement élevée, du fait de son immobilité. Mais il ne bondit pas, il était trop surpris par l’action de son assaillant pour réagir. En effet il fit un saut au-dessus de lui, atterrit juste derrière lui et, il ne sut comment, lui balaya les pattes. Reithkin fut très déstabilisé mais il devait réagir rapidement. Après un coup comme celui, son adversaire allait sûrement tenter de le clouer au sol, mais comment ? Et par quel côté ? Pas le temps de tergiverser, il devait agir à l’instinct et tenter n’importe quoi. Il lança un coup de patte arrière de toutes ses forces face à lui.

Coup de chance ou instinct étonnamment bon, le coup atteint sa cible dans le sternum et le fit reculer de quelques pas, juste assez pour que Reithkin puisse se relever et faire face à son adversaire. C’était incroyablement habile de la part de son adversaire de faire des actions auxquelles personne ne penserait afin de surprendre son adversaire et l’empêcher de réagir sinon par l’instinct. C’était vraiment un adversaire de grande valeur. Et il en était extrêmement satisfait, ce n’était pas tous les jours qu’il a l’occasion de rencontrer ce genre de solitaire.

Reithkin attaqua sur son adversaire si tôt qu’il était relevé, voulant profiter de la légère confusion qu’il croyait déceler chez lui. Il fit un large bond sur son flanc gauche puis se jeta de tout son poids sur lui, tête baissée pour minimiser au maximum le contrecoup de cet assaut opportuniste. Il atteint sa cible et le fit encore une fois rouler sur quelques mètres. Décidemment durant ce combat ils n’avaient tous deux jamais cessé de rouler sur ce sol argileux. Il bondit sur son adversaire pour tenter de neutraliser son adversaire.

Mais il reçut à son tour un coup de patte pour l’accueillir à la réception. Il recula de plusieurs mètres pour récupérer de ce coup inattendu. Il pesta :

« Me faire avoir par une attaque que je t’ai faite juste avant … Mais quel idiot ! Je dois tout de même avouer que c’était bien joué, mais ce n’est pas encore fini pour autant ! »

Il sourit à son opposant sur cette dernière phrase sans pouvoir cacher ne serait-ce qu’un peu son amusement. Toutefois il devait s’avouer à lui-même qu’il avait quelques peu menti à l’instant. Il sentait la fatigue et la douleur s’accumuler de plus en plus rapidement à mesure que le combat avançait. Mais il s’amusait trop pour s’arrêter là. De plus son égo lui interdisait d’abandonner avant qu’il n’en puisse plus.
Bleu de l'Empereur
Bleu de l'Empereur

Fiche de personnage
force:
38/100  (38/100)
agilité:
39/100  (39/100)
endurance:
38/100  (38/100)
avatar
En savoir plus
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 16 Mar - 18:42

Une expression de triomphe temporaire s'imprime sur les traits crispés par la concentration de mon visage lorsque je balaie lestement les pattes de mon partenaire d’entraînement de fortune, compagnon de solitude et solitaire redoutable. Un triomphe temporaire provoqué par la satisfaction d'une attaque parfaitement maîtrisée et exécutée avec application, une attaque que mon impitoyable de paternel avait du bien me faire répéter une bonne centaine de fois alors que je n'étais qu'un louveteau. Néanmoins la satisfaction tourne court lorsque quelques instants après avoir fauché les appuis du loup au pelage fauve je tente de l'immobiliser sous ma masse et me porte en avant à cet effet. Mais suis contraint de reculer sous la brutalité de son coup de patte défensif bien placé bien que probablement instinctif. Sa patte dans mon sternum me repousse en arrière et mon souffle se coupe sur le coup. Je recule de quelques pas supplémentaires sans quitter mon adversaire des yeux car je suis dans un état de faiblesse passager qui n'allait certainement pas tarder à passer une fois que j'aurais pu reprendre mon souffle.

Une fois que je serais de nouveau opérationnel et entièrement dévoué à ce combat qui représentait un pallier de progression personnel pour moi. Une fois que j'aurais inspiré quelques goulées d'air frais ou du moins aussi frais que possible dans cet environnement étrangement humide et chaud. Mes yeux quittent ceux de mon vis à vis le temps que je respire. J'ouvre la gueule pour aspirer l'air qu'il semble me manquer mais je n'ai pas le temps de retourner à l'assaut dans la foulée ni même de reprendre une position de combat bien plus adapté à mon duel implacable que le pelage fauve de mon camarade d’entraînement se trouvait déjà près de moi. De la poussière voletait dans l'air lourd de la foret étrange signe de la course précipité du solitaire dans ma direction. Mon premier réflexe est de bondir en avant, en arrière ou sur le coté n'importe ou en réalité pour échapper à la merci de mon adversaire mais ce dernier vient tout juste d’atterrir sur mon flanc gauche.

Le choc est rude, particulièrement rude lorsque le loup bondit et s'écrase sur moi. Bien joué. Il ne faut certainement pas laisser à un adversaire potentiel le temps de répliquer. Si des failles se déclarent il faut s'y enfoncer avec acharnement. Il n'y a rien de glorieux dans un combat. Seule la victoire compte. Peu importe la manière dont on le gagne. C'est ainsi que se doit de penser tout bon survivant. La vie, la mort ces deux ennemies sont bien plus proches qu'on ne le pense. Et nous nous trouvons entre les deux sur un fil. Son coup de patte a crée une faille chez moi et il s'est engouffré dedans. Je suis définitivement plus que satisfait de ma rencontre avec ce loup. Voilà bien quelqu'un que je voudrais avoir pour allié. Mais pour l'heure, je souffre de son assaut finement mené tandis que nous roulons une fois de plus au milieu des bois. La douleur commence à se faire plus prégnante, plus prononcée dans mon être et je me demande si je vais pouvoir tenir bien longtemps à ce rythme pourtant je sais que je n’arrêterais pas de me battre.

Le refus de l'abandon coule dans mes veines depuis toujours. La maladie, l’entraînement de Silex, les chiens explosifs et même la fureur de la nature elle même n'avait pu me faire plier c'était bien que personne ne le pouvait. Lorsque nous nous immobilisons une fois de plus j'attends que le fauve s'approche de moi avant de lui décocher un coup de patte puissant sur le front. Me remettant sur mes pattes d'un bond, j'esquisse un autre sourire lorsque mon adversaire me lance que ce n'est pas encore fini. Je pense qu'il est aussi épuisé que moi par ce combat intense mais qu'il ne l'avouera jamais. Ce qui nous fait un autre point commun. Je lui lance : Dis toi que tu m'as permis de m'améliorer. C'est parfois en recevant des coups qu'on apprend comment les donner. Non ce n'est pas fini en effet !

Je m'élance une nouvelle fois droit vers mon adversaire avant de freiner des quatre fers à quelques pas de lui. Ce qui a pour effet de projeter un nuage de poussière dans les airs. Masqué par cet écran de fumée je bondis sur le solitaire par le flanc opposé et m'écrase sur lui de toute ma masse. Je sens mes forces diminuer peu à peu, raison pour laquelle je recours à la ruse. De toute manière, il faudra bien que nous cessions de nous battre pour discuter à un moment ou un autre.
Contenu sponsorisé
En savoir plus

 Red Sky at morning PV Reithkin


 :: Terres Neuves :: L'île de Lune-Feu :: La forêt des Dunes