Souffle acide du vent, larmes brulantes du ciel. Le monde ne ressemble plus aux paysages d'autrefois. Les cataclysmes ont frappé, des colonnes de flammes et de fumées se sont élevées sur l'horizon. La guerre. La guerre des hommes. Et nous, les loups n'avons eu d'autres choix que de fuir. Nombreux furent nos congénères emportés. Nous traversâmes les plaines cabossées, les forêts de cendres, poursuivis par la faim, traqués par la mort.

Notre salut, nous le devions malheureusement à ceux qui avaient provoqué notre malheur.


 

 :: Archives :: Archive des RPs :: Zones extérieurs :: La Surface

 ❝ UNE QUESTION D'HONNEUR ❞ [Appledore]

Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Mar 21 Avr - 19:24
















❝ UNE QUESTION D'HONNEUR ❞


RP feat. Appledore
F:100 | A:90 | E:94



La fierté n'est qu'une façade, un mur que beaucoup battissent avec le temps. C'est un masque, et pour certains même, c'est une protection. Pour ceux qui ont trop souffert par exemple, et qui ne veulent plus exposer leurs vrais sentiments au grand jour. Mais ce n'est pas pour autant qu'en grattant un peu, en regardant plus en profondeur, on ne trouvera pas quelqu'un de complètement différent qu'à la surface. Peut-être qu'au fond de ces personnes, on peut trouver des gens extrêmement généreux, protecteurs et fidèles. Peut-être que ce ne sont que des individus blessés, qui ne demandent qu'à revenir en arrière, et à redevenir bon et loyaux.

La fierté et l'égoïsme d'une personne n'empêchent pas l'honneur de son coeur.


Tous les oiseaux s'étaient élevés en même temps, leurs ailes fredonnant joliment dans les airs, et faisant danser les feuillages des arbres. Tous étaient si synchronisés, on aurait facilement dit un balais aérien qui se dressait dans les cieux du crépuscule. Oui mais la vérité n'avait rien de si beau ou poétique. Un coup de feu venait de retentir, faisant fuir instantanément tous les êtres vivants des environs, et un fier chasseur venait de devenir une proie.

Le coeur de Sageeth battait la chamade dans sa poitrine, si bien qu'il aurait facilement pu en sortir. Le coup de fusil l'avait frôlé de peu, l'homme au masque de démon était à ses trousses. Les hommes... Eux qui avaient détruit la vie sur Terre, qui l'avaient presque enterré vivant avec leurs guerres toujours incessantes, et eux qui continuaient de traquer les pauvres créatures de son genre, sans le moindre scrupule. Et pourtant, le Bras Droit d'Empress avait été sur ses gardes ! Ou en tout cas, il l'avait pensé... Après tout, son esprit était peut-être ailleurs ces temps-ci. Trop d’événements ou de personnes lui rappelaient son passé, et même s'il ne le montrait pas, cela le tracassait. En fait, il était rongé par le regret et la nostalgie. Qui aurait pensé voir le Colosse Hurlant si faible, si vulnérable ? Mais ce n'était pas là son premier problème. Voulant trouver des ressources nécessaires à la meute, il s'était trop approché du village des hommes. Et lorsqu'il s'était rendu compte qu'il était dans le viseur de l'un d'eux, il était déjà trop tard. C'est pourquoi maintenant il toussait, bien trop essoufflé par sa course. Ses membres étaient douloureux, et sa langue pendait de sa gueule. Il courait, plus vite que ses pattes ne l'avaient jamais porté.

Cette fois, il courait pour sa vie.

PAN ! Un second coup de feu retentit entre les arbres, se mêlant aux hurlements du pauvre loup d'ébène. Cette balle-ci, Sageeth ne put l'éviter. Mais heureusement pour lui, elle n'était pas mortelle : elle était venue se loger dans sa patte arrière, droit dans son fémur qu'il avait entendu craquer. C'est comme ça qu'il dégringola la pente devant lui, et que son souffle se coupa instantanément. Quelques secondes après l'impacte douloureux avec le sol poussiéreux, lorsque ses esprits lui revinrent, il prit conscience de son environnement. Il avait atterri à la vieille fête foraine, et le chasseur n'était nulle part pour être vu ce qui lui offrait un peu de répit. C'est alors qu'il avait profité de cet instant de calme pour se lever -non sans difficultés- et qu'il s'était traîné plus loin dans l'enchevêtrement de manèges abandonnés et vieux stands délabrés. Peut-être qu'avec de la chance, beaucoup de chance, le chasseur n'allait pas le retrouver. Mais les statistiques étaient largement contre lui.

Le loup de charbon s'était finalement glissé à l'intérieur d'une tente à moitié effondrée, là où il s'était écroulé. Enfin, il pouvait souffler un peu, récupérer de sa chute. Mais ses paupières se fermaient lentement, de fatigue et de douleur. Il fallait se rendre à l'évidence, le chasseur allait finir par le retrouver, ce n'était plus qu'une question de temps. Et lorsque cela arriverait, il n'aurait plus la force de se lever et de s'enfuir une fois de plus.

Il ne verrait pas l'aube.




© Code de Phoenix O'Connell sur Never-Utopia
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Mer 3 Juin - 19:56




F.22 | A.31 | E.23

In any other world
You could tell the difference
And let it all unfurl
In any other world
You could tell the difference
And let it all unfurl
Into broken remenance

Peut être avaient-ils raison après tout, ces loups, ceux mêmes qui disaient qu'Appledore n'était bon à rien, un bâtard abandonné peu après sa naissance, le fils indigne de la famille, c'était lui. Oh, bien sûr qu'il n'avait aucun espoir pour son Happy Ending, mais au plus profond de son âme il espérait au moins une bonne chose dans sa vie. Juste une seule. Et une année et demie plus tard, le voilà toujours en train d'attendre. Un jour qu'on lui répète, un jour.
Smile like you mean it
And let youreself let go

Non, sourire lui est impossible. On ne lui a jamais appris. On ne lui a jamais expliqué pourquoi devait-on sourire, à quoi tout ceci servait. Lui ne sourit pas parce qu'il n'en ressent pas le besoin. D'instinct, cela ne lui vient pas à l'esprit. Il n'a pas vraiment de matière à sourire devrait-on dire aussi. Compte à se laisser aller ... Il ne cache rien et est lui même chaque jour que la Terre lui offre, il se laisse par conséquent "aller" en toutes occasions.
Cos its all in the hands
Of a bitter bitter of man

Appledore, amère ? Oui sans doute, tout au fond de lui. Il est amer d'être né sur ces terres, d'être né dans ce temps, d'être né dans cette famille (si on peut appeler cela comme ça), d'être né. Oui, il est amer d'être né, tout simplement. Certains disent que la vie est un cadeau. Pour le loup brun, c'est une malédiction. Il ne lui trouve aucun avantage. Durant toute sa vie, chacun ne fait que souffrir et être déçu, alors pourquoi disent-ils que la vie est un cadeau ? C'est absurde.
Say goodbye to the world
You thought you lived in
Take a bow
Play the part
Of a lonely lonely heart
Say goodbye to the world
You thought you lived in
To the world you thought you lived in

Dire au revoir au monde ... Oh, il a pensé à cela tant de fois ... Mais sûrement n'a-t-il pas eu le courage d'aller jusqu'au bout de ses pensées. Peut être a-t-il eu des ... remords ? Ou l'occasion d'arrêter sa vie ne s'est peut être toujours pas présentée à lui. Peut être que ce n'était jamais le bon moment et qu'il attend justement celui-ci pour faire ceci en grandes pompes ? Peut être tout cela à la fois. Cela paraît si facile de tout arrêter. Si facile.


I try to live alone
But lonely is so lonely
So human as I am
I had to give up my defences

Le mâle brun n'eut même pas la peine d'essayer de vivre seul, il vit seul depuis tout jeune, c'est un don iné, sûrement hérité de sa mère et de son très mauvais caractère. Fort heureusement, il n'a pas hérité en plus de ce dernier. La vie de solitude lui convient parfaitement. Même s'il fait partie de la Horde, il reste solitaire dans sans cœur. Il n'a que faire des plans machiavéliques de Rake Maâr et Skull contre tantôt les Sekmet tantôt les Esobek. Ce ne sont que futiles querelles qui font couler bien trop de sang selon lui. Malheureusement, son avis n'est pas partagé. Cela a peut-être un rapport avec le fait qu'il ne soit jamais écouté aussi ... Mais qui écouterait le bâtard après tout ? Il est si ... insignifiant.
So I smile and try to mean it
To make myself let go

Cos it's all in the hands
Of a bitter bitter man

Essayer. Il essayer seulement de sourire. Appledore ne sourit pas.


Say goodbye to the world
You thought you lived in
Take a bow
Play the part
Of a lonely lonely heart
Say goodbye to the world
You thought you lived in
To the world you thought you lived in

Cos it's all in the hands
Of a bitter bitter man

Say goodbye to world
You thought you lived in
Take a bow
Play the part
Of a lonely lonely heart
Say goodbye to the world
You thought you lived in
to the world
You thought you lived in
Say goodbye to the world
You thought you lived in
Say goodbye to the world
You thought you lived in
Say goodbye

Un jour il ne dira plus non seulement au revoir, mais surtout adieu. Il attend ce jour avec impatience.


In any other world
you could tell the difference

PAN. Le coup ne le visait pas, mais il était proche. Appledore se doit d'aller voir ce qu'il se passe. Peut-être il y aura-t-il un blessé. Il ne faut pas non plus oublier qu'il est censé être guérisseur à la base, non guerrier-pantin de la Horde. Mais bon ça, c'est vite oublié ...
Il n'a aucun mal à suivre les effluves à la fois de l'homme et du loup blessé qui, selon l'odeur, est Sekmet. Son appartenance clanique ne va pas arranger les choses, le Sekmet va sûrement essayer de lui faire croire que tout va bien alors qu'il est en train de mourir à petit feu soit d'une hémorragie, soit d'une infection (ce qui sera bien plus lent et douloureux pour le patient).
Ne percevant aucune trace de l'humain, il suit l'odeur de sang jusqu'à la cachette de fortune du Sekmet. Et, à peine entré, il entend déjà ses grognements. L'après midi promet d'être joyeuse.

 ❝ UNE QUESTION D'HONNEUR ❞ [Appledore]


 :: Archives :: Archive des RPs :: Zones extérieurs :: La Surface