Souffle acide du vent, larmes brulantes du ciel. Le monde ne ressemble plus aux paysages d'autrefois. Les cataclysmes ont frappé, des colonnes de flammes et de fumées se sont élevées sur l'horizon. La guerre. La guerre des hommes. Et nous, les loups n'avons eu d'autres choix que de fuir. Nombreux furent nos congénères emportés. Nous traversâmes les plaines cabossées, les forêts de cendres, poursuivis par la faim, traqués par la mort.

Notre salut, nous le devions malheureusement à ceux qui avaient provoqué notre malheur.


 

 :: Archives :: Archive des RPs :: Zones extérieurs :: La Surface

 « Chasseur, sachez chasser. »

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Jeu 9 Avr - 10:20


« Chasseur, sachez chasser. »
solitaire


Force → 17
Agilité → 26
Endurance → 18

Une fois ton souffle repris, tu te léchas les babines, retirant ainsi le sang qui suintait sur tes lèvres. Et revanchard, tu continuas ton exploration du lieu. Tu furetas à gauche, à droite. Tu ne réussis à mettre la patte sur aucune autre proie. Ayant repris ton calme, cela n'eut le don que de t'agacer. C'était de ta faute. Tu avais été un véritable idiot et tu ne pouvais t'en prendre qu'à toi. Tu feras peut-être plus attention la prochaine fois. C'est même sûr. Tu devras faire attention pour avoir une chance d'attraper quelque chose. Le petit tour de la pièce terminé, tu quittas le lieu, la gueule vide, saignante et les pattes ballantes. Tu passas dans le trou d'un saut félin remarquable et une fois dehors, tu pris soin de refermer l'entrée de ta petite cachette en poussant sur la plaque de fer pour la redresser. Une fois satisfait de ta tromperie, tu pris soin de brouiller les pistes pour ne pas mener un autre chasseur sur ton lieu de chasse, puis, tu filas vers la forêt charbonneuse.

(c) Pyroli
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Ven 10 Avr - 12:50


« Chasseur, sachez chasser. »
solitaire


Force → 21
Agilité → 33
Endurance → 22

La veille au soir, tu avais décidé de tenter de dormir dans l'oiseau de métal. Ce serait-là une nouvelle expérience. Il te fallait réussir à dormir aux côtés de tes camarades, sinon quoi, ils pourraient éventuellement croire qu'il se trame quelque chose. Ou plutôt que tu trames quelque chose. Hors ce n'était pas le cas, tu ne supportais simplement pas le métal froid sous ton ventre et les débris de plastique coupant transparent éparpillés sur le sol. Résultat de cette tentative de sommeil, tu n'avais pas fermé l'oeil de la nuit. La fatigue même n'avait pas été assez forte pour battre cette sensation de mal-être. Résultat, aux aurores, tu étais déjà réveillé et bien debout. Lorsque les premiers rayons avaient pénétrés dans la carcasse de ferraille, tu avais laissé tes paupières s'entrouvrirent et tu avais levé la tête de tes pattes. Enfin ! Tu t'étais alors levé avec une discrétion incroyable, afin de ne réveiller aucun de tes camarades et tu avais rejoint l'extérieur de l'avion, pour ton plus grand bonheur. Une fois à l'extérieur, tu profitas du calme, du fait que personne ne soit levé et du soleil pour paresser un instant. Tu pris le temps de remettre ton poil en place et de t'étirer à loisir. Mission de ce matin : chasser. Ou tout du moins essayer de chasser. Une fois bien éveillé et ta séance d'étirements finie, tu fis discrètement le tour de la carcasse, retrouva la plaque de métal tordue qui n'était pas remarquablement plaquée sur la peau de l'oiseau. Un saut gracieux te permis d'attraper la taule de métal entre tes crocs et avec toute la force que tu possédais, tu mis tes muscles au profit de ton cerveau et tira de toutes tes forces pour faire descendre la plaque.

Elle finit par céder à ta force lupine et bientôt, tu te retrouvas à pénétrer tranquillement dans la petite pièce froide que tu commençais à connaître. Le sol était plus froid encore que d'habitude et tu mis un certain temps à t'habituer à cette basse température qui te gelait les coussinets. Traite de plaisanterie, le temps était à la chasse !

(c) Pyroli

Fiche de personnage
force:
100/100  (100/100)
agilité:
100/100  (100/100)
endurance:
100/100  (100/100)
avatar
En savoir plus
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 10 Avr - 12:50

Le membre 'Silas' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé de chasse' : 7
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Ven 10 Avr - 13:14


« Chasseur, sachez chasser. »
solitaire


Force → 21
Agilité → 33
Endurance → 22

Rien n'avait changé. Depuis deux jours que tu chassais en ce lieu, tu n'avais remarqué aucune évolution de ce lieu. Aujourd'hui, la chance n'était seulement pas de ton côté. Alors que tu fouillais le lieu de fond en comble, tu ne pus trouver la moindre ton proie. Pourtant, tu t'aidais de ton museau qui était au taquet, recherchant avec la plus grande dextérité et avec la plus grande concentration la moindre trace olfactive d'un animal pouvant être proie. Tes oreilles étaient elles aussi aux aguets du moindre sons, qui ne se fit malheureusement pas entendre. Tout du moins, si un son émana de quelque chose ou quelqu'un en ce lieu, elles ne furent pas assez concentrés ou pas assez fines pour l'entendre. Tes yeux, eux, fouillèrent le lieu de fond en comble sans y déceler le moindre élément organique. Rien de ce qui pouvait ressembler à une proie te tomba devant le museau. Pourtant, tu prenais garde à ne faire aucun bruit en progressant lentement dans la pièce sombre. Tes griffes ne raclaient pas contre le sol métallique. De plus, ton camouflage n'était pas anodin puisque ta fourrure d'une teinte noire ne se discernait pas si facilement dans ce lieu où les ténèbres semblaient avoir pris une place importante. Seuls des yeux experts et aiguisés pouvait te discerner et tu ne pensais pas les proies en être doté.

(c) Pyroli

Fiche de personnage
force:
100/100  (100/100)
agilité:
100/100  (100/100)
endurance:
100/100  (100/100)
avatar
En savoir plus
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 10 Avr - 13:14

Le membre 'Silas' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé de chasse' : 9
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Ven 10 Avr - 13:28


« Chasseur, sachez chasser. »
solitaire


Force → 21
Agilité → 33
Endurance → 22

Tu continuais de progresser lentement dans la pièce. Tous tes sens en éveil. Tu ne comptais pas rater la moindre proie si la chance t'était donné d'en croiser une. Alors que tu avançais d'un peu silencieux et décidé, tu finis par apercevoir de tes yeux les traces du passage d'un rongeur. Des débris grignoté et par-ci, par là, des petites déjections. Tes yeux se réduisirent à deux fentes alors que tu te mis en chasse. La traque de l'animal commençait. Humant l'air à plein poumon, tu identifias la nature de l'animal : une souris. Il ne te fallut pas longtemps pour retracer le chemin qu'elle avait parcouru, ton museau et les odeurs qu'elle avait laissées derrière elle y était pour beaucoup. Rapidement, tu débouches sur un coin de pièce. Tu remarques immédiatement l'état déplorable de la peau de l'oiseau de métal à cet endroit là. La chasse va être difficile. Du coin de l'oeil, tu repaires également le pelage brunâtre du rongeur qui se détache de la couleur fer de l'épiderme métallique. Auras-tu la chance de l'attraper ? Difficile à dire, elle est déjà tournée dans la direction du trou et d'un seul pas, elle peut sortir de l'endroit. Son échappatoire est proche et ton champ d'action ridiculement petit. Ta chance de l'attraper est infime et n'étant guère un chasseur aguerri, tu doutes de pouvoir mettre la patte dessus. Néanmoins, l'esprit combatif, tu décides de ne pas faire machine arrière. Qui tente rien n'a rien ! Alors, si tu n'essayais pas de l'attraper, elle ne risquait pas de te tomber dans la gueule. Tel un vicieux chasseur, tu te traînas silencieusement au plus près de la proie. Il fut un moment, à une longueur de queue de loup, où tu fus contraint de t'arrêter. Tu ne désirais pas prendre le risque de la faire fuir sans pour autant essayer de l'attraper. Ce serait-là une erreur stupide. D'un bond sec et sans plus de conviction, tu t'envoles dans les airs. Comme prévenu par le sifflement de l'air, le rongeur choisi d'échapper au prédateur et la petite souris quitte la pièce sans ménagement. Voyant la proie disparaître sous tes pattes, tu parvins à te réceptionner à la verticale, sur le mur. Sachant que tu retomberais forcément, tu pris un appui et bondis de nouveau dans la direction d'où tu venais, retombant sur tes pattes et sur le sol en un seul morceau. Un grognement de désespoir sort de ta gueule alors que tu fais demi-tour. Tu quittes les lieux, bredouille, sachant que tu ne trouverais pas d'autre proie. Tu refermes le passage derrière toi, forçant pour que la plaque de fer se redresse et s'assimile plus ou moins parfaitement avec le reste de la peau de l'oiseau d'humain. Irrité par la chasse, tu décides de t'occuper à autre chose.

(c) Pyroli
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Sam 11 Avr - 23:48


« Chasseur, sachez chasser. »
solitaire


Force → 21
Agilité → 33
Endurance → 22

Doucement mais sûrement, le soleil montait dans le ciel. Malgré ta journée, ta nuit avait été relativement bonne. Tu avais décidé de dormir à la belle étoile et non pas comme la veille dans le cadavre de l'oiseau de métal. Tu n'étais pas encore prêt à y vivre dans ce maudit truc qui empestait l'humain. Un loup ne vivait pas dans un pareil lieu... La faille de grenats te manquait déjà terriblement. Dans tes songes, tu revoyais ce lieu, son confort à tes yeux bien meilleur que celui qu'offrait l'oiseau humain. Un gazouillis d'oiseau vint à te sortir de ton état presque comateux. Tu soulèves difficilement une paupière, luttant contre l'envie irrépressible de rester ainsi allonger et de replonger dans le sommeil. De ton oeil ouvert, tu peux voir les lueurs de l'aube qui s'écarte. Voilà que tu commences à te lever tard. Le jour est presque levé et ce n'est pas ton cas. Tu grommelles en ouvrant ton second oeil. Un bâillement secoue ta mâchoire et tu te redresses en issant d'abord tes pattes avant sous ton corps, puis étant dans une sorte de position assise, tu finis par redresser tes membres postérieurs qui parviennent à soulever le reste de ton corps. Parfois, tu te demandes comment tu fais pour tenir. C'est vrai quoi. Tu ne manges pas à ta faim. Tu en es devenu plus maigre que maigre, presque famélique. Heureusement que ton pelage cache la misère. L'avantage c'est que tu es plus fin et plus léger, donc que tu vas plus vite, plus agilement et plus silencieusement. Le désavantage ? À te voir, on pourrait croire qu'une brise pourrait te faire t'envoler et cela n'améliore en rien tes capacités au combat. Tu pestes alors qu'un insecte vient s'écraser sur ton museau. Du bout de la patte, tu tentes tant bien que mal de le retirer et lorsque tu y parviens, tu décides de te mettre en marche avant qu'un autre ne t'arrive je ne sais où.

Comme tu en as pris l'habitude, tu fais rapidement et discrètement le tour de l'avion de métal. Tu fais très attention à ce que personne ne te suives, de peur qu'un autre que toi tente de chasser dans le même lieu. Les proies sont tellement rares que lorsque l'on trouve un coin propice à ces dernières, on évite de divulguer le secret, bien qu'on soit dans la même meute et que le butin revient à chacun. D'un coup d'oeil aguerri, tu t'en assuras promptement. Finalement, tu passas de l'autre côté du cadavre. Tu ne mis guère longtemps à retrouver ta taule que tu tordais chaque jour à chacun de tes passages. Tu te demandais combien de temps elle mettrait à céder. Tu savais que ce que fabriquait les hommes n'était pas fait pour durer dans le temps. Tes yeux se rivèrent sur la fine plaque de fer et d'un bond agile, tu attrapes l'extrémité de cette dernière. Puis, utilisant la force qu'il restait dans les quelques muscles que tu essayais d'entretenir quotidiennement, tu tiras comme un forcené. Au bout de quelques secondes seulement, la taule céda et sans un bruit, tu pénétras dans la pièce. La chasse pouvait débuter.

(c) Pyroli

Fiche de personnage
force:
100/100  (100/100)
agilité:
100/100  (100/100)
endurance:
100/100  (100/100)
avatar
En savoir plus
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 11 Avr - 23:48

Le membre 'Silas' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé de chasse' : 12
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Sam 11 Avr - 23:48


« Chasseur, sachez chasser. »
solitaire


Force → 21
Agilité → 33
Endurance → 22

L'obscurité de la pièce ne t'étonnes plus. La lumière faiblarde y pénétrant te permet d'y voir un tant soit peu clair durant un moment, le temps que tes yeux ne s'habituent au faible taux de luminosité. Une fois ceci-fait, l'affaire de quelques secondes, tu commences ta chasse. Tu commences par laisser tous tes sens se mettre en éveil. Le toucher. Ce dernier est notamment utilisé afin de permettre la discrétion. En effet, tu peux grâce à lui sentir le sol sous tes pattes et ainsi, tu sens les différences de températures, de matières… L'odorat. Il est ta seconde vue en ce lieu. Il te permet de suivre à la trace une proie de façon plus simple qu'avec les yeux. La vue. Elle te permet de voir les éventuels obstacles qui se dressent sur ton passage. Elle permettra également de voir la proie en dernier recours. L'ouïe ou le sens de l'audition. Ce dernier te permet de capter, d'enregistrer et de positionner chaque bruit suspect ou non. C'est également utile pour repérer l'animal, un peu moins durant la capture et la mise à mort. Le goût, ton dernier sens, n'intervient pas ici. Tu le laisses pour plus tard, lorsque tu pourras poser tes crocs sur un animal.

Ton museau fouille le moindre volume de la pièce. Bientôt, tu as presque sondé tout l'espace. Tu as même fini par dénicher ce qui te semble être la piste d'une proie. Tu la remontes avec agilité et discrétion. Rapidement, tu te retrouves avec l'animal en ligne de mir. Son pelage brun t'étonne. Plus que le pelage, la taille de l'animal et l'espèce à laquelle il semble appartenir. Si tu t'attendais à croiser un lapin en ce lieu ! Comment avait-il put entrer ? Par un petit trou ? Quoi qu'il en soit, s'il avait été capable d'entrer, il serait capable de sortir aussi. Il fallait donc agir avec le plus de maîtrise, de discrétion et de rapidité possible. Tes yeux fixaient intensément le lapin comme un trophée déjà acquis. Utilisant une des seules techniques de chasse que tu connaissais, tu t'approchas le plus prêt possible de l'animal sans te faire repérer. Tu avanças encore d'un pas. Stop. Tu t'arrêtas, une distance raisonnable te séparait encore de l'animal. Une distance que tu pourrais combler en un bond. Cherchant dans tes dernières ressources, tu trouves la force de fléchir sur tes membres et de bondir. Tu fends rapidement l'air et tu t'écrases avec force sur l'animal. À ta grande surprise, celui-ci n'émet qu'un ridicule craquement et commence à gesticuler sous ton corps. Soulevant avec ardeur ta patte, tu finis par la laisser s'écraser bruyamment sur la nuque de l'animal qui se rompt. Heureux d'avoir mené à bien cette chasse, tu prends ta proie dans la gueule, fière de ramener un gibier de taille plus impressionnante qu'un rat.

(c) Pyroli

Fiche de personnage
force:
100/100  (100/100)
agilité:
100/100  (100/100)
endurance:
100/100  (100/100)
avatar
En savoir plus
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 11 Avr - 23:48

Le membre 'Silas' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé de chasse' : 9
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Sam 11 Avr - 23:49


« Chasseur, sachez chasser. »
solitaire


Force → 21
Agilité → 33
Endurance → 22

Le lapin dans la gueule, tu fais un demi-tour sur toi-même. Maintenant que tu as quelque chose à ramener sur le garde-manger, tu ne fais plus très attention à tes faits et gestes. Néanmoins, ta nature discrète d'espion te permet d'approcher, sans que tu en ais conscience, une proie. Alors que tu t'avances vers la sortie, un éclair de fourrure passe devant tes yeux. Excité par l'instinct du chasseur qui te murmure de ne pas abandonner, tu lâches ton lapin et files à la poursuite de ce qui semble être une belette. Son pelage à la fois brun/roux et blanc et sa forme allongée ne te trompe guère. Rapidement, tu gagnes du terrain, celui que tu as perdu lorsque l'animal est passé en trombe devant toi. Quelle regrettable erreur de sa part. La course poursuite semble vouloir aller en s'arrêtant, puisque tu n'as plus qu'un pas à faire. Plus qu'une ridicule longueur de queue de rat. Néanmoins, tu ne vois pas le mur qui se dresse devant toi et la trouée vers laquelle la belette se précipite tant bien que mal. Finalement, l'animal ne finira pas dans ta gueule. Il s'engouffre rapidement et en se tortillant dans le trou. Tu n'as le temps que de mettre un grand coup de crocs dans le vide et de donner à la peau de l'oiseau de métal une giflée monumentale. Cette dernière provoque une ondée et le bruit du métal qui claque se répand dans la ridicule pièce comme une maladie peut se répandre rapidement et fatalement dans une meute. Irrité de ne pas être parvenu à rattraper l'animal à temps, tu te précipites vers l'endroit où tu as abandonné ton lapin, espérant que personne n'y soit passé avant toi. Tu finis par retrouver le cadavre du couard là où tu l'avais laissé. Tu entreprends de le reprendre dans ta gueule, puis tu sors de la pièce par la seule trouée à ta connaissance assez grande pour te laisser passer. Tu poses une nouvelle fois ta proie au sol, posant cette fois-ci une patte protectrice dessus, puis tu t'actives afin de remettre en place la peau abîmée de l'oiseau de métal. Une fois que la chose te convient, tu abandonnes ce lieu pour le reste de la journée, aujourd'hui, tu sors guilleret, tu as quelque chose à déposer sur le tas de gibier !

(c) Pyroli
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Dim 12 Avr - 23:46


« Chasseur, sachez chasser. »
solitaire


Force → 21
Agilité → 33
Endurance → 22

Un bâillement te secoua la mâchoire. Voilà un moment que tu étais resté apathique. Pourquoi ? Eh bien parce que tu n'avais rien trouvé de mieux à faire. Ainsi va le monde. En ces moments-ci, sous la dictature de Skull, sous sa tyrannie, sous son règne, les espions ne sont pas les loups les plus occupés, tout du moins pas les plus occupés à leurs activités habituelles. Toi ? Elle ne t'avait rien ordonné. Ni aucun de ses bouffons. Et encore heureux, parce qu'en cette heure matinale, tu aurais été capable d'envoyer bouler les deux. Un nouveau bâillement vint faire vibrer ta mâchoire. Décidément. Le sommeil te gagnait. Malheureusement, tu ne jugeas pas le moment propice à piquer un somme. Tu dus donc mettre toute ta bonne volonté dans un seul but : celui de te relever. Tu réussis du premier coup, tes pattes passèrent sous ton corps et te hissèrent rapidement, de sorte à ce que tu sois opérationnel en quelques secondes. N'ayant rien de spécial à faire, tu avais décidé d'aller, comme chaque matin, chasser. Tu pris avant cela ton temps pour bien étirer tes muscles endolories par toutes les chasses que tu devais faire et par les nombreux autres exercices que tu exécutais au cours de la journée. Une fois la séance d'étirements achevée, tu pris la direction de la carcasse d'avion. Tu savais où trouver du gibier, tout du moins tu connaissais un lieu dans lequel la chasse était possible. Tu t'y rendis avec la plus grande discrétion et sans être vu. Comme à l'accoutume, tu effectuas un saut prodigieux afin d'attraper entre tes crocs la fine lamelle de métal gris qui se détachait légèrement du reste de la peau de l'oiseau de fer. Une fois entre tes crocs, tu pris soin de tirer lentement et fortement de sorte à ce que la plaque glisse lentement vers le sol, t'ouvrant ainsi le passage vers ton lieu de chasse, mais également de sorte à ne produire aucun bruit. Un dernier regard derrière pour t'assurer que personne ne t'avait suivi, puis, tu t'engouffras dans le lieu dit. À présent, la chasse était ouverte.

(c) Pyroli

Fiche de personnage
force:
100/100  (100/100)
agilité:
100/100  (100/100)
endurance:
100/100  (100/100)
avatar
En savoir plus
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 12 Avr - 23:46

Le membre 'Silas' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé de chasse' : 8
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Dim 12 Avr - 23:46


« Chasseur, sachez chasser. »
solitaire


Force → 21
Agilité → 33
Endurance → 22

Aujourd'hui encore, aucune surprise quant à la pièce. Elle renferme cette impression de vide et d'intemporel. Malgré les jours qui passent, elle ne semble pas évoluer, changer. Depuis que tu y viens, tu ne l'as jamais vu sous un autre jour. Sombre, petite, exiguë, parsemé de petits trous aux niveaux desquels les proies étaient libre d'entrer et sortir à leur guise. Ton museau se colla en l'air et tu commenças à humer l'air. Dans un premier temps, tu ne détectas nulle odeur, mis à part celle des hommes et celle âcre du métal. Tu te mis donc en marche, commençant par aller visiter le côté gauche de la pièce. Tes pas étaient silencieux, l'espion que tu étais se reflétait parfaitement dans tes mouvements furtifs et délicats. Tu prenais soin de surveiller tes arrières par de légers coups d'oeil et tu faisais également attention à là où tu posais tes pattes, de sorte à ne pas trébucher sur l'un des nombreux débris de matériaux humains. N'ayant pas arrêté un seul instant de sonder l'air, il vint un moment où tu réussis à distinguer autre chose que les odeurs du lieu elles-mêmes. Une odeur de rongeur. Une odeur de proie. Tes sens les plus aguerris se mirent alors en action. Tu remontas rapidement et sans un bruit la piste. Lorsque tu pus enfin voir l'animal, tu remarquas qu'il s'agissait là d'un rongeur, un rat. Ces derniers étaient réputés pour être hargneux, sale et peu appétissante. Pourtant, en ces temps, les loups s'en contentaient et le savourait comme un mets des plus raffinés. Tu te rapprochas encore davantage, de sorte à être à une longueur de queue de l'animal. Assez proche pour faire ton traditionnel saut, tu commenças à fléchir sur tes membres. À ce même moment, une brise s'engouffra par je ne sais où et souffla ton odeur vers le rat. À ton étonnement, le rat tourna la tête en ta direction et au lieu de fuir s'approcha. Un curieux ? Tant mieux pour moi. Pensant que ces animaux avaient mauvaise vue, tu ne bougeas point pour ne pas lui indiquer ta position précisément. Il avait dû sentir ton odeur, te voir, dans ce noir, alors que ton pelage suivait les mêmes teintes, relevait du plus difficile. Ce dernier s'approcha tellement prêt que tu crus pouvoir l'avoir ainsi. Au dernier moment, il se ravisa et tourna la tête, puis tout son corps. Enfin, il se précipita vers la trouée la plus proche. Il ne fallut pas te le répéter deux fois, tu passas à l'attaque. Bien loin de pouvoir exécuter ton saut, tu filas comme une flèche en sa direction. Tu réussis à le rattraper avec une facilité étonnante. Tu finis par te placer à ces côtés. Ta mâchoire vint à claquer à moins d'un millimètre de lui. Malheureusement, il était déjà trop tard, l'animal avait fuit. Tu n'avais plus aucune chance de le rattraper.

(c) Pyroli

Fiche de personnage
force:
100/100  (100/100)
agilité:
100/100  (100/100)
endurance:
100/100  (100/100)
avatar
En savoir plus
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 12 Avr - 23:46

Le membre 'Silas' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé de chasse' : 2
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Lun 13 Avr - 11:10


« Chasseur, sachez chasser. »
solitaire


Force → 21
Agilité → 33
Endurance → 22

Tu finis par te calmer. Tu reprends ton souffle. Tu ne bouges plus. Tu deviens immobile. Néanmoins, tu devines que dans ta rage, le grognement qui s'est échappé de ta gorge n'aura pas été anodin. Tu n'avais pas raté une proie, mais toute une tripotée. Tu étais presque certain de ne plus rien trouver ici. Tu avais dû te faire remarquer par toutes les proies des horizons. Afin d'avoir une meilleure vue d'ensemble, tu décides de grimper sur une de ses imposantes caisses qui tapissent certains endroits du sol. Tu t'approches d'une, puis avant le saut, tu entreprends de t'étendre de tout ton long. Elle est sacrément haute cette caisse. Tu parviens une fois sur tes pattes arrières de toucher le haut du caisson de bois avec tes griffes et tes pattes avant. Finalement, au lieu de sauter, tu enfonças tes griffes dans le bois qui émit un craquement et tu te hissas à l'aide de tes pattes avant sur la caisse, tes pattes arrières labouraient tantôt le vide, tantôt la caisse. Une fois en haut, tu reprends ton souffle et secoue tes membres antérieurs afin qu'ils reprennent un peu de leur mollesse. Une fois cela fait, tu commences par faire le tour du lieu de tes yeux. La vue n'est pas terrible. Elle est semblable à celle d'en bas. Au final, tu n'as rien gagné à monter ici. Tu ne vois même pas la moindre trace de proie et ton museau ne discute pas cette observation. Tu soupires avant de descendre lourdement de la caisse. Tu prends le chemin de la sortie, finissant ainsi ton tour par la droite. Enfin, la trouée qui te permet d'entrer et de sortir est dans ton champ de vision. Discrètement, tu te diriges vers cette dernière et tu sors. Dehors, tu entreprends de redresser la plaque. Tu parviens à le faire et au bout de quelques minutes, tu tournes les talons.

(c) Pyroli
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Lun 13 Avr - 17:59


« Chasseur, sachez chasser. »
solitaire


Force → 26
Agilité → 42
Endurance → 27

Tu te lèves. Tu as passé une longue nuit. À vrai dire, en plus d'avoir passé une longue nuit, tu n'as pas fait grand-chose hier. Tu es simplement partis chassé. Disons que c'est pas mal, mais comme tu étais revenu bredouille, tu perdais toute estime. Tu avais donc passé ta journée de la veille à ne rien faire... Tu comptais bien prendre ta revanche sur le destin. Sur le destin qui avait choisi le mauvais moment pour permettre à un filet d'air de s'engouffrer dans la carlingue de l'oiseau de métal. Tu pestas à l'idée d'échouer de nouveau. Tu ne le désirais pas. L'échec ne menait à rien. Avec une facilité étonnante à la vue de ton état, tu te redressas promptement et agilement. Une fois sur tes quatre pattes, tu mis ton petit rituel en place, faire un rapide brin de toilette, une ridicule séance d'étirements et te voilà partis pour la chasse. L'oiseau de métal n'aurait pas raison de toi aujourd'hui ! Tu ne le voulais pas et tu espérais pouvoir ressortir du lieu avec dans la gueule une proie. Même un rat te satisferait. Pourvu que le destin soit avec toi.

Tu pris soin d'arriver en face de l'avion. De la sorte, tu pus noter les membres des Sekmet et de la Horde qui furent éveillés et ceux qui étaient encore là. En cette heure tardive de la matinée, chacun semblait être occupé. Tant mieux. Ton œil vif passa et aussi rapidement que discrètement, tu contournas l'oiseau de fer et d'acier. Tu cherchas de ta vue perçante la taule qui, tu le savais, céderais une fois de plus à ta force. Rapidement, tu dénotas sa différence de profondeur et d'aspect du reste de l'épiderme de l'oiseau gris. Un bond et tu réussis à saisir la taule entre tes crocs. Comme un diable, tu te mis à tirer pour la faire céder. Cette dernière s’exécuta dans un grondement ridicule. Aux aguets, tu vérifias tes arrières et sur d'être seul, tu t'engouffras dans la pièce. Une nouvelle chasse pouvait commencer !

(c) Pyroli

Fiche de personnage
force:
100/100  (100/100)
agilité:
100/100  (100/100)
endurance:
100/100  (100/100)
avatar
En savoir plus
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 13 Avr - 17:59

Le membre 'Silas' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé de chasse' : 1
Invité
Invité
avatar
En savoir plus
Lun 13 Avr - 18:44


« Chasseur, sachez chasser. »
solitaire


Force → 26
Agilité → 42
Endurance → 27

Tu pénètres dans la pièce. L'ambiance sombre et glauque qui y règne ne t'étonnes plus. Tu prends garde à te montrer silencieux, comme à chacune de tes chasses. Tes coussinets effleurent le sol procurant le même bruit qu'une plume se posant délicatement dessus. Comme à l'accoutume, tu te sers de tes sens de chasseur pour mettre à bien ta stratégie. Tu commences l'exploration de la pièce par la gauche. À chacun de tes pas, ton museau laisse pénétrer de l'air dans tes narines. Tu identifies ensuite les différents parfums qui composent cette senteur. Pour le moment, tu ne trouves rien de bien probant. Seul l'odeur du métal, du bois et des hommes est présente. Tu bailles discrètement. Agacé par la monotonie du paysage, tu décides de, comme la veille, grimper sur une des caisses en bois. Choisissant de monter comme la veille, à la force de tes pattes, tu laisses à tes pattes arrières la responsabilité de porter tout ton corps pendant que ce dernier s'étend vers le haut et contre la caisse de bois. Tes pattes avant finissent par atteindre le sommet de la caisse. C'est à ce moment que tu décides de sortir tes griffes et de les planter fortement et le plus discrètement possible sur la caisse. Tu crains le petit craquement qui s'échappe du bois lorsque tes griffes rentrent dans le caisson. Tu te hisses à la force de tes pattes avant sur la caisse, de peur de faire trop de bruit en utilisant tes membres postérieurs. Ces derniers se contentent donc de rester parfaitement immobile tandis que tu te tortilles pour les faire remonter à la seule force de tes pattes avant. Après un effort considérable, tu y parviens, presque haletant. Tes muscles te font comprendre qu'ils ont assez travaillé pour le moment et tu décides de leur accorder une pause, le temps de scruter les environs.

(c) Pyroli

Fiche de personnage
force:
100/100  (100/100)
agilité:
100/100  (100/100)
endurance:
100/100  (100/100)
avatar
En savoir plus
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 13 Avr - 18:44

Le membre 'Silas' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé de chasse' : 11
Contenu sponsorisé
En savoir plus

 « Chasseur, sachez chasser. »

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

 :: Archives :: Archive des RPs :: Zones extérieurs :: La Surface