Souffle acide du vent, larmes brulantes du ciel. Le monde ne ressemble plus aux paysages d'autrefois. Les cataclysmes ont frappé, des colonnes de flammes et de fumées se sont élevées sur l'horizon. La guerre. La guerre des hommes. Et nous, les loups n'avons eu d'autres choix que de fuir. Nombreux furent nos congénères emportés. Nous traversâmes les plaines cabossées, les forêts de cendres, poursuivis par la faim, traqués par la mort.

Notre salut, nous le devions malheureusement à ceux qui avaient provoqué notre malheur.


 

 :: Archives :: Archive des RPs :: Zones extérieurs :: La Surface

 Esobeks, où êtes-vous ? [PV: Nymeria et les loups Esobeks.]

Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Sam 11 Avr - 14:19

La voie de la liberté
La meute, Nymeria et Plume Rousse



Le silence régnait dans cette cave, elles étaient là depuis un bon moment. Regardant Nymeria elle restait alors assise dans son coin, fixant le trou où elles étaient entrées. Alors qu'elle pensait qu'ils allaient venir, qu'ils allaient les retrouver et qu'elles allaient payer pour tout ça, les chiens restaient silencieux, il n'y avait plus aucuns aboiements percevables dans la forêt. Que ressentait-elle à ce moment là ? De la joie, de la crainte ou un certain apaisement ? Elle ne savait pas, mais n'en avait finalement que faire car elle pouvait rentrer, mais cette louve allait-elle rester solitaire ? Plume voulait qu'elle vienne avec elle... Dans sa meute, elle était devenue son amie et la laisser partir si il s'avérait qu'elle voulait rester seule allait tout simplement être difficile. Mais elle respecterait dans tout les cas son choix... Après tout elle n'avait pas à décider pour elle et ça, elle le savait, chacun était libre et si elles venaient de sortir de cet enfer c'était bel et bien pour être libre dans ses choix... En soit, être libre d'action.

Attendant alors que Nymeria se redresse, Plume sortait du trou où elles s'étaient réfugiées, humant alors l'air pour vérifier que personne ne soit présent, elle s'aventurait de nouveau dans la forêt, suivit de la grise. Elles n'avaient pas le temps d'enlever la boue qui les recouvrait, ni le temps de s'arrêter une nouvelle fois, au risque de se faire surprendre par les traqueurs... Seulement, elles avaient se collier autour du cou, mais comment pouvaient-elles l'enlever après tout...? C'était impossible, elles risquaient même de s'étrangler avec si un de leur congénère tirait dessus... Enfin, fallait-il encore qu'il ne se casse pas les crocs en faisant cela, car ils étaient en fer et la rousse se voyait déjà avoir ce collier toute sa vie. De plus, elle comptait le garder, c'était une partie de son passé après tout... Et elle comptait l'expliquer à sa famille si ils l'acceptaient de nouveau après cette disparition de plusieurs mois... Comment Freux allait-il réagir en la voyant de retour ? Et Patte...? Et surtout son alpha Yroen...

Elle allait avoir sa réponse, la grise l'avait accompagnée jusque là, et Plume lui en était reconnaissante et lui faisait comprendre qu'elle pouvait rester, en soit qu'elle était la bienvenue, après tout, si elle en était ici c'était grâce à cette louve, autrement la folie serait restée et elle... Elle serait toujours là-bas, aux côtés des Humains... S'asseyant alors tout en observant autour, elle attendait que la patrouille du soir tombe sur elle, ils n'allaient pas la reconnaitre dessuite, certes, mais ils ne les attaqueraient pas... C'était des Esobeks et ils chercheraient avant tout à savoir qui elles sont... Enfin elle l'espérait, autrement elle devrait aller enlever toute cette boue pour revenir en ces lieux. Apercevant alors quelque loup au loin, Plume jetait un regard inquiet à Nymeria, mais elle ne bougerait pas, elle voulait rentrer chez-elle, et permettre à la grise, si elle le voulait, d'intégrer la meute... Mais pour le moment, il fallait juste qu'elles ne se fassent pas "agresser", comment allait-réagir les loups en face ? Elle allait le savoir dans quelques secondes...

(Donc pas d'ordre de passage =)
Spoiler:
 
Code by Reira


-->
Pierre d'Été
Pierre d'Été

Fiche de personnage
force:
100/100  (100/100)
agilité:
100/100  (100/100)
endurance:
100/100  (100/100)
avatar
En savoir plus
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 11 Avr - 14:55


Esobeks, où êtes-vous ?
Force : 30 - Agilité : 27 - Endurance : 33

Cela plusieurs jours, voir plusieurs semaines que plume Rousse était absente, nous étions plusieurs à nous inquiéter. Certains pensent qu'elle a été attaquer, et d'autre dits l'avoir vu se faire attraper par des traqueurs. Quel est le vrai dans tout çà ? À côté, Yroen était de retour, mais nous serons sereins quand tout le monde sera là, Plume, Yroen et Reaven. Une meute est unie, il ne faut pas se séparer. On a tenté de chercher Plume mais en vint, rien, aucune piste pour nous aider. Je continuai de marcher, cherchant peut-être un indice, une odeur ...

Je pouvais sentir des odeurs différentes, sans doute des chiens, des chiens de traqueurs, des pièges, je n'essayai même d'imaginer ce qui a pu se passer. Pour éviter de trop m’éloigner du territoire je retournai vers les collines escarpées, il fessait tard, et le soleil s'était couché, il fallait rentrer et pourtant. Je me dirigeai lentement vers notre tanière, mais une odeur qui ne m'est pas inconnue me vint, cette odeur n'était pas seule, je me stoppai, qui était-il ? je m’approchai lentement, voulant connaitre l'identité de ses deux odeurs, petit à petit je reconnus l'une des odeurs, malgré la difficulté je pouvais identifier Plume. Tandis que l'autre me paraissait inconnu.

J'avançai plus rapidement, si elle était de retour, ce serait merveilleux ! mais était-ce vraiment elle ? ou juste un piège ? j'avançai plus lentement, réduisant mon allure, réfléchissant à toute les possibilités qui s'offraient à moi. Prudent. Je finis par voir les deux silhouettes, elles étaient sur nos terres, ce qui me permit de conclure que c'était la vraie, la véritable Plume ! Je cours vers elle, puis pensai-je à une chose ... pourquoi je cours? je ralentis mon pas, mais mon humeur changea radicalement. Arriver à leurs hauteurs je m'arrêtai, content qu'elle aille bien. Je remarquai une autre louve à côté, si elle est à ses côtés, c'est que cela ne doit pas être une ennemie, néanmoins le retour de Plume prit toute mon attention.

" Te revoilà ! Comment ?! Je suis heureux de te revoir parmi nous ! Tu est le centre d’intérêt de pas mal de monde c'est temps-ci ! comment va tu? tu n'est pas blesser ?"



_________________

Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Sam 11 Avr - 19:52

se faire accueillir
f. 42 - a. 47 - e. 35

Après s'être roulé dans la boues, les deux louves s'étaient cachés dans une cave où l'avait mené la Esobek puis, elles avaient attendu, plusieurs minutes, plusieurs heures … Le calme était présent depuis un moment déjà et, la rousse sortie son museau à l'extérieur pour vérifier que tout allait bien avant que la solitaire ne la rejoigne. Visiblement, leur plan combinait avait marché …. Dieu merci ... Soulagé, la louve essayait désormais de se retrouver sur cette terre tant étrangère désormais. Tout semblait si paisible, cela en était pratiquement oppressant, toutefois, elle était heureuse d'être enfin libre, enfin, si on oublie le collier de fer qui lui serre la gorge et, la marque noir incrusté dans son oreille droite.

Suivant la rousse, celle-ci les mena quelque part mais, la louve ne dit rien, elle était trop épuisé pour cela … Elles marchèrent un moment avant que diverses odeurs ne viennent chatouiller sa truffe. Elle connaissait cette odeur, il s'agit des terres Esobek. La rousse semblait vouloir que la solitaire les rejoigne mais, le pouvait-elle seulement ? Après tout, elle a toujours répugné le fait d'être auprès d'une meute, elle ne se sentait pas de vivre auprès tant de loups, même autrefois lorsqu'elle vivait avec ses parents et d'autres elle avait bien du mal, probablement à cause des événements qui se sont produit par sa faute, qu'en sait-elle après tout ? Tous lui on tourné le dos, l'accablant de tous les malheurs alors que tout cela fut un accident. Elle était jeune et, lui aussi, ils n'auraient pas du jouer avec le feu et, ils ont finit par se faire attraper, quoique, à l'époque, elle a réussit à fuir, elle. Peut-être est-ce la sa punition ? Elle aussi fut capturé par les Hommes mais, n'a pas connu la même fin tragique que son ancien ami et jour et nuit, elle fut tourmenté par ce souvenir, par ces Hommes. Sa peur de ces bipèdes étaient bien plus grande désormais, ainsi que la haine qu'elle possède à leur encontre. Pendant tous ces jours passés cloîtrés dans cette cage ou, dans l'arène, elle n'avait cessé de leur tenir tête, elle fut fouette à chaque fois mais, elle continuait et, c'est probablement pour cela qu'ils ont tenté de se débarrasser d'elle … La louve a eu de la chance que la Esobek ait reprit ses esprits à temps ou, du moins, ai lutté contre ce qui semblait la soumettre sinon, la solitaire serait probablement morte à cette heure-ci et, c'est même sûr …

Elles s’arrêtèrent à la limite des terres Esobek, visiblement son amie craignait la réaction de sa meute quant à sa disparition et son retour. Tandis que la rousse s'asseyait, la grise quant à elle s'ébrouait, enlevant un peu de la boue séchait qui collait à son poil et, la démangeait. Qu'elle avait hâte de pouvoir se débarrasser de cette chose marron mais, cette chose leur avait sauvé la vie. Elle ne put se retenir de se gratter au niveau du cou, elle n'arrivait à s'habituer à ce collier mais, visiblement, elle n'aura pas d'autre chose que de s'y faire … S'asseyant enfin pour imiter son amie elle n'était toutefois pas sereine quant à rester planter là …

L'odeur d'un loup s'approchant attira son attention et, levant la tête, vit la silhouette s'approcher en courant vers elles. Même si il n'avait rien d'hostile, la solitaire ne put s'empêcher de plaquer ses oreilles en arrière, probablement le souvenir de la traque d'il y a quelques heures qui est toujours présent … Face à la rousse qui restait là, la solitaire ne bougea pas et, ne dit pas un seul mot quand le mâle fut enfin près des deux louves, s'adressant à la Esobek. Tandis qu'il était focalisé sur sa sœur de meute, la louve regardait autour d'elle, essayant de voir si d'autres loups allaient venir pour les « accueillir », ce dont elle n'avait pas très envie ...

Code © N3m0
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Dim 12 Avr - 1:52






Te voilà, idiote.


Feat



Freux avait eu du mal à se lever. Et du mal à bouger. Mais qu'adviendrait-il de lui s'il se laissait mourir dans un coin ? La mort, il l'avait frôlé de si peu. Il serait mort, loin, seul, sans ses amis, sans sa famille. Mais c'était sans compté sur l'aide de son Alpha. Elle était venue l'aider. Le sauver. C'était inespéré comme intervention. Mais elle l'avait fait. En somme. Le mâle avait une dette supplémentaire envers sa meute. Elle lui avait déjà par deux fois sauvé la vie, dans des circonstances plutôt similaire. D'une fois sauvé d'une famine et d'un froid déchirant. D'une seconde fois, sauvé d'une longue et terrible agonie aux suites de si nombreuses blessures que Freux ne pouvait plus compter le nombre de cicatrises qui trônaient à l'heure actuelles sur son corps.

Il était dans un piteux état. Certaines parties de son corps n'avaient plus de fourrure. Les endroits où les chiens avaient fait leur croc, comme on dit. Ainsi, ses flancs laissaient exposé à l'air libre des blessures plus ou moins cicatrisés. Mais le regard du mâle n'avait pas perdu sa brillance. Il était en colère. Contre lui même ; d'une part. Il avait été défait. C'était sa première défaite. Et la plus cuisante. Elle l'avait laissé dans cet état là. Ainsi. Il se sentait si piteux, si inutile, si … faible.

Et son impuissance ne faisait que le rendre de plus en plus colérique. A tel point qu'il avait quitté son abris. Quittant la sécurité de la tanière de sa meute. A la suite de la patrouille. Il devait maintenir sa forme. Il devait continuer d'agir comme si de rien n'était. Comme s'il ne lui était simplement rien arrivé. Mais le souvenir du pourquoi il était partie le hantait. Il n'avait trouvé aucune trace de sa sœur.

Retrouver la trace de ses camarades du matin ne fut pas une chose trop complexe à faire. Après tout, il connaissait très bien leur odeur. Et la piste fut remonté le plus vite possible. Perché, en haut de la petite colline, il ne se serait jamais attendu à la vision qui allait s'offrir à lui. Là-bas, en bas, la patrouille était aux prises avec deux louves. Elles étaient couvertes de boue … Leur odeur n'arrivait pas au museau du mâle.

Soit, il allait rejoindre ses camarades pour défendre son territoire ! Malgré l'état pitoyable dans lequel était le corps du mâle, il allait aider !

Se jetant aux côtés d'Ema'. Il risqua, par surprise, de bousculer la louve recouverte de boue... Son odeur arrivait enfin au museau de Freux. Et ses yeux, son corps, son apparence … C'était Plume... Pas de doute. C'était elle.

Il fit son possible pour rester fier. Détaché. Malgré un énorme soulagement qui pétillait dans son regard. Son corps hurlait qu'il souffrait. Il saignait à quelques unes de certaines de ses blessures qui s'étaient à nouveau ouvertes sous la charge de combat qu'il avait lancé comme un idiot.

L'objet de ses blessures. La louve envers qui il avait penché toutes ses pensées ces derniers jours. Celle pour qui il avait risqué sa vie. Elle était là. A présent …

- Plume…

Furent les seuls mots qu'il réussit à lâcher. Malgré sa position de fierté. Dressé, la queue droite … Il laissa son regard se poser sur la louve qui accompagnait sa sœur. Il ne l'avait jamais vu. Mais si elle était aux côtés de celle qui avait disparut depuis si longtemps. C'était pour une bonne raison..




Déchéance Sarcastique

Fiche de personnage
force:
68/100  (68/100)
agilité:
79/100  (79/100)
endurance:
85/100  (85/100)
avatar
En savoir plus
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 13 Avr - 1:12


ft Esobeks & Nymeria.
come on baby, and she had no fear.
F : 11/100 • A : 15/100 • E : 17/100

Zwey galopait régulièrement, savourant la mollesse de la terre sous ses pattes. La froideur de la nuit qui tombait avait humidifié le paysage, et il trouvait infiniment plus agréable de patrouiller par ce temps que sous le soleil sec de la journée. L'absence d'arbres dignes de ce nom rendait quasiment impossible la quête d'ombre, et quand on savait à quel point il était difficile de trouver de l'eau dans les parages, on était tout de suite moins tenté de faire le moindre effort aux heures de pleine chaleur. Surtout que l'hiver s'en était désormais bel et bien allé.
La sentinelle n'en appréciait que d'autant plus les patrouilles nocturnes.
Et c'était bel et bien l'occupation qui le tenait à ce moment-là : parti à la tombée de la nuit avec d'autres loups de la meute, Zwey faisait le tour des frontières sans ménager sa peine pour une fois. L'ennemi était toujours plus tenté d'agir sous le couvert de l'obscurité, et il ne pouvait pas le blâmer pour ça. Raison suffisante pour faire son boulot correctement.
Quoi qu'il en soit, les quelques chasseurs et guerriers qui l'accompagnaient n'avaient pas tardé à se disperser, la majorité pour chasser dans les parages. Quelques autres avaient accompagné les sentinelles restantes, qui s'éloignaient pour mieux quadriller la zone. Le loup brun et roux, lui, avait poursuivi sa route vers les collines, ne s'arrêtant pas en chemin. Il aurait tout le temps plus tard de chasser - ou du moins de tenter de trouver quelque chose de mangeable, ce qui n'était pas si facile ces derniers temps.

Zwey était bien avancé dans son parcours, lorsque le vent tourna et amena de plein fouet une odeur marquante à son museau entraîné. Plutôt que de freiner des quatre fers, et bien que saisi, la sentinelle leva plutôt la tête pour mieux flairer le signal qui lui était envoyé, et bifurqua dans la direction correspondante. Ça sentait bizarre, une odeur entre le loup et le chien, ou le loup plus le chien. Zwey accéléra la cadence, concentré sur son but, et l'odeur se précisa : il fut à même de distinguer celle de deux femelles, inconnues à priori, mais qui recelaient une touche qui lui rappelait quelque chose...
Courant entre les ombres, le loup brun grimpa une colline surplombant la zone cible de son allure caractéristique. Il bondit sur un rocher et s'arrêta net pour considérer la situation, plutôt que d'attaquer immédiatement : cette fragrance lui rappelait décidément quelque chose de familier, et l'incitait à la circonspection.
C'est alors qu'il les vit, deux silhouettes ostensiblement canines, en bas de la colline. Puis, Zwey perçut avant de le voir le membre de sa meute qui se précipitait vers elles depuis l'autre côté du terre-plein : il reconnut Emarok à son odeur. Le mâle n'avait pas l'air agressif, ce qui éveilla la curiosité du rouquin : mais avant tout, la sentinelle décida d'alerter les loups qui chassaient tout autour d'eux. Beaucoup auraient sans doute perçu l'odeur des louves, mais un appel restait tout de même un signal plus précis : rejetant la tête en arrière, Zwey lança un long hurlement d'avertissement. Il le modula pour faire comprendre qu'il y avait présence d'intrus sans menace immédiate, puis le lança une seconde fois pour s'assurer que le message était passé.
Cela devait être suffisant à rallier la plupart des Esobeks du coin.

Ceci fait, Zwey bondit de son perchoir et galopa vers Emarok et les deux louves, curieux d'en savoir plus. Effectivement, aucun des trois protagonistes ne semblait manifester d'hostilité, ce qui n'était pas courant dans le cas d'un...
Oh.
Zwey comprit tout de suite en parvenant près des autres loups. Il passa au pas, oreilles pointées en avant, puis rejoignit ses compagnons de sa démarche chaloupée : car ce n'était pas une inconnue qui venait de s'introduire sur leur territoire, mais une sœur de meute égarée depuis un bon moment. La fameuse Plume Rousse qu'il ne connaissait pas personnellement, mais respectait comme toute la meute. D'après les rumeurs, elle avait été enlevée par les humains quelques lunes auparavant, et nombreux étaient ceux à désespérer de la revoir un jour. Heureux du retour de leur camarade, Zwey l'accueillit d'un mélange d'aboiements et de grondements amicaux : cependant, il resta un peu en retrait, laissant aux proches de la guerrière le loisir de lui manifester leur affection. En effet, les autres Esobeks n'avaient pas été longs à rappliquer, et le bras-droit d'Yroen arrivait déjà en trombe.
Zwey s'assit, balayant les canidés du regard : il nota l'odeur de sang qui montait du côté de Freux mais ne fit pas de commentaire, préférant accorder son attention à l'autre louve. Celle-ci, totalement inconnue par contre, n'avait pas l'air spécialement enchantée de les voir. Zwey se contenta de la jauger, attentif : il resta dans l'attente de la suite des événements, oreilles pointées amicalement vers l'avant et la queue balayant le sol de contentement.
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Lun 13 Avr - 15:49

La voie de la liberté
La meute, Nymeria et Plume Rousse



Un loup se profilait à l’horizon, le fixant alors attentivement, notre rousse pu reconnaitre Emarok, un prince Esobek. Plaquant alors ses oreilles pour l'accueillir, elle était heureuse de le revoir et cela semblait-être le cas pour lui aussi. S'approchant rapidement de lui, elle baissait la tête en guise de respect avant de finir par remuer sa queue, elle n'en pouvait plus, sa meute lui manquait tellement. Comment avait-elle pu les oublier ? Si elle en était là aujourd'hui c'était grâce à Nymeria, elle lui avait permis de retrouver les siens et pour ça la louve lui en serait éternellement reconnaissante. Sautillant alors devant Emarok, elle écoutait attentivement ce qu'il lui disait, elle par la suite allait pouvoir lui expliquer son long périble chez les Hommes, et surtout le moment où elle a cru que c'était la fin pour elle... Et puis la lueur d'espoir qui était de nouveau naissante quand la grise lui avait dit qu'elles pouvaient fuir... Elle avait en soit tant de choses à lui dire.

" Te revoilà ! Comment ?! Je suis heureux de te revoir parmi nous ! Tu est le centre d’intérêt de pas mal de monde c'est temps-ci ! comment va tu? tu n'est pas blesser ?"

Ils l'avaient donc cherchés, elle n'avait alors pas été abandonnée. Jetant un coup d'oeil à Nymeria, elle vit que celle-ci était mal à l'aise, en même temps elle ne connaissait pas plus que ça les loups qui allaient sans doute arrivé, et effectivement, le second loup à pointer le bout de son museau était Zwey, après quelques instants le loup gris s'était approché de la rousse, émettant des petits grognements amicaux en guise d'accueil, Plume s'était donc permise de lui faire la "fête", comme à Emarok en soit, puis un autre loup se pointait, Freux. Il était blessé de partout mais gardait la tête haute, en guise de fierté, mais dans ses yeux elle pouvait voir qu'il n'y croyait pas, qu'il était en quelque sorte "émue" de revoir celle qui ne pensait sans doute jamais recroiser. Se dirigeant vers lui, elle lui faisait alors un accueil digne de se nom avant de se tourner une nouvelle fois vers Nymeria pour prendre la parole.

-Non je ne suis pas blessée... J'ai juste reçu des coups, comme Nymeria, mon amie, celle qui m'a accompagné tout au long de cet enfer et qui m'a soutenu... Si je suis en vie, et bien présente aujourd'hui c'est grâce à cette louve, c'est pourquoi je vous demanderais de l'accueillir comme il se doit.


Regardant les trois mâles présents, elle espérait qu'ils n'allaient pas la chasser, et puis... Nymeria pouvait songer à les rejoindre par la suite, non ? Après tout c'était une louve exceptionnelle, et elle serait sans doute très utile pour la meute. Continuant de faire le tour de ses compagnons, festive, elle s'installait ensuite entre eux et la solitaire, assise chacun pouvait apercevoir un collier en métal autour de son cou, signe qu'il était bien vrai qu'elle avait été enlevée par les Hommes. Dans tout les cas, même si tout était détruit autour d'elle, qu'il faisait affreusement chaud et qu'ils avaient sans doute du mal à trouver de l'eau, elle était des plus heureuse... Elle était en soit libre, ce qu'elle n'avait plus ressentit depuis trop de temps... A cause de cette histoire dont elles avaient été victimes avec son amie la grise. D'ailleurs, comment se sentait-elle ? Elle avait sans doute, elle aussi, envie de revoir quelqu'un..? Plaquant ses oreilles sur son crâne Plume attendant le verdict de sa famille.

Spoiler:
 
Code by Reira


-->
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Lun 13 Avr - 19:30

une étincelle perdue
f. 42 - a. 47 - e. 35

La louve restait là où elle était, assise, observant la rousse se réjouir de revoir sa meute. Elle l'observe en silence, tournant la tête en sentant un autre mâle s'approcher. La Esobek lui fit la fête, à lui tout comme au troisième mâle qui arrivait. Visiblement, sa meute s'était énormément inquiété pour elle. Et elle ? Avait-elle quelqu'un qui s'était inquiété pour elle ? Sa famille n'était plus, disparu ou mort depuis l'hiver et le début des bombardements. Elle n'a plus jamais eu de leur nouvelles, elle n'a jamais pu leur dire au revoir ou les remercier de s'être occupé d'elle, elle qui était tant un fardeau autrefois quoique, peut-être l'est-elle toujours ? Elle n'en sait rien … Ces réjouissances familiales la mette mal à l'aise, elle détourne le regarde, observant ce paysage qu'elle n'a pas vu depuis bien longtemps, ce paysage qui a tant changé depuis. Pourquoi restait-elle ici ? Pourquoi ne partait-elle pas dans son coin ? Pour quoi faire après tout ? Elle est seule de toute manière …

Elle jette un nouveau coup d’œil en direction de la rousse alors qu'elle leur présente la louve grise en piètre état entre son poil salit et empestant par la boue, les diverses blessures sur son corps pour certaines pas totalement cicatrisés et, ce collier de fer qui la gène. Secouant la tête en le faisant bouger dans tous les sens, elle aimerait pouvoir s'en débarrasser mais, comment faire ? Aucune mâchoire n'est capable de briser un tel accessoire forgé des mains de l'Homme. Ce collier restera probablement à vie sur elle lui rappelant jour après jour ce qu'elle a vécut ces derniers jours …

La rousse souhaitait que sa meute accueil la solitaire comme il se doit mais, le méritait-elle réellement ? Devait-elle accepter que ces étrangers se comporte amicalement avec elle juste par reconnaissance ? Elle qui a toujours tout fait pour rester loin de ces meutes, loin de tout autre loup, voilà qu'elle se retrouve en plein milieu, perdu.

Ses pensées divergent, allant des solitaires avec qui elle a vécut puis, à ce loup qui avait su lui faire baisser sa garde, ce loup qui lui manque terriblement, le reverrait-elle seulement un jour ? Kenshin ... Ses oreilles se baissèrent alors qu'elle détourne une fois encore le regard de ce petit groupe de loup, ses pensées partant du loup roux à une petite boule de poil noir ….

« Keres ... »

Elle leva soudainement la tête après avoir couiné ce nom. Mais oui, qu'elle idiote ! Elle en avait complètement oublié ce louveteau qu'elle avait recueillit ! Comment avait-elle fait pour l'oublier, lui, la seule famille qui lui reste sur ces terres ? Elle qui pensait que personne ne l'attend mais, c'est faux, le louveteau lui doit toujours l'attendre quelque part mais, où ? Était-il seulement encore sous terre ? Ses oreilles se plaquèrent de nouveau sur le haut de son crâne alors qu'elle se redresse en regardant partout autour d'elle, émettant un long couinement.

« Je dois partir … Je dois retrouver mon fils ... »

Soudainement paniqué à la pensée que quelque chose ait pu arriver au louveteau, elle ne savait même pas par où commencer ses recherches. Est-il resté dans le centre commercial à l'attendre ? A-t-il essayé de la retrouver comme il avait tenté de retrouver sa défunte mère ? Quelqu'un l'a-t-il trouvé et prit sous son aile ? Avait-il fait une mauvaise rencontre ? Plus d'une question jaillit dans son esprit lui faisant oublier les loups autour d'elle ...

Code © N3m0
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Lun 13 Avr - 22:22






Destin ?


Feat



Freux avait laissé son regard se perdre sur la louve qui commençait à progressivement paniquer. Mais qu'avait-elle ? Le mâle n'avait pas fait attention qu'elle avait gémit un nom. Keres, c'était ça ? Étrange. Il était certain de l'avoir déjà entendu quelque part, ce nom. Mais où ? Allez savoir. Le mâle se mit lentement sur le chemin de cette femelle qu'il ne connaissait pas. Mais Plume voulait qu'elle soit accepté parmi eux. Il ne la laisserait pas partir. Une voix, au fond de son crâne lui disait qu'il ne le devait pas ! Surtout pas.

- Keres, c'est le nom de ton petit, c'est ça ? Tu sais, un des loups de notre meute. Asak, le prince Sekmet, a ramené d'une de ses chasses un louveteau. Je ne sais pas trop si c'est lui. A vrai dire, j'ai eu quelques soucis ces derniers jours … alors je n'ai pas eu le temps de me renseigner auprès de ma compagne, qui est une nourrice de la meute. Je me présente, en tout cas. Freux, Bras-Droit Esobek. Pour te servir.

Le loup inclina la tête vers Nyméria, jetant ensuite un regard tout entendu à Plume Rousse. Leur lien existait-il toujours comme avant ? Au vu de ce qu'elle avait fait, lors de leur retrouivaille, il n'en doutait pas un seul instant. Elle le comprendrait. Il le savait ! Secouant la tête afin de cacher quelques larmes, il s'ébroua, faisant mine de rien. Laissant s'échaper quelques goûtes de sang de-ci de-là autour de lui.

Il commençait à nouveau à sentir la douleur. Et quel mal de chien ça lui faisait ! Qu'il fallait être con pour avoir couru comme un débile dans son état ! Il se maudirait pendant des années pour cette idiotie ! Se damnant même ! Mais il l'avait fait pour une bonne raison. Il l'avait fait pour Plume.

Freux s'approcha de Nyméria, jusqu'à ce que son museau touche presque le sien.

- Je te laisse nous rejoindre à notre campement, afin que tu puisses voir si le louveteau est bien le tiens. En quel cas, Patte d'Ivoire te laissera le reprendre. Et si tu nous rejoint, ma compagne s'occupera du petit pendant que tu chasseras, ou patrouilleras.

Le mâle glissa un regard amusé vers Plume.

- J'en connais une qui aimerai que tu restes avec nous. Si Plume te porte en estime, alors je ne peux que suivre le jugement de cette femelle.

Pour montrer qu'il avait terminé de parler, il vint se poser tout proche de Plume, commençant alors à donner quelques coups de langue sur ses plaies encore suintante du liquide écarlate gluant et salé. Son sang. .




Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Mer 15 Avr - 21:39

je veux le revoir ...
f. 42 - a. 47 - e. 35

Elle l'avait oublié, lui, cette petite étincelle tombé sur son chemin alors qu'elle s'enfonçait de plus en plus dans les ténèbres, cette petite boule de poil qui lui a permis de continuer à survivre, à vivre. Comment avait-elle fait pour l'oublier ?! Paniqué, elle s'imaginait les pires scénarios qui puissent exister, le reverra-t-elle seulement un jour ? Tout comme lui ? Elle fut tirer de ses sombres pensées par le loup aux yeux vairons. Keres, il le connaît ? Comment cela se fait-il ? Est-ce possible qu'il s'agisse du même louveteau ? Les oreilles bien dressés sur le haut de sa tête, son regard posé sur le loup grisâtre, elle l'écoutait attentivement. Le prince Sekmet ? Une nourrice ? Elle n'en avait que faire de ces détails, tout ce qu'elle souhaite c'est le revoir, le retrouver, retrouver la seule famille qui lui reste même si ils ne partagent aucun lien de sang.

Le loup se présente ensuite, elle l'écoute sans l'écouter, enregistrant l'information dans un coin de sa tête, de toute manière, cela n'avait pas d'importance dans quel grade se trouve ce loup, non, pas le moindre. Elle qui a toujours vécu solitaire, tous ces grades ne sont rien pour elle, Alpha, bras droit, omega, ou qu'en sait-elle encore ? Pour elle, un loup reste un loup et, c'est probablement pour cette raison qu'elle a dû mal à comprendre toutes ces meutes, probablement aussi parce qu'elle n'a jamais été à l'aise parmi un groupe de loup, après tout, elle s'isolait constamment, quoique, on l'y a aidé …

Se perdant momentanément dans ses souvenirs qui lui semblent si lointain, elle ne vit pas directement le loup qui s'approche d'elle et effleure presque son museau du sien par sa proximité, lorsqu'elle s'en rendit compte, elle bondit en arrière, les oreilles baissés et, ses babines se retroussant à peine, dévoilant seulement la pointe de ses crocs. Pourquoi s'est-il ainsi approché d'elle ? Que lui est-il passé par la tête ? Elle ne comprenait pas, peut-être parce qu'elle n'est pas habitué à pareil proximité, peut-être parce qu'elle ne peut s'arrêter d'être méfiante envers les autres, pour lui en tout cas, ce geste semblait normal, banal, pour elle, cela est tout autre … Essayant de se radoucir, ses babines retombant mais, ses oreilles restant en arrière. Les rejoindre ? Ainsi c'est ce qu'ils souhaitent ? Ce que elle elle souhaite ? Elle tourna la tête vers la rousse avant de reposer de nouveau ses yeux ambrés sur le gris. Non, tout ceci est bien trop étrange et nouveau pour elle, elle n'arrivait pas à comprendre cette soudaine invitation à elle, simple solitaire sortie de nulle part, ils ne connaissent rien d'elle et l'invite comme cela ? Comment peuvent-ils faire confiance au premier loup qui passe ?

Lorsque le mâle s'éloigna d'elle, elle se sentie de nouveau respirer, plus calme.

« Amènes moi seulement jusqu'à lui … Je veux le revoir. »

Demanda-t-elle simplement d'un couinement, bien trop perdu pour pouvoir penser au reste pour le moment.

Code © N3m0
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Sam 25 Avr - 0:17

La voie de la liberté
La meute, Nymeria et Plume Rousse



Un petit... Ils avaient retrouvés le petit... Combien de chance y avait-il pour que ce soit celui de Nymeria ? Plaquant légèrement ses oreilles la rousse semblait totalement perdue, à vrai dire elle laissait son frère de cœur prendre la parole, et par la même occasion elle venait d'apprendre qu'il avait été élu Bras Droit, finalement tout semblait s'être passé comme prévu pendant son absence, les choses avaient continuer à avancer, tel était la vie... Il pouvait bien manquer quelqu'un à l'appel, le temps lui continue de filer, et ça peu importe la personne qu'il peu manquer. Mais en même temps elle ne pouvait pas leur en vouloir, ils avaient cherchés à la retrouver et cela n'avait eu aucun succès, ils n'avaient donc pas pu arrêter l'avancée d'une meute toute entière juste pour une louve, juste pour elle... Enroulant alors sa queue autour de ses pattes, les retrouvailles "terminées", elle restait désormais silencieuse, que pouvait-elle ajouter ? Elle allait juste devoir leur expliquer en détail ce qu'il s'était passé... Tout simplement, et ce n'était pas encore le moment propice à cela.

- J'en connais une qui aimerai que tu restes avec nous. Si Plume te porte en estime, alors je ne peux que suivre le jugement de cette femelle.

Dressant ses oreilles elle venait alors de remarquer que Freux avait prononcé son nom, à ce moment là elle s'était forcée à rester "éveillée', car bon, elle était épuisée, couverte de boue et elle avait un foutu poids autour du cou... Quelque chose qui allait rester à vie ici, maudite ? Non, elle était juste naïve. Elle aurait dût laisser se passé là où il se trouvait au lieu de le remuer et donc de mettre sa vie en jeu... C'est pour ça que l'on dit souvent que dans la vie il n'y a que des leçons, et là, c'était la leçon. Elle et son amie avaient sans doute retenues cette "leçon" qui avait été des plus désagréable... Plus chiante que de croiser un Hordien, c'était pour dire que c'était du haut niveau ! En même temps ce n'était pas un secret, les humains étaient plus dangereux que tout les autres être vivants sur cette Terre... Et malheureusement, ils ne pouvaient lutter contre leur technologie, ils ne pouvaient que subir et tenter de survivre. Enfin, là n'était pas la question, oui, elle voulait que son amie reste, mais elle, qu'en pensait-elle ?

« Amènes moi seulement jusqu'à lui … Je veux le revoir. »


Freux s'était approché de la louve grise, son museau proche du sien, elle avait alors eu un mouvement de recul, grognant légèrement. C'était compréhensible, elle ne le connaissait pas et était solitaire, en soit Nymeria n'avait pas l'habitude de côtoyer autant de loup en même temps et la pauvre devait-être stressée. Gardant le silence Plume les observait toujours, Freux allait sans doute l'emmener au sein du camp, comment allait réagir Yroen ? Elle ne savait pas et une légère appréhension était en train de naître chez notre rousse qui avait son ventre qui se nouait de plus en plus. Un louveteau... Son amie ne lui en avait pas parlé, en même temps avaient-elles réellement eu le temps de parler ? Non, elles avaient été enlevées, séparées par la suite... Puis elles s'étaient retrouvées lors d'une "chasse" en forêt... Et là, bah elles fuyaient les hommes. Remuant légèrement son museau Plume s'était alors redressée attendant que les autres fassent de même pour emmener la louve grise jusqu'au camp.

Spoiler:
 
Code by Reira


-->
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Jeu 30 Avr - 20:56






En Marche


Feat



La seule volonté de la louve était de revoir le louveteau. Eh bien soit. Freux pouvait facilement répondre à cette envie. Après tout, il avait le droit, à présent, de pouvoir faire venir des loups dans le camp de la meute. Offrant dès lors un regard circulaire à ses compagnons, il prit la parole, d'une voix grave et autoritaire.

- Eh bien soit. Tu vas donc nous suivre, et je vais te montrer le petit en question. J'espère qu'il s'agit bien de celui dont nous parlons, je n'aimerais pas offrir de faux espoirs à une Mère en détresse. Qu'il en soit ainsi, donc. Nous prenons la route du camp.

Sur ces simples paroles, le Grisâtre se retourna, invitant alors d'un mouvement Plume et Nymeria à marcher à ses côtés. Il voulait garder la Rousse proche de lui, et la Solitaire sous son regard. Par mesure de précaution, car même s'il avait entièrement confiance en Plume, il n'offrait pas sa confiance aveuglement à une solitaire. C'était comme ça, la vie.

Il menait donc le petit groupe sur le chemin du retour. Et, surtout, vers l'endroit où les petits se trouvaient. En un rien de temps, ils seraient sur place...





Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Jeu 30 Avr - 22:12

entre vision et réalité
f. 42 - a. 47 - e. 35

Autour de la louve, tous les autres étaient silencieux, même la rousse, seul le loup gris parlait, lui parlait, avez eu le courage de s'approcher d'elle, de l'inviter parmi eux. Malgré tout, elle n'arrivait pas à être tranquille, elle se sentait enfermé, emprisonner, coincé entre ces loups qu'elle ne connaît pas, sauf une mais, pour le moment, elle n'y pense plus … Non, toutes ses pensées sont tournées vers le louveteau, vers ce louveteau qui est probablement le sien, est-ce seulement possible ? Quelle belle coïncidence cela serait si ce louveteau est réellement celui qu'elle veut retrouver. Au fond d'elle, elle l'espère de tout cœur et, se hâta de suivre le loup qui l'invitait à l'accompagner pour vérifier si le petit trouvé est bien à elle.

Jetant un coup d’œil derrière elle, elle regarde les deux autres mâles avant de ne plus se préoccuper d'eux. Silencieux depuis que le loup gris a prit le monopole de la conversation et des actions. Jetant un coup d’œil vers son amie, elle baissa légèrement les oreilles avant de les redresser, suivant le mâle qui avait prit la tête du petit groupe pour les mener jusqu'à l'endroit où était garder le plus jeune.

Plus elle s'enfonçait dans leur terre et, plus la solitaire commençait à se sentir oppresser, sur ces terres qu'elle a pourtant déjà foulé plus d'une fois pour chasser ou rien que pour se promener, aujourd'hui, ce n'est guère pour les mêmes raisons … Entouré d'Esobek, escorté par ces derniers, la louve ne se sentait pas à l'aise, même si il n'y a pas la moindre once d'agressivité à son égare, elle ne peut que rester sur ses gardes, se sentir perdu parmi ces loups.

Elle ne dit pas le moindre mot pendant la traversait des terres et, plus elle continuait d'avancer, plus elle pouvait regarder les loups qui se trouvaient là. Baissant les oreilles, sa queue enroulé autour de l'une de ses jambes, elle ne se sent vraiment pas à sa place, en fait, elle se revoit là-bas, enfermé dans cette cage de fer, mené jusqu'à cet pièce où plusieurs canidés se trouvaient, l'observant, lui aboyant dessus, grognant, prêt à lui sauter à la gorge. Encore affligé par les lunes passés à être enfermé et malmener alors qu'elle ne cessait de se rebeller jour après jour, elle n'arrive pas à se défaire de ces visions et commence à craindre ce qui l'entour ...

Code © N3m0
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Ven 1 Mai - 11:35

La voie de la liberté
La meute, Nymeria et Plume Rousse



Elle marchait aux côtés de la grise qui était toujours aussi tendue, la queue rabattue sur le côté elle était aux limites du craquage. En même temps Plume pouvait la comprendre, elle avait perdu son petit et se retrouvait en compagnie de loups qu'elle ne connaissait pas. Un regard, voilà ce qu'elle lui avait lancé, ce regard qui voulait tout dire. Notre rousse allait donc tenter de la rassurer, elle ne voulait pas voir Nymeria aussi tendue que ça, ce n'était tout simplement pas possible, surtout qu'ils n'étaient pas encore arrivés au camp et le pire restait bien ce lieu là. Se rapprochant alors calmement de Nymeria pendant que Freux marquait une pause et que d'autres loups ramenaient le louveteau qui semblait se trouver avec la nourrice, sa sœur donc, Patte d'Ivoire. Elle s'installait alors aux côtés de la grise la regardant avant de fixer les autres loups autour qui ne semblaient pas se montrer agressifs, ils étaient surtout un peu perdu.

- Ne t'en fais pas Nymeria, ça va aller, ils ne feront rien.

Un loup était donc revenu avec un petit louveteau noir dans sa gueule, il le déposait ensuite devant la louve grise. Était-ce lui ? Plume se contentait d'observer la réaction de son amie et priait pour que ce soit le cas, elle ne voulait pas que celle-ci se soit fait de faux espoirs, que ce ne soit pas son petit et que le sien soit disparu... Et mort pour le coup. Car un louveteau seul n'a aucune chance de survivre dans les environs, tous le savaient. Un petit devait-être automatiquement accompagné d'adultes autrement il finissait dans l'estomac des moins sympathiques, comme la Horde en fin de compte... Sa queue enroulée autour de ses pattes Plume attendait alors que le verdict tombe, était-ce oui ou non lui ? Le petit louveteau de Nymeria, celui qu'elle avait perdu à cause des Hommes ?

Spoiler:
 
Code by Reira


-->
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Dim 3 Mai - 14:26






Fin de route


Feat



Le mâle Grisâtre avait diriger le petit groupe tout le long du chemin du retour. Et, pour une fois, il était resté muet comme une tombe. Chose plutôt rare chez lui. Mais ça ne marquait pas une mauvaise attitude ou quoi que ce soit d'autre. Non, du tout ! Il était calme, simplement. Et c'était un jour à marquer d'une pierre blanche, pour que le Grisâtre soit calme. Trop, même. Il devait avoir le crâne vide à l'heure actuelle.

Et tandis que le petit groupe marchait, il eu l'illumination Divine. Le campement de la meute Esobek n'était plus très loin. Il fit une halte à quelques pas. Se tournant dès lors vers Nymeria, l'observant dans les yeux. Il cherchait à se montrer le plus amical possible.

- Te voilà bientôt chez nous. Il ne t'arrivera rien du tout dans notre Tanière, tu en as ma parole de Loup. Je vais te guider moi même jusqu'à l'endroit où sont les petits. Tu pourras voir de tes yeux celui qu'un de nos chasseurs a trouvé. Si tu veux bien me suivre.

Il pencha la tête, laissant quelques instants à la louve afin de faire le tour d'esprit qu'il lui fallait, puis reprit la route. Se dirigeant lui, vers un petit coin de la tanière, là où les petits jouaient, généralement. Car après tout, les louveteaux étaient tous égaux, à cet âge. Qu'ils soient d'une même meute ou pas, ils ne faisaient pas réellement la différence; Ils aimaient jouer, et passer leurs journées à faire des bêtises. De véritables terreurs !

Freux se mit sur le côté, laissant à Nyméria l'opportunité de voir la première le petit que le loup apportait devant elle.





Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Dim 3 Mai - 19:21

des retrouvailles
f. 42 - a. 47 - e. 35

A ses côtés, la rousse essayait de la rassurer, de la calmer. La louve posa son regard sur son amie, les oreilles en arrière. Elle savait qu'elle pouvait faire confiance à cette Esobek, qu'à ses côtés elle ne craignait rien mais, malgré tout, elle n'arrivait pas à se sentir à l'aise, décontracter. Son regard se porta ensuite sur le mâle qui s'était arrêté, son regard posé sur elle, un regard qui se veut amical. Il l'invite à la suivre, le devait-elle ? Elle reporta son attention sur la rousse puis finit par suivre le loup gris. Marchant d'un pas hésitant, foulant la tanière de la meute tout en suivant toujours le mâle jusqu'à ce que celui-ci s'arrête de nouveau, se postant sur le côté. Ne comprenant pas sur le coup, la louve lança des regards inquiets autour d'elle avant de sentir la présence d'un loup se dirigeant vers elle, ce qui la mit sur ses gardes.

Le loup s'approche et, derrière lui, un louvard noir le suit. En voyant sa silhouette se dessiné, la louve s'était dressé complètement sur ses pattes, les oreilles droite, son regard posé sur le jeune qui arrive. Lorsqu'elle croisa ces deux yeux saphir, la louve ne put que le reconnaître malgré qu'il ait tant grandit. Ses oreilles se plaquèrent, sa queue se mettant à remuer, elle émit de petits couinements en se rapprochant du jeune loup noir. Celui-ci ayant reconnu la solitaire couru dans sa direction et passa sous son cou, remuant joyeusement la queue, frottant son museau quand le cou de celle qui l'a recueillit. La louve posa sa patte sur le dos du jeune qui se laisse tomber sur le sol, se laissant prendre entre les pattes de sa mère adoptive. La louve lécha le petit qu'elle croyait ne jamais revoir, continuant de couiner, oubliant complètement les loups qui se trouvent autour d'elle et, se fichant pas mal du spectacle qu'elle leur offre.

Après ces retrouvailles, la louve et le louvard se redressèrent, restant collé l'un à l'autre, comme si ils avaient peur de se perdre de nouveau, la solitaire posa ses yeux ambrés sur le loup gris.

« Je ne saurais comment vous remercier d'avoir veillé sur lui ... »

Un simple merci suffirait peut-être mais, la louve n'est pas habitué à ce genre de chose et se sent quelque peu perdu vis à vis de cela, de plus, elle a l'esprit bien trop occupé maintenant pour pouvoir penser comme il faut. Tournant la tête vers son fils, elle frotte son museau contre sa fourrure, s’imprégnant de son odeur. Ce qu'il a grandit … Elle a l'impression de ne pas l'avoir vu depuis une éternité, un louveteau grandit-il aussi vite ? Oui mais, de le voir ainsi, un mois après, elle avait l'impression qu'il avait grandit d'un seul … Tant de temps perdu auprès de lui ...

Code © N3m0
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Mer 6 Mai - 13:22

(Du coup quelqu'un veut ajouter quelque chose ou on peu clôturer ?)
Contenu sponsorisé
En savoir plus

 Esobeks, où êtes-vous ? [PV: Nymeria et les loups Esobeks.]


 :: Archives :: Archive des RPs :: Zones extérieurs :: La Surface