Souffle acide du vent, larmes brulantes du ciel. Le monde ne ressemble plus aux paysages d'autrefois. Les cataclysmes ont frappé, des colonnes de flammes et de fumées se sont élevées sur l'horizon. La guerre. La guerre des hommes. Et nous, les loups n'avons eu d'autres choix que de fuir. Nombreux furent nos congénères emportés. Nous traversâmes les plaines cabossées, les forêts de cendres, poursuivis par la faim, traqués par la mort.

Notre salut, nous le devions malheureusement à ceux qui avaient provoqué notre malheur.


 

 :: Archives :: Archive des RPs :: Zones extérieurs :: La Surface

 « Chasseur, sachez chasser. »

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Mar 14 Avr - 17:40


« Chasseur, sachez chasser. »
solitaire


Force → 26
Agilité → 42
Endurance → 27

Tu vois tout de ton perchoir de bois. Tu vois et sens tout. Tu laisses ton museau vagabonder parmi les mille et une saveur de la pièce. Parmi toutes ces traces, tu parviens à déceler celle d'une belette. Tu te rappelles alors la veille, ou un animal de cette espèce t'avait échappé. Tu grognes silencieusement. Si c'est le même animal ou non, il n'aura aucune chance de s'échapper. Voyant que quelques caissons succédaient à celui sur lequel tu étais et ayant eu confirmation par ton flair qu'ils prenaient la direction de la belette, tu décidas de continuer ton chemin sur ces derniers. Pour atteindre la seconde caisse, tu n'eus qu'à poser une patte l'une devant l'autre, en revanche, tu dus bondir sur les suivantes pour les atteindre. Une fois plus aucune caisse en vue, tu fus contraint de redescendre à même le sol. Ce que tu fis d'un bond agile et silencieux. Une fois sur le sol, tu te mis réellement en chasse. Ton museau chercha l'odeur de l'animal blanc et brun et tu le pistas tel un chasseur aguerri. Elle ne repartirait pas en vie, s'était là une certitude. Tu en avais assez de laisser les petits rongeurs s'échapper. Ton ventre et ta maigreur ne te pardonnaient pas cela. De plus, tu savais qu'en ces temps, les proies ce n'étaient pas ce qu'il y avait le plus et que de ce fait, tout le monde était un peu convié à chasser. Enfin, c'était surtout la faute des directives improvisées de Skull. Mais voilà. Tu te concentras. Les yeux rivés sur le sol, t'attendant à tout instant à croiser le regard idiot de l'animal. Tu fais encore quelques pas. Comme ton museau te l'indique par un fumet plus frais et plus fort, tu te rapproches de l'animal. Encore un pas et tu peux apercevoir l'animal. Ce dernier gratte le sol et semble chercher quelque chose. Qu'est-ce que les rongeurs pouvaient-ils bien chercher sur le sol aussi frénétiquement ? Tu n'en avais aucune idée et tu ne souhaitais pas perdre ton temps à y réfléchir. Adoptant la seule technique de chasse que tu connaissais, tu continuas d'avancer avec une discrétion digne d'un espion, sans un bruit et sans un geste brusque afin d'éviter d'attirer l'attention de l'animal sur toi. Il faut que tu l'attrapes et ce impérativement. Tu t'arrêtes net. La distance d'un bond te sépares à présent de l'animal. Tu inspires et expires silencieusement et tu fléchis sur tes membres. Tu prends la bonne impulsion et tu te lances, tu fends rapidement l'air et tu retombes sur le dos du pauvre animal qui commençait à prendre la fuite. Tu l'achèves d'un coup de patte dans la nuque. Fin de la partie pour toi. Fin de vie pour elle.

(c) Pyroli
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Mar 14 Avr - 18:02


« Chasseur, sachez chasser. »
solitaire


Force → 26
Agilité → 39
Endurance → 27

Une nouvelle journée se lève. Le soleil délicatement emplie le ciel de sa lumière jaunâtre. Les teintes qui colorent le ciel sont agréables à regarder, de délicates nuances de rouge, d'orange et de jaune. Tu es là. Immobile. Le museau posé sur tes deux pattes avant. Les paupières ouvertes et le regard vif, tu observes ce spectacle que t'offre l'aube. Tu souris. Tes lèvres ne bougent pas, pourtant tu souris. Ce spectacle à le don de t'apaiser. Lorsque rien ni personne ne vient te déranger, ce moment est presque agréable. Tu lâches un rapide bâillement. Puis, comme répondant à un signal inaudible, tu commences à te relever doucement. Ce matin, comme tous les autres matins depuis ta remontée à la surface, la chasse t'attend. Accomplissant ton petit rituel, tu te fais une toilette rapidement, passant rapidement ta langue sur ton fébrile corps, puis, tu t'étires membres et muscles. Une fois ta petite séance finie, tu commences à te mettre en marche, sans quitter le ciel des yeux. Le spectacle n'est pas fini. Déjà que tu vas en louper un bout. Tu connais le chemin vers la carcasse de l'oiseau par coeur. Tu laisses tes pattes te guider alors que tes yeux sont toujours rivés sur le ciel. Ton museau se mêle à tes pattes afin de lui fournir un peu d'aide quand aux éventuels obstacles que tu pourrais rencontrer. Autant éviter de finir le nez dans la poussière.

Après quelques pas, l'odeur âcre du métal parvient à ton museau. Tu fais alors tes adieux au ciel et tu plonges tes yeux à l'horizon. Tu vois nettement se découper la silhouette de l'avion. Une forme grise aux contours déchiquetés. Tu continues d'avancer. Tu sais que là haut, tu as une chance de trouver ne serait-ce qu'une proie. L'attraper, c'est une autre histoire, mais au moins, les proies étaient présentes. À force de marcher, tu finis par atteindre la carcasse de l'oiseau de fer. Tu laisses tes yeux épieurs traîner tout en t'avançant vers ta petite planque. La veille, tu l'as refermée comme à l'accoutume. La plaque de fer commençait à grincer et tu craignais que quelqu'un ne soit informé de ta planque. Le pire, c'est que ce lieu est juste sous le nez des Sekmet. Tu fausses vite compagnie aux deux trois loups qui traînent devant la carcasse de l'oiseau de métal. Tu rejoins enfin l'entrée de ton antre. Tu bondis comme un petit félin et tu saisis entre tes mâchoire la fine plaque de fer. Tu commences alors à tirer dessus. Comme la veille, elle cède facilement en un cri strident. Craignant de t'être fait remarqué, tu jettes des coups d'oeil inquiets à l'horizon. Aucun loup. Tu rentres promptement dans la petite pièce.

(c) Pyroli

Fiche de personnage
force:
100/100  (100/100)
agilité:
100/100  (100/100)
endurance:
100/100  (100/100)
avatar
En savoir plus
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 14 Avr - 18:02

Le membre 'Silas' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé de chasse' : 10
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Mar 14 Avr - 18:15


« Chasseur, sachez chasser. »
solitaire


Force → 26
Agilité → 39
Endurance → 27

Tu pénètres dans la pièce sombre. Rapidement, tes yeux s'accoutument à la faible luminosité des lieux. Tu gonfles ton pelage, la température des lieux n'est pas des plus chaudes. Tu commences pourtant à avoir l'habitude de cette petite pièce exiguë. Immédiatement, tu te mets en chasse. Tu laisses tes sens aguerris jouer leur rôle respectif. Ton museau commence son identification olfactive des lieux, fouillant le moindre centimètre cube afin d'en déceler une odeur autre que celle du métal, du bois ou des hommes. Tes yeux fouillent les lieux, recherchant la fine différence entre le pelage d'une proie et la couleur sombre du lieu. Tes pattes se chargent de faire progresser ton fin corps dans une discrétion incroyable, faisant attention à ce que tes griffes ne râpent pas sur le métal et à ce que tu ne mettes la patte sur aucun objet bruyant. Enfin, ton ouïe et tes oreilles s'attachent à chercher une source de bruit possiblement issue d'un rongeur. Rapidement, tu progresses dans la pièce. Commençant comme chaque journée par te rendre à gauche. Ton travail finit par payer puisque ton museau décèle l'odeur d'une proie. Tu l'identifies rapidement et la reconnaît comme étant celle d'un rat. Rapidement, tu commences ta traque. Tu remontes la piste aussi silencieusement que rapidement. Bientôt, tu aperçois le pelage sombre de l'animal. Ce nuisible ne sortirait pas de cette pièce en vie. Tes yeux le transpercent. Tes crocs feront bientôt de même. Tu continues de t'approcher, presque sur la pointe des pattes. Pour une fois, tu décides d'adopter une autre technique, tu ne sauteras pas, tu t'enterras de gagner en vitesse. Il ne te reste plus grand-chose pour l'atteindre. Tu respires sûrement un peu trop fort puisque le rat tourne la tête dans ta direction avant de commencer à détaler. Sans attendre une quelconque invitation, tu commences à courir. Tu poursuis le rat sur quelques centimètres avant d'écraser ta patte sur son crâne. Un craquement glauque résonne et l'animal s'écroule sans se relever. Tu le prends alors entre les mâchoires, victorieux.

(c) Pyroli

Fiche de personnage
force:
100/100  (100/100)
agilité:
100/100  (100/100)
endurance:
100/100  (100/100)
avatar
En savoir plus
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 14 Avr - 18:15

Le membre 'Silas' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé de chasse' : 11
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Mar 14 Avr - 18:42


« Chasseur, sachez chasser. »
solitaire


Force → 26
Agilité → 39
Endurance → 27

Alors que tu prends le chemin du retour, fier d'avoir attrapé une proie, une nouvelle odeur vient chatouiller ton museau. Une odeur semblable puisqu'il s'agit également d'une proie, mais une odeur différente, car les deux n'appartiennent pas à la même espèce. Aurais-tu la chance de ramener aujourd'hui deux proies ? Est-ce que le destin serait devenu aimable et bienveillant avec toi ? Tu souris sans que tes lèvres ne bougent. Une fois de plus, la chance te souris et tu es heureux. Tu laisses ton museau te guider jusqu'à la proie. Tu l'identifies à l'odeur comme étant un raton laveur. Tu n'as jamais eu l'occasion de prendre en chasse un tel animal, mais tu en as déjà sentit l'odeur. Comme on dit, il y a un début à tout ! Tu progresses avec ton rat dans la gueule, remontant la piste comme si elle était toute indiquée sur le sol. Rapidement, il entre dans mon champ de vision. Il trottine tranquillement et son pelage gris et noir se détache de la couleur grise de l'oiseau de fer. Tu décides de le prendre en chasse tel quel. Tu ne sais pas quelle technique utiliser contre ce genre de rongeur. Tu trottines aussi discrètement que possible derrière lui. Tu dois faire une erreur puisqu'il te repère et marque cela par un regard craintif et une folle accélération. Tu décides alors d'entrer dans son petit jeu et à ton tour, tu accélères. Tu le talonnes. Tu n'aurais qu'un coup de patte à mettre pour le rattraper, quoi de plus simple. Simplement, tu t'amuses. Tu joues avec ta proie et avec l'animal. Tant qu'il ne pousse pas de cri pouvant alarme toute la pièce, tu peux jouer. Votre petite course folle à travers la pièce est assez silencieuse. Bientôt, après un tournent, entre dans ton champ de vision la peau grise de l'oiseau de fer et une trouée assez importante. Un trou dans lequel le raton laveur pourrait s'engouffrer et dans lequel il pourrait sortir. Tu décides de mettre fin à ton jeu. Tu accélères et rapidement, tu arrives à la hauteur de l'animal. Tu lâches au vol le rat et tu plantes tes crocs dans le raton laveur. Tu resserres tes crocs sur la nuque de l'animal et le craquement qui en suit sert à lui tout seul à achever la bestiole. Bientôt, son corps se raidit. Tu retournes alors chercher ton rat, fier de tes deux prises.

(c) Pyroli

Fiche de personnage
force:
100/100  (100/100)
agilité:
100/100  (100/100)
endurance:
100/100  (100/100)
avatar
En savoir plus
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 14 Avr - 18:42

Le membre 'Silas' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé de chasse' : 4
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Mar 14 Avr - 18:59


« Chasseur, sachez chasser. »
solitaire


Force → 26
Agilité → 39
Endurance → 27

Difficile pour toi de porter un raton laveur et un rat. Pourtant, tu t'en sors pas trop mal. Tu maintiens le raton laveur dans la gueule et le rat fini coincé entre ton menton et ton buste. Tu n'as certainement pas l'air malin comme cela, mais au moins, tu portes ton butin. Et celui qui oserait se moquer de tes prises, il n'aura qu'à préparer muscles, crocs et griffes parce que sinon, il prendrait une sacrée correction. Un peu désorienté quant à ta position, tu humes l'air à la recherche d'une aide. Tu parviens à remonter la piste inverse de celle que tu as pris, puis toujours en farfouillant et en cherchant, tu retrouves l'entrée. La trouée qui te permet de rentrer et sortir de ta petite pièce. La chasse a été bonne aujourd'hui, contrairement aux jours précédents durant lesquels tu revenais avec une proie maximum ou bien parfois bredouille. Tu sors d'un bond agile, manquant de peu de faire tomber ainsi le rat. Tu déposes tes deux proies sur le sol et en prenant la plaque de métal entre tes crocs, tu tentes de la remettre correctement. Néanmoins, bien trop descendue, tu ne parviens qu'à la bouger un tout petit peu. Après cinq bonnes minutes passées à t'acharner dessus, tu finis par abandonner. Tu soupires et reprends tes proies. Direction le garde-manger à présent. Tu as un butin à y déposer.

(c) Pyroli
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Mer 15 Avr - 22:54


« Chasseur, sachez chasser. »
solitaire


Force → 34
Agilité → 34
Endurance → 37

La veille, la chasse avait été bonne. Est-ce que ce serait pareil aujourd'hui ? C'est la question que tu t'étais posé en te levant ce matin. Comme à l'accoutumé, tu t'étais levé bien avant le soleil. Tu étais pourtant resté couché, à attendre que les premières lueurs de l'aube apparaissent. Tu avais observé ce spectacle que t'offrait chaque matin le ciel, puis, contraint par le grognement de ton estomac, tu t'étais levé pour aller vers l'avion. Tu n'avais aucune envie de chasser, pourtant, cela sonnait dans ton esprit comme un devoir. Tu avais le devoir, en ces temps sombres, de veiller à ce que les tiens et toi ne manquiez pas de nourriture. Tout le monde devait donc chasser. Personne ne devait échapper à cette tâche. Pénible et ennuyeuse à tes yeux, elle était tout de même nécessaire. Tu t'y étais contraint depuis votre remontée à la surface. Et puis, comme les Sekmet ne chassaient pas que pour leur propre compte, il fallait bien des pattes, des crocs et des griffes supplémentaires pour combler les estomacs des voraces Hordiens. Il te tardait de les voir fuir, la queue entre les jambes. Tu sentais ce moment proche. Les tensions commençaient à augmenter. Les Sekmet supportaient de moins en moins la tyrannie de Skull et de ses bouffons sanguinaires. Malgré toi, tes griffes s'étaient mises à labourer le sol, remuant la terre sale et boueuse. Tu t'en rendis compte lorsque la totalité de tes grosses pattes furent souiller. Tu te redressas alors, laissant le spectacle du ciel se finir sans que ton regard soit posé dessus et tu entrepris de faire un brin de toilette. Tu n'étais pas narcissique, ni un maniaque, mais l'état de tes pattes et du reste de ton corps était pitoyable du fait de tes sommeils à répétitions à l'extérieur et de tes longues escapades diurnes. Tu passas ta langue entre chacun de tes doigts, sur chacun de tes poils, jusqu'à ce que tu sois satisfait. Après cette petite toilette, tu finis de te préparer en t’étirant et tu partis en direction de la carcasse qui abritait tes congénères, tes amis, tes ennemis et tes futures proies.

Tu avais adopté une allure modérée, ni trop rapide, ni trop lente. Tu avançais plutôt rapidement et le paysage défilait sous tes pattes. En quelques minutes, tu eus parcouru toute la distance qui te séparait de l'oiseau de fer. Tu pus entrevoir dans le brouillard lointain, la silhouette déchirée de l'avion. Ton museau s'emplissait déjà de l'air souillé par l'odeur métallique mêlée à celle humaine et un dégoût s'installa d'ores déjà. Mais tu étais bien obligé d'y aller. Rapidement, tu rejoins les devants de l'avion. Tu saluas les quelques camarades que tu croisas, montra les crocs aux quelques hordiens qui avait le malheur de te croiser et rapidement, tu faussas compagnie à tout ce petit monde. Tu contournas rapidement l'oiseau de métal. Tu laissas tes yeux trouver la trouée qui te permettait de rejoindre ton terrain de chasse depuis quelques temps. Tu savais que tu trouverais la trouée beaucoup plus facilement pour la simple et bonne raison qu'hier, tu n'avais pas réussi à la remettre correctement. Tu étais certains que d'ici peu, le métal lâcherait et la plaque te claquerait entre les crocs. Tu repères la plaquette. Rapidement, tu t'approches, certains de ne trouver personne à l'intérieur, hormis des proies. Tu passes ton museau à l'intérieur et l'odeur du métal, des hommes et des proies t'arrive au museau. Tu souris avant de prendre la plaque de métal entre tes crocs. Pour pénétrer plus facilement dans la pièce sombre et étroite, tu tires dessus et la descends à son maximum. Cette fois-ci, elle se tait. Tu rentres sûr de toi dans la pièce.

(c) Pyroli

Fiche de personnage
force:
100/100  (100/100)
agilité:
100/100  (100/100)
endurance:
100/100  (100/100)
avatar
En savoir plus
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 15 Avr - 22:54

Le membre 'Silas' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé de chasse' : 12
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Mer 15 Avr - 22:55


« Chasseur, sachez chasser. »
solitaire


Force → 34
Agilité → 34
Endurance → 37

Tu retrouves la petite pièce sombre et froide que tu explores depuis quelques jours. Comme chaque jour, tu laisses ton pelage se gonfler. Celui-ci en moins d'une minute, prends le double de son volume initial. Sans plus attendre, tu te mets à la recherche d'une proie. Tu laisses ton museau faire son action, renifler. Tu laisses ta gueule s'entrouvrir légèrement afin de sentir davantage les fumets de la pièce. D'abord, ne te viens au museau que les odeurs répugnantes du métal et des hommes. Puis, alors que tu te mets à marcher, une nouvelle piste s'offre à ton museau. Une odeur que tu connais depuis longtemps. L'odeur des nuisibles que sont les rats. Tu laisses ta langue passer sur tes babines et tu te mets en chasse. Tu dois traquer cet animal et l'attrapé. Après les belles prises d'hier, tu ne dois pas revenir les pattes et la gueule vide. On se demanderait alors comment tu avais fait pour prendre deux belles prises un jour et aucune le jour d'après. Tes yeux se réduisirent à deux fentes alors qu'ils commencèrent à fouiller les lieux de fond en comble, cherchant à repérer la moindre nuance, le moindre indice, visant à démontrer la présence de la proie que tu sentais. Tu progressas comme à l'accoutumé en allant d'abord vers la gauche de la pièce. Tu t'enfonçais à présent dans sa profondeur. Ton museau remontais la piste toute tracée par l'animal à son passage dans les lieux. Tes pattes portaient ton corps vers la proie guider par ton flair et tes yeux. À l'intersection d'une caisse en bois, tes yeux eurent le bonheur de pouvoir apercevoir le rongeur. Son petit corps trapu, son poil sale et ses yeux d'un rouge vif parvinrent à tes yeux. Ton museau lui prit une bouffée de son odeur pestilentielle et pourtant qui te faisait saliver. Approchant tel un chat, tu pris une position de chasseur que tu t'étais inventée. Tu progressas, le plus légèrement, le plus discrètement et le plus lentement possible. Tu te mis à retenir ta respiration, de sorte à faire le moins de bruit possible. Tu prenais garde à ce que tes griffes en raclent pas sur le sol métallique de l'oiseau de fer. Bientôt, tu n'eus plus qu'une distance ridicule à parcourir pour tomber sur ta proie. Tu l'acculais déjà sans qu'elle ne s'en soit rendu compte. Un sourire presque sadique apparu sur ton visage, puis tel un félin bondissant, tu fendis l'air comme un forcené. Tu retombas bruyamment sur le corps du petit animal qui finit par céder à la panique et lâcher un petit cri de frayeur. Ce fut-là son dernier cri, tes crocs s'étaient alors enfilés dans son cou et avait fait céder sa nuque.

(c) Pyroli

Fiche de personnage
force:
100/100  (100/100)
agilité:
100/100  (100/100)
endurance:
100/100  (100/100)
avatar
En savoir plus
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 15 Avr - 22:55

Le membre 'Silas' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé de chasse' : 8
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Mer 15 Avr - 22:55


« Chasseur, sachez chasser. »
solitaire


Force → 34
Agilité → 34
Endurance → 37

Tu sens la vie du rat quitter son minuscule corps. Tu fais alors une prière silencieuse, sorte de remerciement, à la vie sacrifiée. Tu remercies le destin d'avoir sacrifié une vie pour en nourrir une autre. Après tout, sans le destin et sans les vies de ces petits rongeurs et des plus gros animaux qui sont proies, comment les loups se nourriraient-ils ? Surviraient-ils ? Non. Repoussant ces arrières pensées, tu te remis en chasse, espérant trouver autre chose que ton rat. Ton museau sonda de nouveau l'air. Tes yeux fouillèrent les lieux. Et tes pattes te portèrent là où tes et ton museau voulaient qu'elles aillent. Suivant ton instinct de loup et de prédateur, tu inspectais la pièce de fond en comble à la recherche d'une proie à ajouter à ton petit butin. Hier, tu avais eu la chance de trouver deux proies, est-ce que ce serait pareil aujourd'hui ? Seul le destin le déciderait. Il serait le seul responsable. Lui seul avait ce rôle de faire et défaire l'avenir à son gré. Il était capable de mettre une proie devant ton museau comme il pouvait ne pas le faire. Il pouvait également faire de sorte que tu l'attrapes comme il pouvait faire en sorte qu'elle ne t'échappe. Après de longues et pénibles recherches dans la pièce, de nombreux demi-tours et de nombreux passages aux mêmes endroits, tu finis par trouver une nouvelle piste. Cette piste arborait une odeur délicieusement parfumée. Une odeur que tu étais capable de reconnaître. Celle d'un lièvre. Alléché par cette odeur, tu laissas ton instinct de gourmand chasseur prendre le dessus. Ainsi, tu négligeas sans le vouloir vraiment, ton approche. Tu remontas la piste sans croiser l'animal et sans problème apparent. Rapidement, tu te trouvas confronter face à un problème que tu n'avais pas d'habitude : la discrétion. Ainsi, lorsque tu débouchas à l'endroit où l'odeur de la proie était le plus frais, ce que tu croyais être le bout de ta traque, la fin, l'arrivée, tu eus la mauvaise surprise de ne trouver ni lièvre ni autre proie à ce même endroit. L'animal avait fuit en t'entendant arriver tel un louveteau incapable. Ton museau chercha de nouveau, l'animal ne devait pas être loin. Sachant bien reconnaître tes erreurs, tu eus tôt fait de te rattraper. Heureusement pour toi, l'animal n'avait fait que quelques pas histoire de se tenir prêt à fuir. Il se tenait à présent non loin d'une trouée et toi, tu étais bien loin de lui. Tu saisis néanmoins ta chance et tu mis en oeuvre ton approche de prédateur discret. Tu t'approchas si prêt qu'un instant, tu crus pouvoir l'attraper. Mais au dernier moment, alors que tu n'étais qu'à un poil du lapin, celui-ci tournas la tête, te remarquas et partit sans demander son dût par la trouée dans la peau de l'oiseau de métal. Tu pestas de rage et t'élanças en vint vers le trou. Tu poussas un tel grognement de rage en fonçant malencontreusement dans la peau grise de l'avion, faute de distance pour pouvoir s'arrêter, que tu craignis d'avoir fait fuir toutes les proies des environs.

(c) Pyroli

Fiche de personnage
force:
100/100  (100/100)
agilité:
100/100  (100/100)
endurance:
100/100  (100/100)
avatar
En savoir plus
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 15 Avr - 22:55

Le membre 'Silas' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé de chasse' : 7
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Jeu 16 Avr - 23:39


« Chasseur, sachez chasser. »
solitaire


Force → 34
Agilité → 34
Endurance → 37

Raté. Voilà ce que tu avais fait. Tu avais échoué. Tu aurais pu ramener une seconde proie sur le garde-manger et voilà que tu avais lamentablement échoué. Qu'aurais-tu pus faire contre ce coup du destin ? Réagir plus vite ? Tu ne l'aurais pu. Prévoir ? Tu n'avais pas ce pouvoir. Tu te contentas alors de faire demi-tour en bougonnant. Tu repris ton rat, laissé dans un coin de la pièce histoire de pouvoir chasser convenablement le lièvre que tu avais laissé fuir. Tu pestas silencieusement pendant tout le reste de ta chasse. Si bien que tu passas à côté d'une proie sans t'en rendre compte. Tu fouillas toute la pièce de fond en comble. Ni tes yeux, ni tes oreilles, ni ton museau ne parvinrent à trouver une autre proie. Seul l'odeur du métal et des hommes tu sentis. Seul les caisses de bois, les parois sombres de l'épiderme de l'oiseau de fer, les débris humains éparpillés sur le sol et les ténèbres tu vis. Seul le silence tu entendis. Ennuyé de tourner en rond, de repasser plusieurs fois aux mêmes endroits pour le même résultat final, tu décidas de quitter les lieux. Tu en avais assez de cette chasse. Tu allais donc y mettre fin. Résultat des comptes ? Un pauvre rat. Tu pris ton temps pour retrouver la sortie et lorsqu'elle fut dans ton champ de vision, tu te mis à courir pour l'atteindre. D'un bond, tu traversas la trouée. Une fois dehors, tu entrepris de poser ton rat afin de refermer au mieux l'entrée de la pièce. Tu pris le métal entre tes longs crocs et tu entrepris maladroitement de redresser la plaque de fer. Tes crocs glissèrent plusieurs fois et tu dus te remettre plusieurs fois dans des positions différentes pour parvenir à quelque chose d'un peu prêt convenable, sans avoir épargné les multiples bons agiles. Satisfait de ce détail de ton début de matinée, tu laissas la chasse et la reportas au lendemain. Loin d'être pleinement satisfait, tu allas déposé ton rat sur le garde-manger, un peu honteux.

(c) Pyroli
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Jeu 16 Avr - 23:42


« Chasseur, sachez chasser. »
solitaire


Force → 34
Agilité → 34
Endurance → 37

Tes yeux s'élèvent vers le ciel. Un bâillement s'échappe de ta gueule alors que tu observes attentivement le spectacle que t'offre l'aube. Cela fait dix bonnes minutes que tu es là à regarder les magnifiques teintes du levée du soleil se propager telles des ondes dans le ciel. Ces dernières arborent de sublimes nuances allant du rouge au jaune en passant par l'orangé. Une fois de plus, levé tôt, tu peux observer ce spectacle dans sa quasi globalité. Tu laisses un large sourire apparaître sur ton visage. Puis, répondant à un signal inaudible, tu te redresses sur tes quatre pattes, les laissant passer en dessous de ton corps pour le soulever. Tu te hisses ainsi sur tes longues et fines pattes. Une fois debout, tu entreprends d'étendre tous tes muscles et commence alors une séance de cinq bonnes minutes. Une fois que tu juges ta séance terminée, tous tes muscles et tes membres étant étirés, tu y mets fins en débutant une petite toilette. Tu commences alors à passer ta langue sur tous tes poils. Cela dure encore cinq minutes et tu finis par être satisfait de ton allure. Tu te sens alors prêt à partir. Tu lèves ta tête vers l'horizon, cherchant du regard la silhouette décharné de l'oiseau de métal dans lequel tes camarades nichent et dans lequel tu chasses depuis quelques jours. Avec le brouillard levant, tu ne l'aperçois pas. Néanmoins, tu sais d'où tu viens et guidé par ton museau, tu te laisses entraîner petit à petit vers l'oiseau de fer. L'odeur du métal qui t'était auparavant insupportable au museau, commence petit à petit à le devenir moins. Tu commences non pas à apprécier cette senteur, mais tout du moins à l'accepter un minimum, à t'y habituer.

Bientôt, tes yeux discernent la forme écorché de l'oiseau de fer. L'odeur du métal devient plus forte et plus insupportable à ton museau. Tu grognes de dégoût, mais continu tout de même d'avancer. Tu poses une patte devant l'autre. Bientôt, tu rejoins l'avion. Tu croises alors les quelques loups qui sont debout et qui s'apprêtent à partir pour toutes sortes d'activités. Tu croises aussi bien des Sekmet que des Hordiens, à ton plus grand dégoût pour ces derniers. Tu ne supportes plus la suprématie de ces derniers, leur règne t'es insupportable et tu as hâte que celui-ci prenne fin. Tu la sens proche, mais tu ne peux te prononcer clairement. Tu leurs fosses rapidement compagnie, usant de ta discrétion d'espion et de ton savoir faire. Tu fuis discrètement et rapidement, sans que personne ne remarque ta petite escapade ou ta présence. Tu souris alors que tu parviens à ton but. Te voilà devant l'entrée de la pièce dans laquelle tu chasses depuis un moment. Tu laisses le sourire disparaître pour laisser la place à une mine plus sérieuse. Est-ce que le destin te laissera attraper quelque chose aujourd'hui ? Tu bondis agilement afin d'attraper la plaque de métal que tu descends à ta guise pour pénétrer dans l'antre de métal. Tu ne parviens pas à la saisir correctement et elle te glisse entre les crocs alors que tu redescends. Tu sautes de nouveau et cette fois-ci, tes crocs saisissent correctement la plaque de métal. Tu tires dessus comme un forcené et bientôt, elle s'abaisse dans un cri aigu. Tu ne laisses pas le temps à quiconque de venir à ta rencontre et tu plonges dans la pièce. La chasse peut commencer.

(c) Pyroli

Fiche de personnage
force:
100/100  (100/100)
agilité:
100/100  (100/100)
endurance:
100/100  (100/100)
avatar
En savoir plus
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 16 Avr - 23:42

Le membre 'Silas' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé de chasse' : 2
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Jeu 16 Avr - 23:42


« Chasseur, sachez chasser. »
solitaire


Force → 34
Agilité → 34
Endurance → 37

Tu plonges dans l'obscure pièce. Ton pelage se gonfle en quelques secondes pour t'accoutumer à la basse température des lieux. Tu t'aventures rapidement dans la pièce, commençant par aller voir du côté gauche. Tu laisses ton museau humer l'air à la recherche d'une quelconque odeur de proie. Tu prends garde à ce que tes yeux ne restent pas aveugles à l'environnement et aux éventuelles proies qui pourraient leur passer juste devant. Ta vue en devient perçante. Tel un aigle, tu te mets en chasse, usant de ta vue, bien que moins importante que celle de ce piaf. Tu as des atouts qu'il n'a pas comme il a des atouts que tu as. La nature vous a dotée différemment, mais vous a rendu prédateur dans les deux cas. Tu laisses tes pattes arpenter la pièce. Ton museau ne parvient à déceler aucune odeur animale. Seul l'odeur répugnante et âcre du métal te vient au museau. Aujourd'hui, alors que tu ne trouves aucune proie, elle semble bien plus présente et bien plus importante que d'habitude. Agacé dans un premier temps de ne rien trouver, tu tentes de prendre ton mal en patience en te disant que peut-être tu trouverais quelque chose de l'autre côté de la pièce. Tu avais alors fouillé la moitié de la pièce sans rien trouver, pas même une vieille trace de rongeur. Rien. Tu ne demandais pourtant pas grand-chose, un rat, une souris, un oiseau. Rien de bien extraordinaire. Tu te décidas à fouiller de nouveau le même côté et une fois certains que tu n'y trouverais rien, tu pestas un bon coup et filas explorer l'autre partie de la pièce en grommelant et en espérant avoir davantage de chance. Allez destin, donne-moi un coup de patte. Tu ne peux pas m'abandonner à mon triste sort...

(c) Pyroli

Fiche de personnage
force:
100/100  (100/100)
agilité:
100/100  (100/100)
endurance:
100/100  (100/100)
avatar
En savoir plus
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 16 Avr - 23:42

Le membre 'Silas' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé de chasse' : 1
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Jeu 16 Avr - 23:43


« Chasseur, sachez chasser. »
solitaire


Force → 34
Agilité → 34
Endurance → 37

Rapidement, tu rejoins la partie droite de la pièce en longeant l'épiderme de l'oiseau gris. T'engouffrant dans cette autre moitié de pièce qui ne différait en rien de la première, tu remis tes sens de chasseur en éveil, ceux que tu avais laissé tomber lorsque tu avais commencé à pester contre le destin qui jouait vraisemblablement avec tes nerfs. Tu pris alors soin de sonder la moindre surface, le moindre volume d'air, de la pièce à l'aide de ton museau. Tu pris soin de fouiller chaque recoin à l'aide de ta vue lupine, qui loin d'être la meilleure vue animalière, ne s'en sortait pas trop mal dans les lieux sombres. Enfin, tu pris soin de tendre l'oreille afin d'intercepter tous les petits bruits suspects ou non. Résultats de choses : seul les odeurs de métal, des hommes et la tienne flottaient dans l'air, seul l'obscurité, les caisses, l'épiderme de fer, et le sol jonché de déchets humains parvinrent à tes yeux et seul le bruit de tes pas pourtant très discrets vint souiller ton audition. Tu continuas à fouiller ce versant, évitant de te décourager à la première complication. Tu finis par abandonner au bout du troisième passage au même endroit consécutif après avoir réalisé un ou deux tours complet de la petite pièce rectangulaire. Toutes les proies avaient-elles désertées le lieu ? Il te semblait que oui. Tu pestas et te mis à courir comme un forcené dans les dédales marquées par les caisses de bois et les débris humains. Tu te mis à bondir au-dessus des débris les plus petits et ceux dont tu pouvais facilement exécuter un saut par-dessus. Enfin, à bout de souffle, tu fus contraint de t'arrêter. Malgré cela, tu ne fus pas certain que ta rage t'ait quitté. Tu grommelas en respirant par saccade, non satisfait de ton sort.

(c) Pyroli
Contenu sponsorisé
En savoir plus

 « Chasseur, sachez chasser. »

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

 :: Archives :: Archive des RPs :: Zones extérieurs :: La Surface