Souffle acide du vent, larmes brulantes du ciel. Le monde ne ressemble plus aux paysages d'autrefois. Les cataclysmes ont frappé, des colonnes de flammes et de fumées se sont élevées sur l'horizon. La guerre. La guerre des hommes. Et nous, les loups n'avons eu d'autres choix que de fuir. Nombreux furent nos congénères emportés. Nous traversâmes les plaines cabossées, les forêts de cendres, poursuivis par la faim, traqués par la mort.

Notre salut, nous le devions malheureusement à ceux qui avaient provoqué notre malheur.


 

 :: Archives :: Archive des RPs

 Parkour - Entraînement solo

Mémoire des Mondes
Mémoire des Mondes

Fiche de personnage
force:
100/100  (100/100)
agilité:
100/100  (100/100)
endurance:
100/100  (100/100)
avatar
En savoir plus
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 4 Jan - 14:34

Drôle de vision que celle d’un loup perché ainsi en équilibre sur un mur à moitié effondré. C’est pourtant bien là que Fjorgur se trouve, au milieu des décombres de la Ville en Ruines. Aujourd’hui est un jour d’entraînement pour lui qui a besoin de trouver un autre moyen de se défouler maintenant que la chasse se fait difficile.

A côté de la portion de mur sur laquelle il se tient se trouve un bâtiment à moitié effondré et aux fenêtres brisées, soufflées par une quelconque explosion. Fjorgur se place en face d’une des ouvertures et se met en position, tous muscles bandés, avant de sauter. Il passe à travers le carré sans encombre et atterrit dans un nuage de poussières. Il se met alors immédiatement à courir à travers le long bâtiment, sautant énergiquement au-dessus de restes de murs ou de trous dans le sol. Après quelques bons, il arrive à l’autre bout du bâtiment, où se trouve une autre ouverture du même acabit que celle par laquelle il était entré. De l’autre côté se trouve un autre bâtiment, dont le toit est en contrebas de la fenêtre par laquelle il s’apprête à sauter. Sans perdre de son moment, il prend appui sur le bas de la fenêtre pour s’élancer.

L’atterrissage sur le toit renvoie des vibrations à travers ses membres jusqu’à son échine dorsale, mais il ne laisse pas cela l’arrêter. Il continue de courir tout le long du toit, jusqu’à en arriver au bout, puis saute à nouveau en prenant appui sur le rebord pour atterrir sur l’escalier de secours d’un troisième immeuble. La structure de fer tremble sous l’impact. Le Chasseur continue son parcours, et grimpe les quelques volées d’escaliers qui mènent à la plus haute fenêtre du building, à travers laquelle il s’engouffre.

Il fait sombre à l’intérieur de cet immeuble, mais ses yeux s’habituent vite à l’obscurité. Il continue de courir à travers le dédale de couloirs, sautant au-dessus les obstacles qui lui barrent le chemin, tels des lampadaires renversés ou des canapés abandonnés. Il arrive alors à une portion du bâtiment inondée de lumière : une partie du toit a disparu, laissant derrière elle un trou béant par lequel le soleil est libre de s’engouffrer. Le trou est partiellement délimité par un mur qui a tenu bon, lui donnant l’aspect d’un demi-cercle. Fjorgur court jusqu’à l’autre bout de la pièce, puis exécute un demi-tour impressionnant en courant sur un mur puis en se propulsant à l’aide de celui-ci. Il continue alors de courir en ligne droite vers le mur qui délimite le trou, puis bondit, prend appui dessus, et pousse de toutes ses forces sur ses pattes arrière pour se propulser vers le rebord du trou. Il se retourne en l’air, juste avant d’agripper le bord avec les griffes de ses antérieurs. Ses postérieurs n’arrivent cependant pas à atteindre leur destination et pendent dans le vide pendant une seconde, le temps que Fjorgur rassemble ses forces pour tirer sur ses pattes avant et se hisser sur le rebord. L’effort qu’il doit fournir est substantiel, mais il finit par réussir à ramener tout son corps hors du vide.

Le Chasseur trottine alors jusqu’au bord du toit, haletant rapidement à cause de l’effort qu’il a dû fournir. Mais tout cette fatigue en vaut la peine, se dit-il en voyant la scène qui s’offre à ses yeux : de là où il se trouve, il peut voir le soleil se coucher à l’autre bout de la Ville, les silhouettes déchiquetées des immeubles se découpant sur sa surface. Il reste quelques instants à admirer cette magnifique vue, jusqu’à ce qu’il retrouve son souffle, puis se décide à redescendre. Il se laisse tomber du bord du toit pour atterrir sur un autre escalier de secours, puis descend les marches de celui-ci jusqu’au moment où elles s’arrêtent à un endroit où l’escalier a été coupé, et se laisse à nouveau tomber jusqu’à une pile d’ordures qui amorti sa chute.

Il se met alors en marche nonchalamment vers le territoire Sekmet, épuisés par tous ces exercices.

 Parkour - Entraînement solo


 :: Archives :: Archive des RPs