Souffle acide du vent, larmes brulantes du ciel. Le monde ne ressemble plus aux paysages d'autrefois. Les cataclysmes ont frappé, des colonnes de flammes et de fumées se sont élevées sur l'horizon. La guerre. La guerre des hommes. Et nous, les loups n'avons eu d'autres choix que de fuir. Nombreux furent nos congénères emportés. Nous traversâmes les plaines cabossées, les forêts de cendres, poursuivis par la faim, traqués par la mort.

Notre salut, nous le devions malheureusement à ceux qui avaient provoqué notre malheur.


 

 :: Archives :: Archive des RPs :: Zones extérieurs :: La Surface

 Souvenir. [PV - Palladium]

Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Sam 20 Juin - 10:18

Que veux-tu, sekmet ?
Palladium et Plume Rousse



Tout était affreusement calme dans le campement, la soirée d'hier semblait avoir refroidie les esprits ainsi que l'ambiance de la meute... Yroen était partie, Plume Rousse était alpha, elle était devenue alpha... Comment avaient-ils autant pu croire en elle ? Comment allait-elle faire pour ne pas les décevoir..? Soupirant longuement elle avait besoin de s'évader, et aussi de chercher les possibilités de traces de la louve grise qui était véritablement disparue, et si ceci était l’œuvre des Hommes qu'allaient-ils pouvoir faire ? La rousse avait déjà eu à se confronter à eux dans son passé elle ne pouvait envisager de le faire une nouvelle fois... Ils étaient tellement dangereux que foncer pour aller aider leur ancienne alpha serait prendre le risque de perdre la moitié de la meute si ce n'était pas entièrement.

Se laissant guider par ses pas elle se dirigeait dans la forêt, dans les restes de celle-ci plutôt même si ces derniers temps la nature semblait se battre pour reprendre ses droits. Plume ne voulait plus se faire de faux espoirs, elle savait que les Hommes allaient de nouveau tout détruire, ce n'était finalement qu'une question de temps avant que cela n'arrive et que tout ne redevienne poussière... A quand le tour des loups ? Avaient-ils besoin d'eux pour ne pas les avoir déjà tous exterminés ? Elle savait que oui, car après tout elle était la preuve que les loups étaient utiles pour l'homme... Ils s'en servaient pour créer des hybrides avec les chiens, pour avoir des canidés plus compétant sur le terrain... Elle était juste une création de l'Homme, un monstre en soit... Elle et le reste de sa famille, du sang de chien coulait dans leurs veines.

Marquant un arrêt elle fixait le corbeau qui venait se poser sur une branche, croassant. Croyait-il qu'elle avait l'envie de chasser ? C'était sûrement ça étant donné qu'il l'observait, attendant visiblement que la louve trouve une proie pour que lui aussi puisse se régaler. Les oiseaux, Plume les enviait, ils n'avaient aucuns interdis, aucunes limites... Ils pouvaient aller où bon leur semblait, sans prêter ne serais-ce qu'une infime attention aux humains. Pourquoi n'avait-elle pas cette possibilité elle ? Pourquoi avait-elle des responsabilités ? Pourquoi était-elle enchainée...? Rabattant ses oreilles elle reprenait son chemin, direction le cimetière l'ancien camp de la Horde. Comment avaient-ils fait pour vivre ici aussi longtemps ? C'était... Lugubre, voilà le seul mot qui lui était venu en tête à se moment là. Puis une odeur attirait son attention, un Sekmet était dans le coin et quelques secondes après elle l'apercevait, un peu plus loin. Grognant sourdement, tout en gardant ses distances sans réellement bouger, la louve au pelage roux pâle le fixait de ses yeux bleutés... Que faisait-il ici ? Ne prêtant guère attention au fait qu'elle était facilement reconnaissable à cause de son collier en métal autour du coup elle s'approchait légèrement, elle voulait savoir ce qu'il faisait ici ce brun... Si il était agressif ou non aussi...

Spoiler:
 
Code by Reira


-->
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Dim 21 Juin - 10:31



survivors of the darkness

Plume Rousse & Palladium


F. 74 | A. 83 | E. 70

Le vent souffle faiblement dans la fourrure épaisse du loup brun. Ses prunelles jaunes se détachent du ciel, encombré par les nuages noirs qui semblent s’être donné le mot pour s’amonceler au même endroit, au même moment. Il va sûrement pleuvoir. Palladium étouffe un bâillement. Il n’était pas revenu sur ce lieu depuis des mois et, à vrai dire, il ne lui avait pas beaucoup manqué. Tout était sombre et fade, et les pierres tombales ajoutaient un côté lugubre et inquiétant à la morphologie suppliciée du cimetière. Tout ce que ce lieu lui rappelle, c’est la Horde. La Horde, et ses troupes de guerriers sanguinaires, prêts à tout pour affirmer leur pouvoir. Qu’en restait-il ? Un vague souvenir, et quelques cauchemars récurrents qui finiront bien par s’estomper de la mémoire du Pantin. Il avait retrouvé un semblant de paix intérieure, et se sentait mieux dans sa tête depuis quelques semaines. La guerre ne l’obsédait plus et il avait retrouvé peu à peu un sommeil normal. Après tout, les morts étaient morts et les connaissances de Palladium ne s’en étaient pas trop mal sorties alors à quoi bon ressasser les méandres douloureux de cette guerre que, de toute façon, ils avaient gagnée ? La Horde avait été réduite en poussière, et rien d’autre n’aurait pu engranger chez le loup brun une pareille satisfaction que celle qu’il avait éprouvée lorsque Skull était morte lamentablement, sous leurs yeux à tous. Un léger sourire étire ses babines à ce souvenir.
Le croassement grave et fantomatique d’un corbeau résonne à ses oreilles, faisant vibrer ses tympans. Plus par instinct que par intérêt, Palladium se retourne vers l’auteur de ce « chant » macabre. Mais, bien avant que ses prunelles ne parviennent à intercepter la forme noire du volatile, c’est sur une carcasse bien plus grande et bien plus claire qu’elles se posent. A une vingtaine de mètres se tient une louve au pelage étrange, un mélange de roux clair et de blanc cassé. Ses yeux sont d’un bleu tellement limpide que le loup brun les discerne parfaitement. Ses babines sont retroussées sur ses crocs luisants, et elle gronde puissamment dans sa direction. Cela n’augure rien de bon, d’autant plus que le loup brun flaire là l’odeur des Esobeks. Il a déjà vu cette louve sur le champ de bataille, et elle se battait plutôt bien, si ses souvenirs disaient vrai. Palladium n’avait aucune envie de défier cette femelle qui semblait bien agressive et hostile à toute rencontre pacifique. Le Pantin recule lentement, une patte après l’autre et ses oreilles se plaquent d’instinct sur son crâne. Cependant, il ne s’autorise pas à gronder comme elle le fait : sait-on jamais, peut-être qu’elle verrait en lui l’occasion d’égayer un peu sa morne solitude ?

BY ACCIDENTALE
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Mar 23 Juin - 15:22

Que veux-tu, sekmet ?
Palladium et Plume Rousse



Le loup brun baissait la tête et plaquait de plus en plus ses oreilles au fur et à mesure que la rousse s'approchait. Il n'avait même pas eu l'envie de grogner, de la défier, il n'était pas agressif et Plume le percevait. Redressant ses oreilles arrêtant aussi son grognement sourd la louve semblait tout de suite plus sympathique, plus abordable en soit. S'installant juste en face de lui, s'asseyant donc, elle remettait quelques poils en place avec des coups de langues réguliers, après tout elle n'allait pas attaquer ce pauvre loup qui se trouvait en terres neutres... Elle n'avait aucune raison de le faire de toute façon. Le détaillant alors un peu plus, le loup qu'elle avait en face avait des épaules larges, il n'était pas exceptionnellement grand et par conséquent pas très impressionnant, en soit il ne devait certainement pas être un guerrier au sein de sa meute.

-Vous aussi, vous éprouvez une certaine nostalgie Sekmet ?

Bien sûr elle annonçait cela avec une certaine touche d'ironie, détournant pendant un laps de seconde son regard pour détailler les tombes présentes, les Hommes enterraient leurs morts ici... Comment le savait-elle ? Avec les os qu'elle avait découvert en creusant en ces lieux autrefois. Pourquoi faisaient-ils ça ? Elle ne comprenait pas, c'était peut-être par respect pour eux... De toute façon ce n'était pas nouveau le fait que les Hommes soient une énigme de la nature pour eux, les loups. Enfin, elle se posait tellement de question qu'elle pourrait en devenir folle étant donné qu'elle n’obtenait que très rarement des réponses à ses questions qui restaient éternellement présentes dans son esprit.

Reportant son attention sur le Brun elle attendait de voir sa réaction, allait-il être surpris par le fait qu'elle lui adresse la parole ? Peu importait au pire des cas elle continuerait son chemin si il ne voulait pas lui porter mot... Au passage ça lui apprendrait d'être "sympathique" avec les inconnus, bon elle ne serait pas déçu étant donné qu'elle avait l'habitude d'en prendre plein la tronche par ceux-ci... Les loups étrangers étaient rarement sympas, à croire que quelque chose de naturel les montait à chaque fois les uns contre les autres, qu'ils étaient obligés de se donner des coups de croc pour être serein par la suite. Enfin, lui semblait différent, il avait l'air d'être doté d'une certaine prudence que n'avait pas la plupart de ses camarades de meute.

Spoiler:
 
Code by Reira


-->
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Mar 23 Juin - 20:43



survivors of the darkness

Plume Rousse & Palladium


F. 74 | A. 83 | E. 70

Elle s’approche lentement de lui, à pas comptés. Le grondement sourd qui habite les tréfonds de sa gorge cesse peu à peu – enfin ! Le loup brun détend un peu ses muscles crispés. Il avait bien cru qu’elle finirait par lui sauter à la gorge. Ses prunelles jaunes parcourent le corps clair de la louve : elle n’est pas très grande, mais elle semble svelte et élancée, assez longiligne. Peut-être une espionne… Elle semble cependant pleine d’expérience et sa musculature laisse présager qu’il ne vaut mieux pas tenter de la défier. Palladium stoppe net son « autopsie » lorsqu’il s’aperçoit que les deux yeux bleus le fixent avec une intensité presque gênante. Il soutient l’œil fixé sur lui pendant quelques secondes, avant de détourner lâchement le regard. La guerre a beau faire, l’expérience a beau nous enhardir, on ne fait pas d’un rat un lion.
« Vous aussi, vous éprouvez une certaine nostalgie Sekmet ? »
Le loup brun peine à décrypter le sens de cette phrase. Nostalgique, pour quoi faire ? Le Pantin regarde autour de lui. Des tombes sous lesquelles gisent des cadavres en décomposition, des arbres dont les branches crochues et torturées font peur à voir, une herbe desséchée et rassie par les radiations humaines… L’ex camp Hordien. Non, décidément non, il n’était pas nostalgique. Ni de ces chiens galeux, ni de leur dominance forcée, ni de leurs manières exécrables et de leurs caractères belliqueux. Quant à l’appellation que la louve rousse lui donnait, « Sekmet », le Pantin y trouve soudain comme une marque de dédain. Avait-elle réellement besoin de lui rappeler à quel point ils étaient tous deux opposés ? Que sa meute était différente de la sienne ? Etais-ce si rabaissant de lui adresser la parole, au point qu’il faille indiquer à quelle « race » il appartenait ? Toutes ces questions laissèrent Palladium sur une position défensive, tandis que la louve s’était assise tranquillement en face de lui, lissant nonchalamment de sa langue son pelage impeccable.
« Non, les Hordiens ne manquent à personne. Hormis peut-être à la terre où ils auraient dû moisir depuis longtemps. », crache-t-il d’un ton vengeur.
Chaque mot prononcé à leur égard était – depuis toujours – enlisé dans un profond dédain et une haine mal dissimulée. Il les avait toujours méprisés, et à ce mépris s’était ajouté une colère viscérale depuis qu’il avait eu à les héberger et, pire encore, à les nourrir. Mais le loup brun se calme rapidement. Après tout, il est face à une inconnue dont il ne sait rien, pourquoi exhiber tant d’émotions tout d’un coup ? Le Pantin sentait bien qu’il changeait petit à petit. Il se laissait aller à des démonstrations qui n’auraient jamais eu lieu, auparavant. Son ton redevient donc calme et contrôlé. Il fait mine de s’intéresser à la louve, histoire d’entretenir des rapports cordiaux, sans que cette rencontre ne dégénère et ne vire à l’échauffourée. Rien de plus détestable qu’une rencontre qui tourne mal, et les deux loups semblaient bien résolus à éviter ce genre de déconvenue.
« Vous semblez bien plus nostalgique que moi, pour traîner dans un pareil endroit. » dit-il avec un demi-sourire un peu moqueur.
L'esprit machiste revient à nouveau, que fait une si gente demoiselle dans cet endroit si glauque et si sinistre ? N'a-t-elle pas peur ? Son regard est rieur.

BY ACCIDENTALE
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Mer 24 Juin - 15:11

Que veux-tu, sekmet ?
Palladium et Plume Rousse



Le loup qu'elle avait en face semblait enragé au mot "Hordien", qu'avaient fait les Hordiens à cette meute pour qu'elle les haïssent tant ? Plume savait qu'ils avaient capturés durant un temps leur alpha, mais pour qu'une haine soit aussi intense ils avaient certainement fait autre chose... C'était obligé. Mais elle, elle ne pouvait pas demandé, là, comme ça à ce loup si oui ou non les Hordiens avaient été méchants avec eux. De toute façon elle savait que oui, ces loups semblaient-être invivables c'était pas nouveau... Donc bon, la seule chose dont elle n'était pas aux courants c'était le genre d'actes qui avaient été commis au moment de leur invasion sur les terres Sekmets. Puis ça avait été bénéfique aux Esobeks au départ cette Horde... Jusqu'à ce qu'ils s'en prennent à eux aussi, à cause de Likas.

« Non, les Hordiens ne manquent à personne. Hormis peut-être à la terre où ils auraient dû moisir depuis longtemps. Vous semblez bien plus nostalgique que moi, pour traîner dans un pareil endroit. »

Il n'avait sans doute pas compris son ironie, mais il n'avait pas tort, les Hordiens ne manquaient pas même aux Hordiens. Mais qu'étaient devenus tout les survivants de cette Horde ? Skull avait été tuée, certes... Par son neveu d'après Freux, le comble du comble. Mais la Horde n'a sans doute pas dit son dernier mot et il faudrait aux loups rester vigilant, car avoir une victoire ne veut pas dire gagner la guerre. Cette guerre n'était pas encore gagnée, elle ne le serait jamais de toute manière avec tout les évènements qui se déchainaient contre les loups. A croire que Dame nature tenait réellement à ce qu'ils disparaissent tous. Enfin bon, ils n'en étaient pas encore là, peut-être qu'un jour il n'y aurait qu'une seule meute aussi... Au moins il n'y aurait plus de conflit entre loup. Fixant les lieux, elle, elle n'était pas nostalgique, non, elle revenait juste voir les morts des Hommes, ils l'intriguait.

- Si je viens ici c'est uniquement pour les Hommes, je sais qu'ils enterrent leurs morts ici... Cela m'intrigue, j'essaie de comprendre.

Comment allait-il réagir en voyant que la louve qui s'intéressait aux Hommes avait un collier humain autour du cou ? Elle n'en savait rien, ce n'était pas bien grave de toute manière puisque c'était la vérité... Elle était intriguée par ces êtres dit "supérieurs", elle en apprenait de plus en plus sur eux à chaque fois... Puis elle avait aussi apprit à les craindre en apprenant ses origines à cause du fait d'avoir été enlevée avec une amie. Heureusement pour elles elles s'en étaient sortit, elles avaient réussis à fuir ce calvaire... Plume ne souhaitait ça à aucun loup, même un Hordien ne méritait pas un tel enfer, aucuns... C'était tout. Elle savait ce qui les attendaient là-bas et c'était horrible, les Hommes étaient tellement puissant qu'elle était heureuse qu'ils s'entretuent et qu'ils s'occupent finalement peut d'eux. Restant là, assise, elle fixait l'une de ces tombes les oreilles orientées vers le Brun, attentive à ce qu'il pourrait bien lui répondre.

Spoiler:
 
Code by Reira


-->
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Sam 27 Juin - 18:04



survivors of the darkness

Plume Rousse & Palladium


F. 74 | A. 83 | E. 70

Les yeux bleus de la louve le transperçaient. Ils étaient tellement clairs, tellement purs, qu’on avait l’impression qu’ils vous traversaient sans vous voir. Le loup brun se sentait mal à l’aise face à ce regard bleu azur. Il se dandinait déjà d’une patte sur l’autre, le regard voltigeant de brin d’herbe en brin d’herbe, ne croisant que brièvement celui de la louve Esobek.
« Si je viens ici c’est uniquement pour les Hommes, je sais qu’ils enterrent leurs morts ici. Cela m’intrigue, j’essaie de comprendre. »
Le loup brun contient un hoquet de surprise. Son dandinement cesse sur-le-champ et ses yeux jaunes se plantent résolument dans ceux de son interlocutrice, qui semblaient impossible à regarder quelques instants plus tôt. Avait-elle un don quelconque pour trouver tout ce qu’il haïssait au plus haut point ? Elle était intriguée par les Hommes, quelle chance ! Intriguée par des animaux qui n’en étaient pas, intriguée par des bourreaux qui ne sont en réalité que des victimes trouillardes et inoffensives. Les Hommes n’ont aucun pouvoir, les Hommes ne sont qu’un amas de chairs nues et prêtes à être déchiquetées par des crocs que la nature a donné. Les armes des Bipèdes ne sont qu’usurpation, tentative de survie : ils se savent trop faibles, alors ils se défendent comme ils peuvent. Ils sont intelligents, mais aussi particulièrement stupides. Ces « animaux »-là, mieux valait s’en tenir éloigné mais les tuer si l’occasion se présentait.
Le regard du Pantin s’est durci en une fraction de seconde. De l’être timide et appeuré qu’il était il y a quelques minutes, était né un animal farouche et agressif. En la détaillant de plus près d’ailleurs, il remarque cette plaque d’acier autour du cou de la louve. N’est-ce pas cette même chose qu’ils placent autour du cou des chiens ? Cette louve serait-elle une esclave du peuple bipède ? A cette idée, les crocs de Palladium trépignent pour se dévoiler et pour la mettre en pièces, mais il se contient. Attendons plutôt de voir ce qu’elle a dans la cervelle.
« Comment peut-on être intrigué par de tels monstres? Comment peut-on être intéressé par le quotidien de meurtriers tortionnaires? »
Sa voix vibre de colère, mais quelques accents moqueurs montrent tout le mépris qu'il éprouve pour cette inconnue, cette intéressée des Hommes, cette collaboratrice. Peut-être est-elle une espionne au service des Bipèdes?! Peut-être s'en cache-t-il partout autour d'eux, prêts à ouvrir le feu?! Toutes sortes de schémas plus farfelus les uns que les autres s'acheminent dans l'esprit de Palladium qui finit par se lever pour faire un petit cercle autour de la louve, l'inspectant suspicieusement sous toutes ses coutures. Puis, d'un coup de patte habile et tout doux, ses griffes tintent contre l'acier de son collier.
« Et ça, c'est quoi? Ce avec quoi ils t'ont achetée? »

BY ACCIDENTALE
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Dim 28 Juin - 14:19

Que veux-tu, sekmet ?
Palladium et Plume Rousse



Il semblait avoir mal prit ce qu'elle avait dit, du moins énoncé. Il n'aimait tout simplement pas les Hommes comme tout les loups de cette région, comme elle. Elle n'avait jamais dit aimer les Hommes, elle était juste intriguée par leur façon de faire... Comment avaient-ils fait pour devenir ce qu'ils étaient ? Comment étaient-ils capable de faire des objets crachant le feu ? Piégeant les animaux...? Faisant oublier les pensées des canidés aussi... Comme elle qui avait été un "jouet" entre leurs pattes pendant plus de deux mois... Mais les autres ne pouvaient pas tous comprendre, en même temps pourquoi chercher à comprendre une louve qui voulait en savoir plus sur le pire ennemi des canins sauvages ? Très peu de personne y étaient parvenues, Freux, Nymeria et Emarok... Tout simplement et elle pensait désormais qu'ils allaient-être les seuls, elle n'exposerait pas sa vie devant un Sekmet pour se justifier, au fond cela ne le regardait pas.

« Comment peut-on être intrigué par de tels monstres? Comment peut-on être intéressé par le quotidien de meurtriers tortionnaires? Et ça, c'est quoi? Ce avec quoi ils t'ont achetée? »

Il avait dévoilé ses crocs se retenant vraisemblablement de sauter sur la louve, très certainement parce que c'était trop risqué pour lui et ce n'était pas plus mal, Plume n'avait aucune envie de se battre, pas maintenant, même si elle était certaine de remporter le combat... Elle ne pouvait tout simplement pas s'imaginer perdante. Restant assise et ça malgré le fait qu'il lui tournait autour et qu'il était venu toucher son collier. Il avait mit du temps à le remarquer celui là... N'en avait-il jamais vu avant sur les rescapés ? Les Sekmets n'avaient-ils pas été touchés par les enlèvements ? Ça devait-être ça, ils avaient eu de la chance. Grognant légèrement au moment où il avait posé sa patte sur le collier elle le fixait toujours avant de prendre la parole, elle allait lui dire pourquoi et comment elle avait eu ce truc.

- Comment ? Tout simplement parce qu'il va bien le falloir, un jour ou l'autre ils vont nous tomber dessus et pour pouvoir faire face à un ennemi il faut le connaitre. Pour ce qui est de cette chose je pensais que les Sekmets en avaient eux aussi été "victimes" à croire que non, c'est ce que pose les Hommes sur les loups "enlevés".

Elles avaient eu de la chance de s'en sortir, tout simplement, et elle ne reprendrait jamais le risque de s'approcher de trop près des Humains. Se redressant pour se diriger vers une tombe, laissant le choix au loup brun de la suivre ou non elle fixait celle-ci. Ils ressentaient donc eux aussi de la peine quand ils perdaient l'un des leurs et pourtant la guerre continuait... Ils n'étaient pas si différent d'eux, c'était peut-être ce qui expliquait le fait qu'ils avaient toujours été en concurrence... Les siens, les Loups et eux, les Hommes. Se retournant ensuite elle cherchait pendant quelques instants le brun du regard, elle ne voulait pas prendre le risque de lui tourner le dos trop longtemps, c'était un Sekmet après tout... Ils étaient fourbes.

Spoiler:
 
Code by Reira


-->
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Lun 29 Juin - 12:21



survivors of the darkness

Plume Rousse & Palladium


F. 74 | A. 83 | E. 70

Le léger grondement de la louve à son contact avait dissuadé le loup brun de prendre toute liberté vis-à-vis d’elle. Il s’écarta d’elle, préférant éviter de la braquer. Elle avait l’air sûre d’elle et plutôt bien entrainée, et Palladium ne voulait pas prendre le risque de déclencher un conflit qu’il n’était pas certain de savoir gérer…
« Comment ? Tout simplement parce qu’il va bien le falloir, un jour ou l’autre ils vont bien nous tomber dessus et pour pouvoir faire face à un ennemi il faut le connaître. »
Le poil hérissé du loup brun retombe lentement sur son échine lorsqu’il écoute les paroles de la louve. Ce raisonnement n’est pas totalement dénué de sens, mais l’idée d’approcher les Bipèdes le rebute tellement qu’il reste tout de même sur la défensive. Connaître l’ennemi, c’est une chose. De là à connaître les Hommes et à les côtoyer, c’en est une autre. Les Sekmets avaient déjà payé un trop lourd tribu aux frais de la Horde, il n’était pas question de devoir recommencer des mois de torture auprès des Hommes. Palladium secoue légèrement la tête en signe de désapprobation. La vision du monde des Esobeks était certainement plus intelligente, mais pas forcément plus sage.
« Pour ce qui est de cette chose, je pensais que les Sekmets en avaient eux aussi été victimes, à croire que non, c’est ce que posent les Hommes sur les loups enlevés. »
Palladium farfouille dans les méandres de ses souvenirs. Non, vraiment, il n’a jamais rien vu de semblable sur ses congénères. Cette plaque métallique ne lui évoque aucune sensation de déjà-vu. Les Sekmets n’ont pas été confronté à cela. Peut-être parce que justement, ils préfèrent se tenir en retrait du monde humain, de façon plus intelligente, de sorte à ne pas se laisser attraper. Cette louve est donc déjà tombée entre les mains des Bipèdes, et le seul enseignement qu’elle en a visiblement tiré, c’est qu’il faut mieux les connaître. Le Pantin ne comprend guère cette logique. Elle s’éloigne vers une tombe à pas lents. Palladium la suit des yeux, mais elle ne tarde pas à se retourner vers lui. Inquiétude par rapport aux oppositions entre leurs deux meutes, ou simple besoin de voir son interlocuteur ? Peu importe, le loup brun doute que la louve le craigne : il n’a rien d’effrayant. Il s’avance vers elle à pas comptés, s’immobilisant à quelques mètres. Chacun son espace vital.
« Tu t'es donc retrouvée entre leurs mains.. Et tu es toujours là, te trimballant leur stupide "marquage" en signe d'appartenance. Belle réussite que cette aventure-là, il parait que peu de loups en réchappent. »
Depuis quand les Hommes capturaient-ils des loups sans les tuer? Depuis quand les Hommes posaient des plaques de métal sur des loups pour les relâcher ensuite? Il y avait derrière tout ça une logique qui échappait à Palladium. Hommes et loups se battent depuis des millénaires, et s'entretuent sans discernement. Comment cette louve - aussi forte soit-elle - a-t-elle pu leur échapper et être encore en vie, sans séquelles psychiques apparentes? Elle avait eu beaucoup de chance, ou alors une grande force de caractère. Palladium est partagé entre admiration et mépris, à l'idée que les doigts sales des humains aient déjà pu se poser sur sa fourrure si claire.

BY ACCIDENTALE
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Mar 30 Juin - 17:54

Que veux-tu, sekmet ?
Palladium et Plume Rousse



L'agressivité du mâle s'était estompée, à croire qu'il semblait comprendre que la louve n'était pas un grand danger pour lui tant qu'il la "respectait", qu'ils se respectaient mutuellement tout simplement. La louve savait que ce genre de situation entre deux loups de meutes, à la base adverse, était relativement rare, mais les Esobeks les avaient aidés lors de l'attaque de la Horde... Ils leurs étaient en quelque sorte redevable, et les relations entre les meutes ne pouvaient qu'en ressortir meilleur. Car bon, c'était les deux plus anciennes elles se connaissaient à force de se faire des coups de crasses... Le fixant toujours elle avait remarqué qu'il s'était installé un peu plus loin, moins proche que le premier face à face, ce loup n'était donc pas agressif et Plume venait à ce moment là d'avoir la confirmation... Pour la première fois de sa vie elle allait pouvoir discuter posément avec un Sekmet, il y avait des débuts à tout...

« Tu t'es donc retrouvée entre leurs mains.. Et tu es toujours là, te trimballant leur stupide "marquage" en signe d'appartenance. Belle réussite que cette aventure-là, il parait que peu de loups en réchappent. »

Elle ne savait pas comment prendre cette phrase, était-ce de l'ironie à l'état pure ? Un reproche ? Ou alors ressentait-il de l'admiration pour elle ? Plaquant légèrement ses oreilles elle n'en restait pas moins sereine, de toute manière il avait raison elle n'aurait jamais du se retrouver entre les mains des Hommes, mais elle n'avait pas pu l'abandonner... Non elle n'avait pas pu laisser Nymeria seule face aux chiens, elle était revenue pour l'aider, elle devait bien être la seule louve capable d'un tel acte pour une solitaire qu'elle connaissait à l'époque peu. Mais elle l'avait bel et bien fait et elles s'étaient toutes les deux retrouvées en territoire humain, là des choses horribles c'étaient passées... La cruauté des Hommes étaient sans limite imposée, mais ils ne pouvaient pas tous être comme ça... Non elle voulait y croire, pour elle toute une espèce ne pouvait pas être monstrueuse. Soupirant légèrement, partagée entre la crainte de ses mauvais "rêves" qui étaient revenus et son incertitude elle reprenait la parole.

- J'ai été attrapé car je n'ai pas voulu abandonner une louve. Ils nous ont alors emmenés toutes les deux, on s'est retrouvées dans des espèces de cage, séparées l'une de l'autre. Ils étaient couvert d'un masque et avait un objet semblable à un serpent en main. Ils nous frappaient avec cet objet, nous mettant ensuite quelque chose pour nous bloquer la gueule et nous tirer ensuite. On étaient devenues de vulgaires pantins pour eux. Ils nous utilisaient pour des combats contre les chiens... Puis ensuite j'ai été piqué, je ne sais pas par quoi mais je ne me souvenais plus de rien, je ressentais le besoin de leur faire plaisir et de les écouter à cause de ce qu'ils m'avaient fait... C'est là que les Hommes deviennent dangereux, il ne faut jamais les laisser s'approcher de trop si un jour tu es capturé, ou si cela arrive à un autre canidé... Autrement tu n'es plus toi même, temporairement bien sûr... Car lors d'une battue sur mon amie j'ai retrouvé mes esprits, c'est là que j'ai fuis avec elle. Ce que j'ai au cou leur servait à attacher leurs serpents, je n'ai jamais pu l'enlever et je ne pense pas que je le pourrais... Ceci me rappellera toujours que mon courage à faillie me perdre, en refusant de laisser tomber cette louve inconnue j'ai manqué sacrifier ma vie et me perdre à tout jamais. Mais je ne reviendrais pas sur ce choix, si je devais le refaire je le referais.

Elle posait ses yeux dans les siens, même pour un loup n'appartenant pas à sa meute elle aurait fait la même chose... Plume elle était comme ça, elle pensait toujours aux autres avant... Ceci allait certainement la perdre un jour. Même avec toutes les horreurs que lui avaient fait subir les Hommes elle continuait d'essayer d'en apprendre plus sur eux, elle avait peur qu'ils viennent se venger un jour, et ils devaient tous être au courant de quoi était capable un Humain et donc apprendre à se défendre contre eux si ça devait arriver. Refusant d'envoyer quelqu'un d'autre pour se renseigner sur les Hommes elle s'y collait tout simplement, c'était risqué mais c'était ainsi, il fallait bien qu'un loup dans cette forêt s'y colle, et ce loup c'était elle.

Spoiler:
 
Code by Reira


-->
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Dim 2 Aoû - 16:14



survivors of the darkness

Plume Rousse & Palladium


F. 74 | A. 83 | E. 70

La louve commence donc à conter son histoire, bien que les paroles du Pantin semblaient l’avoir vexée de prime abord. Si le loup brun était – de nature – peu enclin à écouter les longs discours qui avaient tendance à l’ennuyer assez rapidement, il fit cependant un effort de concentration pour écouter celui de cette Esobek. Qui sait, peut-être avait-elle des choses à lui apprendre ? Peut-être qu’elle saurait satisfaire sa curiosité naturelle ? Palladium se promit de ne pas se laisser divaguer dans ses pensées pendant qu’elle parlerait. Il fixe donc ses prunelles jaunes droit dans celles de son interlocutrices, les oreilles frémissantes, les pattes ancrées dans le sol, comme s’il s’agissait d’un effort hors norme que d’écouter quelqu’un parler pendant plus d’une minute. « J’ai été attrapée car je n’ai pas voulu abandonner une louve. » Par politesse et sûrement aussi par peur de représailles, le Pantin se retint fortement de lever les yeux au ciel. Encore une de ces histoires héroïques qui se content pendant des années au sein d’une même meute. On conterait probablement pendant longtemps l’exploit de cette fameuse louve rousse au courage sans limites… Un léger sourire étire les babines du loup brun. Déjà, il avait perdu le fil de ce qu’elle racontait.
« […] On était devenues de vulgaires pantins pour eux. Ils nous utilisaient pour des combats contre chiens… » Voici donc la raison pour laquelle les Bipèdes ne les avaient pas tuées. Des combats contre des chiens. Quoi de plus rabaissant, de plus humiliant et de plus irritant que de se trouver obligé de côtoyer ces animaux ignobles ? Le loup brun parvient à faire taire son esprit qui semble ne pas pouvoir s’empêcher de commenter tout ce que dit la louve. Il patiente donc et attende qu’elle finisse son histoire. « Mais je ne reviendrais pas sur ce choix, si c’était à refaire je le referais. » Palladium se demanda un instant si elle n’était pas stupide. Elle venait de lui retourner en tous sens à quel point la violence humaine était terrible, à quel point elle avait souffert de cet épisode et pire, qu’elle avait failli ne jamais en revenir, après avoir subi l’aliénation de la pire espèce, mais qu’elle le referait sans hésiter ? Quelque chose dans cette logique échappe au loup brun qui la regarde un instant comme s’il s’agissait d’une demeurée. Comment peut-on vouloir retourner vers la main qui nous a frappés ? Et, qui plus est, pour une louve inconnue, ne faisant visiblement pas partie de sa propre meute ! Il y avait une tendance suicidaire chez cette louve, songe le Pantin. Mais il se garde bien de montrer sa pensée par une attitude qui aurait pu paraître impolie – ou pire ! – agressive envers elle. Palladium n’est pas assez assuré pour dire ouvertement ce qu’il pense, et encore moins à une inconnue venant de la meute adverse. Susciter la colère de la rousse aurait été un drame qu’il préférait éviter, au vu de sa corpulence. Le loup brun prit donc un ton mesuré et poli pour répondre à la longue tirade de l’inconnue.
« Tu as du faire preuve d'une énorme force de caractère pour surmonter tout ça... Mais.. »
Mais ce que tu appelles courage, moi je l'appelle stupidité, songe le for intérieur du chasseur Sekmet. Et pourtant, les mots restent bloqués dans sa gorge serrée. Pourtant, il pense avec tant de force que ces mots l'oppressent, occultant toute autre pensée, tournoyant dans son esprit comme une rengaine infernale. Mais rien ne sort.

BY ACCIDENTALE
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Lun 3 Aoû - 13:45

Que veux-tu, sekmet ?
Palladium et Plume Rousse



Il faisait des efforts, oui pour l'écouter... Il était assez spécial ce loup, la rousse ne l'appréciait pas plus que ça et elle se demandait encore pourquoi finalement elle avait décidé de lui parler d'elle. Qu'allait-elle gagner en retour ? Rien, il allait très certainement l'oublier dans les heures qui allaient suivre. Soupirant légèrement elle avait aussi constater que le loup n'arrivait pas à la comprendre, comment ? Avec sa drôle de tête qu'il tirait quand il l'écoutait. Était-elle si... Spéciale ? Pour ne pas dire bizarre ou encore stupide, aux yeux des autres ? Son comportement se différenciait-il tellement que l'incompréhension gagnait ceux qui l'écoutaient ? Elle ne pouvait qu'y croire, après tout il n'était pas le seul à réagir de la sorte, encore il semblait se contenir... Mais bon qu'attendait-elle de plus dans le comportement d'un Sekmet ? Ils étaient bien connu pour être impulsif, stupide, et des tas d'autres choses... Pourquoi Yroen avait-elle choisit de les aider eux au moment de l'invasion de la Horde ? C'était une très bonne question à laquelle la rousse était incapable de répondre.

« Tu as du faire preuve d'une énorme force de caractère pour surmonter tout ça... Mais.. »

Ce mais voulait tout dire, c'était le mais je ne suis pas d'accord, celui qui remet tout en question "délicatement". Mais qui était-il pour la juger ? Il n'avait même pas osé aller jusqu'au fond de la chose... Il avait peur d'elle, c'était ça qui expliquait le pourquoi du comment, c'était pour ça qu'il ne lui balançait pas toutes ses pics au visage et qu'il ne le ferait sans doute jamais. Ce qui se voyait chez lui était bel et bien le fait qu'il n'avait pas connu une telle souffrance... Il n'avait pas l'air d'avoir d'empathie pour autrui en tout cas. Enfin, elle ne le connaissait pas tout comme il ne la connaissait pas, elle ne pouvait donc pas le juger autrement elle agirait comme lui et cela n'était pas envisageable. Regardant alors vaguement derrière elle, elle se rendait compte qu'il allait-être temps pour elle de rentrer et de laisser vaquer ce loup à ses occupations.

- Mais...? Oui je suppose que vous en restez bouche bée, que vous ne parvenez à comprendre mes choix. Je ne vous ai pas demandé de me comprendre, vous m'aviez posé une question et je n'ai fais que répondre. Sur ce je vous souhaite une agréable fin de journée jeune loup.

Elle prenait alors soin de le regarder une dernière fois avant de revenir sur ses pas, elle allait rentrer et songer à autre chose. Il ne fallait pas qu'elle se concentre sur ses soucis quotidiens, elle en avait déjà assez avec tout ce qui planait au dessus de sa tête, de leurs têtes... A sa meute qui pourtant n'avait rien demandée. Pourquoi Yroen était-elle partit ? Surtout quand ils avaient tous besoin d'elle... Elle seule aurait su que faire pour ne pas plonger. Notre rousse avait tout simplement peur de ce que pouvait lui réserver l'avenir, oui c'est ainsi qu'elle entrevoyait les choses. La Horde avait prit fin, mais pas la fin de leurs soucis qui allaient certainement refaire leur apparition un jour ou l'autre pour l'autre. S'empressant alors de revenir chez les siens elle vérifiait tout de même que personne ne l'ait suivit.

Spoiler:
 
Code by Reira


-->
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Mar 4 Aoû - 19:33



survivors of the darkness

Plume Rousse & Palladium


F. 74 | A. 83 | E. 70

Une vague de ressentiment semble parcourir la louve à la fourrure claire. Bien que l’air dubitatif du chasseur brun ait semblé la contrarier, elle ne manifeste aucune agressivité, ce qui écarte une possible agression des peurs du Pantin, qui finit enfin par se détendre. Il la regarde à présent droit dans les yeux, sans peur et sans agressivité. Simplement comme s’il assumait son idée jusqu’au bout – ou du moins, avait-il l’impression de le faire. Cette louve l’intriguait, au fond.
Comment s’appelait-elle ? Il n’en avait aucune idée. Mais après tout, qu’est-ce que cela pouvait bien faire ? Esobeks et Sekmets étaient voués à se faire la guerre, continuellement, à pousser la rivalité toujours plus loin, pour savoir laquelle des deux meutes serait la plus puissante. Sur ces territoires, les seules meutes appelées à régner étaient celle de la louve et celle du Pantin. Les Navniks n’étaient qu’une contrainte supplémentaire, rien de bien grandiose, rien de bien spécial, qui ne pouvaient en aucun cas rivaliser avec ces deux meutes qui étaient parvenues à évincer la Horde. Esobeks et Sekmets étaient capables de collaborer, l’histoire l’avait prouvé. Mais le loup brun ne croyait ni ne cautionnait une « alliance » à long terme. Les deux camps se méprisaient bien trop. Ce mépris était d’ailleurs lisible sur la face de son interlocutrice et, lorsqu’elle ouvrit la bouche, elle ne fit que confirmer cet état d’esprit.

« Mais.. ? Oui, je suppose que vous en restez bouche bée, que vous ne comprenez pas mes choix. » Bouche bée, ce n’était pas réellement l’argument que Palladium aurait employé. Il ne comprend pas ses choix, serait-ce sous-entendre qu’il est trop stupide pour pouvoir le faire ? Mauvaise interprétation ou non, le Pantin ne réagit pas à cette pique.
« Je ne vous ai pas demandé de me comprendre, vous m’aviez posé une question et je n’ai fait que répondre. Sur ce, je vous souhaite une agréable fin de journée jeune loup. » Ces Esobeks, toujours obligés de se justifier des actes qu’ils font. Ces quelques mots ne faisaient que conforter le loup brun dans l’amour qu’il portait à sa meute. Décidément, être un Esobek ne lui aurait jamais plu. Trop altruiste, trop héroïque – trop courageux ? – ou trop naïf, tout ceci ne lui convenait guère. Le dernier mot de la louve fit sourire Palladium. Un sourire amusé, un peu paternel. Etait-elle réellement en train de lui dire aurevoir en l’appelant « jeune loup », alors qu’elle devait avoir trois bonnes années de moins que lui ? Les Esobeks seraient-ils donc également orgueilleux et hautains ? Palladium secoue légèrement la tête en la voyant se détourner de lui. Après tout, elle n’en avait rien à foutre de lui, et il ne portait pas plus d’attention à sa personne que cela. Il s’agissait d’une rencontre cordiale entre camps adverses, qui n’avait pas tourné – merci mon dieu – au vinaigre. Palladium ne pouvait que s’en estimer heureux. Poussant la politesse jusqu’à lui répondre alors qu’elle avait déjà le dos tourné, le Pantin haussa un peu la voix pour qu’elle l’entende.

« A toi aussi, "ancienne" louve..? », conclut-il sur un ton à peine ironique. On ne pouvait même plus se moquer de la jeunesse, alors ? Là-dessus, il tourne également les talons et part de son côté.

END.

BY ACCIDENTALE
Contenu sponsorisé
En savoir plus

 Souvenir. [PV - Palladium]


 :: Archives :: Archive des RPs :: Zones extérieurs :: La Surface